Egon Schiele: du Danube à la Tamise

marche-de-l-art, publié le

« Amants, autoportrait avec Sally »,1914-1915, Egon Schiele (1890-1918), gouache et crayon, estimation 8 à 10,6 millions d’euros, vente Sotheby’s Londres, 5 février 2013.

Connaissez-vous les musées viennois ? Ils sont époustouflants. L’Albertina accumule des trésors de dessins dont des pièces rarissimes de Michel-Ange. Le Belvédère regroupe un splendide ensemble de Gustav Klimt. Quant au Kunshistoriches Museum, il abrite les collections exceptionnelles des Habsbourg : Van Dyck, Dürer, Cranach, Caravage, Vélasquez, Brueghel, Memling, Raphaël… Un véritable éblouissement. Reste le petit dernier : le Leopold Museum. Situé dans le quartier des musées, ce bâtiment moderne d’une grande sobriété détient le plus somptueux ensemble d’œuvres d’Egon Schiele. Elles viennent de la collection de Rudolf et Elisabeth Leopold constituée pendant un demi-siècle. Cette fondation privée à but non lucratif a décidé de mettre en vente le 5 février prochain, trois œuvres sur papier de l’artiste chez Sotheby’s Londres. Ce n’est pas la première fois qu’elle procède à une telle vente. En 2011, toujours dans la même maison de ventes, le Leopold avait vendu pour la coquette somme de 27,6 millions d’euros « Haüser bunter Wäsche, Vorstadt II ». Ce paysage avait été peint en 1914, moment où la carrière de Schiele battait son plein. Le produit de la vente a été utilisé pour régler un litige concernant la restitution d’un portrait saisi par les nazis. Le Musée Leopold devait payer aux héritiers originels de l’œuvre la sommes de 19 M$, pour garder ce portrait au sein de ses collections.
Revenons au 5 février. Selon le directeur général du Leopold Museum, Peter Weinhäupl « la vente de ces trois travaux va être un évènement qui profitera au musée. » Pour Tobias G Natter, directeur du Leopold et spécialiste de l’art à Vienne à l’époque de la Sécession « les trois œuvres exceptionnelles qui seront mises en vente sont des exemples parfaits de la force des compositions de Schiele, de sa technique et de son dessin à un tournant important de sa vie sur les plans personnels et professionnels ».

« Autoportrait en chemise verte avec les yeux fermés », 1914-1915, Egon Schiele (1890-1918), gouache, estimation 2,2 à 3 millions d’euros; vente Sotheby’s Londres 5 février 2013


Le premier dessin Liebespaar (Amants) représente l’artiste et sa maîtresse Walpurga Neuzil dite Wally. Exécuté à la gouache et au crayon, ce double portrait symbolise la relation intense du couple et la rupture de leurs liens. Wally, présentée par Klimt à Schiele, était l’amante et la muse de l’artiste. Elle lui était d’une indéfectible fidélité. Mais Egon Schiele prît la décision de se marier et ne pouvant le faire avec Wally en raison des conventions sociales, ils se séparèrent dans la douleur. A l’époque où Schiele réalisa ce dessin, vers 1914-1915, il fréquentait déjà sa future femme Edith Harms. Ce double portrait est une sorte d’hommage à Wally, les couleurs chaudes et somptueuses employées par l’artiste exprimant ses pensées les plus intimes. Le fait que Wally enlace son amant est la reconnaissance d’un attachement toujours puissant. Cette œuvre majeure révélatrice de l’intimité du peintre est estimée 8 à 10,6 millions d’euros.
Autre œuvre magnifique, réalisée à la même période : « l’autoportrait en chemise verte avec les yeux fermés ». Il reflète son goût de l’introspection sa vulnérabilité mais aussi son espièglerie et son sens de la dérision. Mais il semble aussi qu’il l’ait réalisé dans le but d’impressionner ou de choquer les sœurs Harms à qui il faisait la cour. Cette gouache est estimée 2,2 à 3 millions d’euros.

« Fille allongée sur le dos avec les bras et les jambes croisées », 1918, Egon Schiele (1890-1918), estimation 870 000 à 1200 000 euros, vente Sotheby’s Londres, 5 février 2013


Le troisième dessin représente une « fille allongée sur le dos avec les bras et les jambes croisées ». Exécuté en 1918, c’est l’un des derniers dessins de l’artiste mort la même année de la grippe espagnole. Il est caractéristique des dernières œuvres de l’artiste, figures féminines à demi-nues alliant un sens de la perspective original et une connotation sexuelle évidente. Sotheby’s en attend 870 000 à 1,2 million d’euros.

Vente Sotheby’s Londres, 5 février 2013.

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

Aucun commentaire

A propos du blog

Robin Massonnaud

Robin Massonnaud, alias Robin des Arts surveille le marché et traque les prix dans les salles de ventes, les salons, les brocantes, pour le plus grand bonheur des chineurs ?

Voir mon profil

Instagram
  • Porte de Paris #paris #jaimeparis #illoveparis #parisiloveyou #parisjetaime #portedeparis #parisdoors #architecturedeparis #parisarchitecture #stylehaussmannien

Follow Me!

Abonnez-vous à notre newsletter

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Archives

Retour vers le haut de page