Paris Tableau: la peinture ancienne au zénith

marche-de-l-art, publié le

« Paris, place de la Bourse en juillet » , 1830, Giuseppe Canella (1788-1847), galerie Talabardon-Gautier.


L’an dernier la première édition du salon Paris Tableau avait surpris. On se demandait bien comment un salon consacré à la seule peinture ancienne pouvait trouver sa place entre la Biennale des Antiquaires de Paris et la Tefaf de Maastricht dont la section « peintures anciennes » est, année après année, proprement époustouflante. D’autant que parmi les exposants de Paris Tableau on trouve de nombreux galeristes également présents à Maastricht. C’était faire preuve de pessimisme. Sans attirer les foules, la vingtaine de galeries présentes l’an dernier au Palais Brongniart avait réussi en cinq jours à vendre une soixantaine d’œuvres. Il est vrai que la sélection était rigoureuse et d’une grande qualité. La deuxième édition qui se tiendra à nouveau, du 7 au 12 novembre, au Palais de la Bourse devrait confirmer le succès de l’an dernier. Paris Tableau a en effet plus d’un atout dans son jeu. Ce salon, par son aspect confidentiel proche du salon du dessin qui se tient au même endroit au printemps, permet à chacun de prendre son temps sans courir comme dans les grandes manifestations d’un stand à l’autre dans le vain espoir de tout voir. Du coup, les galeristes, 21 cette année et parmi les meilleurs du monde, sont à l’écoute des amateurs. La spécialisation sur la seule peinture ancienne évite la dispersion et vous arriverez facilement à repérer les œuvres qui vous touchent. Enfin, l’éventail des prix est très large allant de 10 000 euros à plusieurs centaines de milliers d’euros. Il faut en profiter car les prix de la peinture ancienne de qualité connaissent une ascension constante loin de toute spéculation. Une dernière raison pour y aller : Paris tableau fait cette année son cinéma et vous propose de projection de quatre films tous consacrés aux artistes dont le merveilleux « La jeune fille à la perle » réalisé en 2003 par Peter Webber.

Paris Tableau, plais de la Bourse, place de la Bourse, 75 002 Paris, du 7 au 12 novembre de 11h à 20h, nocturne le 8 novembre jusqu’à 22h. Prix d’entrée : 15 €.
Voici une sélection d’œuvres présentées par diverses galeries. Toujours subjective bien évidemment mais qui reflète bien l’esprit de Paris Tableau.

« Le Bassin de San Marco, vers l’Ouest », Pietro Bellotti (1725-1800), galerie Charles Beddington LTD.

« Portrait du duc d’Etampes, Corneille de Lyon (1500-1575), galerie De Jonckheere.

« Charmes de la conversation », début 1720, Nicolas Lancret (1690-1743), galerie Derk Johns LTD

« Le coup de vent sur le Pont Royal », vers 1799, Michel Garnier (1753-1819), galerie Didier Aaron.

« Trio de musiciens », Nicolas Tournier (1590-1639), galerie Jacques Leegenhoek.

« Bouffon regardant à travers une fenêtre », école néerlandaise, vers 1600, galerie Kunsthandel.

« La méditation de Saint François d’Assise », vers 1625, Jean Le Clerc (1585/1587- 1633), galerie Jean-François Heim.

« Portrait d’Edouard VI », vers 1547-1549, Atelier de William Scrots (1537-1553), The Weiss Gallery.

« Jeune garçon suppliant sa soeur de lui rendre son Polichinelle », Henri-Pierre Danloux (1753-1809), Rafael Valls LTD

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

2 commentaires

Martin

Giuseppe Canella je n’avais pas entendu parler avant. Une belle image. Merci, intéressant.


Répondre

Avatar de Mister K

Mister K

Le bouffon regardant à travers une fenêtre est très étonnant dans ce jeu entre le dedans et le dehors. Ce thème de la fenêtre est très fréquent en peinture. Pour tout savoir sur l’histoire fascinante de la fenêtre, rendez-vous à la fondation de l’Hermitage qui présentera d’ici quelques semaines 150 oeuvres autour de cette thématique.


Répondre

A propos du blog

Robin Massonnaud

Robin Massonnaud, alias Robin des Arts surveille le marché et traque les prix dans les salles de ventes, les salons, les brocantes, pour le plus grand bonheur des chineurs ?

Voir mon profil

Instagram
  • Le toit d'un immeuble de Prague #iloveyoupraha #iloveprague #ilovepraha #prague #praha #praguejetaime #prahailoveyou #pragueiloveyou #czecharchitecture #artnouveau #secession #jugendstil #jugendstill

Follow Me!

Abonnez-vous à notre newsletter

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Archives

Retour vers le haut de page