Bilan 2012 du marché de l’art français: des résultats solides mais contrastés

marche-de-l-art, publié le

Importante sculpture de Guanyin en bois, Chine du Nord, circa XIIIème siècle;
estimation: 200 000-300 000 euros; Prix réalisé: 9 025 000 euros. Vente Christie’s Paris, 19 décembre 2012.

C’est désormais une tradition bien établie d’avant Noël. Les grandes maisons de ventes françaises font connaître leurs résultats de l’année finissante. C’est toujours le même trio qui domine le marché. Christie’s est la première maison de ventes en France avec un total de ventes aux enchères de 193,5 millions d’euros auquel il faut rajouter 37,9 millions d’euros de ventes privées. Soit un total de 231,4 millions en progression de 12,7 % par rapport à 2011 avec 25 enchères au-dessus d’1 millions d’euros. En deuxième position arrive Sotheby’s avec un résultat de 182 millions, en légère baisse (- 4 %) par rapport à l’an dernier mais avec 20 adjudications supérieures au million d’euros . Enfin, la médaille de bronze revient à Artcurial avec un total de 144,2 millions d’euros en progression de 13,5 %. L’hôtel Drouot qui regroupe sous sa bannière un large panel de sociétés de ventes (environ 70 maisons de ventes) annonce un résultat provisoire de 430 millions d’euros avec 13 enchères supérieures à 1 million d’euro.
Des prix records il y en a effectivement eu beaucoup. Lors de sa vente asiatique du 19 décembre, Christie’s a adjugé une rare sculpture chinoise de Guanyin en bois du XIIIe siècle. Cette pièce exceptionnelle estimée 200 000 à 300 000 euros est montée jusqu’à 9 025 000 euros emportée par la galerie Giuseppe Eskenazi. Toujours du côté de la Chine, mais à Drouot cette fois, un album impérial sur soie d’époque Qianlong (1736-1795) a atteint 7 806 960 euros.
Sotheby’s a obtenu la plus belle enchère en France pour l’art moderne avec un portrait de Dora Maar par Picasso emporté 6 336 750 euros.
Les arts primitifs ont remporté un franc succès : 2,7 millions d’euros pour un reliquaire Nkundu du Congo chez Christie’s, 1,6 millions pour une fiugure de reliquaire Fang du Gabon chez Sotheby’s ou toujours dans la même maison 1,4 million d’euros pour un bouchon de flûte Biwat de Papouasie Nouvelle-Guinée.

Globalement les acheteurs français sont en recul. Maître Briest, chez Artcurial, constate ainsi que 67 % du chiffre d’affaires de la maison de ventes est réalisé avec des acheteurs étrangers. Dès que les prix montent, la clientèle française est le plus souvent absente.
Même constat fait par Guillaume Cerutti, PDG de Sotheby’s France et vice-président de Sotheby’s Europe. 33 % des acheteurs sont Français mais ils représentent 22 % des valeurs vendues. Les Européens (suisses et russes inclus) forment 35 % des acheteurs pour 36 % des valeurs. Quant aux acquéreurs du reste du monde, ils comptent pour 32 % des acheteurs mais 42 % des valeurs. Chez Christie’s 77 % des lots en valeur ont été acquis par des collectionneurs étrangers.

Certains secteurs se portent bien : l’art contemporain et moderne, le design et les Arts Déco, la bibliophilie, les Arts Primitifs et, bien entendu les arts d’Asie avec la présence massive des acheteurs chinois qui se montrent cependant plus sélectifs.
D’autres, en revanche, souffrent. C’est notamment le cas du mobilier du XVIIIe siècle ou de l’orfèvrerie. Ces secteurs ne sont pas victimes de la crise économique mais plutôt d’un vieillissement des enchérisseurs qui ne sont pas remplacés par de jeunes acquéreurs fortunés.
Enfin, pour toutes les maisons de ventes, le marché est vraiment à deux vitesses. Les objets exceptionnels ou de belle qualité se vendent bien, très bien. En revanche la marchandise moyenne patine.
Autre phénomène à signaler qui prend progressivement de l’importance après un démarrage laborieux : les enchères en ligne (le live bid) se développent. Elles connaissent une progression de 53 % chez Christie’s par rapport à 2011 pour un montant de 7,5 millions d’euros. Chez Artcurial, elle représente 2,33 % des achats effectués contre 1,71 % en 2011 soit environ 5 000 enchérisseurs. Maître Tajan d’Artcurial estime que ces pourcentages d’apparence modeste devraient vite grimper avec le rajeunissement des collectionneurs.

Quant aux perspectives pour 2013, toutes les maisons de ventes se veulent prudentes. Guillaume Cerutti évoque une fin d’année 2012 plus difficile en raison des incertitudes politiques et du projet de taxation des œuvres d’art à l’ISF. Une telle taxation aurait été catastrophique pour le marché de l’art, la détention d’une collection ne rapportant rien à moins de la revendre avec plus-value.
Artcurial estime que le marché de l’art est avant tout un marché de séduction. Pour séduire, il faut scénariser les ventes, rédiger des catalogues détaillés, assurer la promotion et la publicité des ventes. Et bien entendu présenter de beaux objets. Il faut également tenir compte du fait que le marché est mondialisé tout en étant régionalisé. Avec Internet, on peut désormais acheter partout dans le monde. Mais une certaine régionalisation demeure. Un Basquiat se vendra mieux à New-York alors qu’un Soulages aura plus de chance d’obtenir un gros prix à Paris.
Sotheby’s considère également qu’il faut miser sur la qualité, les clients étant de plus en plus exigeants et achetant avec plus de prudence qu’auparavant. C’est certainement la raison pour laquelle la maison de ventes du Faubourg Saint-Honoré annonce la vente de trois collections exceptionnelles l’an prochain : l’ensemble de chefs-d’œuvre Art Nouveau du Garden Museum de Nagoya, 300 objets exceptionnels d’art précolombien de la collection Barbier-Mueller et enfin près de 500 objets de la collection de Nicolas Landau surnommé le prince des antiquaires. Un signe de confiance dans l’avenir !

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

1 commentaire

Art precolombien

Thank you for sharing this very nice post


Répondre

A propos du blog

Robin Massonnaud

Robin Massonnaud, alias Robin des Arts surveille le marché et traque les prix dans les salles de ventes, les salons, les brocantes, pour le plus grand bonheur des chineurs ?

Voir mon profil

Instagram
  • Porte de Paris #paris #jaimeparis #illoveparis #parisiloveyou #parisjetaime #portedeparis #parisdoors #architecturedeparis #parisarchitecture #stylehaussmannien

Follow Me!

Abonnez-vous à notre newsletter

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Archives

Retour vers le haut de page