Des prix, encore des prix, la peinture ancienne rattraperait-elle les modernes ?

marche-de-l-art, publié le

Fra Bartolommeo (1472-1517), « Vierge à l’enfant », oeuvre adjugée 9 592 250 euros, vente Christie’s New York, 30 janvier 2013

Les vacations de fin janvier et début février à Londres et à New-York attestent de la bonne santé du marché. Les prix restent très soutenus malgré des estimations souvent élevées dans les catalogues. Elles reflètent également une constante dans le choix des collectionneurs : ces derniers sont sélectifs et retiennent, sauf exception, les plus beaux lots.

Enfin, les résultats montrent que les artistes modernes et impressionnistes ne sont plus les seuls à réaliser des prix stratosphériques. Les maîtres anciens montent en puissance et les œuvres de qualité trouvent preneur même si le sujet n’est pas a priori susceptible de séduire tout à chacun. Ce n’est que justice.
Sans atteindre les sommets d’un Picasso ou d’un Matisse, la peinture ancienne retrouve des couleurs. Ce nouvel engouement peut s’expliquer par la raréfaction des belles pièces et l’absence de cette spéculation qui a tendance à pourrir le marché de l’art moderne et contemporain. De plus, les nouvelles fortunes commencent à acquérir une culture artistique leur permettant d’appréhender la peinture ancienne souvent pleine de symboles ou de références à l’Antiquité ou aux traditions chrétiennes. Enfin, ces riches collectionneurs ont toujours un réflexe placement et considèrent à juste titre l’art ancien comme une valeur refuge.
D’où des résultats élevés qui augurent du succès probable de la prochaine TEFAF de Maastricht connue pour l’excellence de sa section « peintures anciennes ».
C’est ainsi que le « Suzanne et les vieillards » de Pompeo Batoni (1708-1787), proposé par Sotheby’s, œuvre majeure de cet artiste italien adoré de l’aristocratie anglaise, a atteint le record mondial de 11 394 500 dollars ( 8,4 millions d’euros) sur une estimation de 6 à 9 millions.

Hans Memling (1430-1494), « Christ donnant sa bénédiction », oeuvre adjugée 4 100 000 euros, vente Sotheby’s New-York, 31 janvier 2013


Même constat pour une petite huile sur panneau de Hans Memling (1430-1494) « Christ donnant sa bénédiction » estimée 1 à 1,5 million de dollars, qui a séduit un collectionneur prêt à payer cette œuvre 4 114 500 dollars (3 millions d’euros). Il est vrai que ce tableau était d’une sensibilité et d’une retenue exceptionnelle.

Sandro Botticelli (1444-1510), « La Madone Rockefeller, Vierge à l’enfant avec Saint Jean-Baptiste », oeuvre adjugée 7 727 450 euros, vente Christie’s New-York, 30 janvier 2013


Chez Christie’s ce sont deux vierges à l’enfant qui ont obtenu des résultats remarquables. La première, un magnifique tondo de Fra Bartolommeo (1472-1517), d’une délicatesse remarquable, a atteint le record mondial de 12 962 500 dollars soit 9 592 250 euros. La deuxième de Sandro Botticelli (1444-1510) « La Madone Rockefeller » s’est envolée jusqu’à 10 442 500 euros, là encore un record mondial pour l’artiste. L’acquéreur a certainement retenu qu’en 1992 cette tendre Madone s’était vendue 400 000 dollars. En vingt ans, la plus-value est énorme !
Bien entendu, il y a des ratés. Ainsi le portrait du petit-fils de Goya n’a pas trouvé preneur.
Mais globalement, les maîtres anciens retrouvent la faveur du public.

Bien entendu, les artistes du XIXe et du XXe siècle continuent à exploser les statistiques. Les trois dessins d’Egon Schiele (1890-1918), vendus à Londres par Sotheby’s ont réalisé un total de 14 01 750 livres (16 294 226 euros). L’autoportrait avec Wally a atteint le record mondial pour l’artiste d’une œuvre sur papier de 7 881 250 livres soit 9 165 084 euros. Il est intéressant de souligner qu’il a été emporté par asiatique, démontrant ainsi la montée en puissance des collectionneurs de cette partie du monde. L’autoportrait de l’artiste en veste verte a quant à lui trouvé preneur pour 5 081 250 livres (5 908 972 euros) et rejoint une collection européenne.

Amedeo Modigliani (1884-1920) « Jeanne Hébuterne au chapeau », oeuvre adjugée 31 040 201 euros, vente Christie’s Londres, 6 février 2013


Quatre grands noms continuent à recueillir tous les suffrages des amateurs fortunés.
Un très beau « Jeanne Hébuterne au chapeau » d’Amedeo Modigliani (1884-1920) s’est vendu chez Christie’s la coquette somme de 26 921 250 livres (31 040 201 euros). Il est vrai que ce magnifique portrait de la muse et maîtresse de l’artiste avait appartenu à de prestigieuses collections.
Pierre-Auguste Renoir (1841-1919) est également une valeur sûre du marché. « L’ombrelle » peinte par l’artiste en 1878 et qui avait appartenu à Erwin Davis, l’un des premiers américains à collectionner les peintres impressionnistes a obtenu 9 673 250 livres (11 153 257 euros).
Chez Sotheby’s, il faut signaler le bon résultat de Claude Monet (1840-1926) pour « Nymphéas avec reflets de hautes herbes », certainement l’un des tableaux les plus marquants de cette célébrissime série mais de belle facture, adjugé 9 001 250 livres (10 467 529 euros) en-dessous de l’estimation basse de 12 millions de livres, franchement trop élevée.

Pablo Picasso (1881-1973), « Femme assise près d’une fenêtre », oeuvre vendue 33 260 316 euros, vente Sotheby’s 5 février 2013


Enfin la pièce phare de cette vente était un grand Picasso (1881-1973) « Femme assise près d’une fenêtre ». Il était estimé la bagatelle de 25 à 35 millions de livres (30 à 43 millions d’euros). Sans entrer dans la polémique sur les conditions réelles de son adjudication (voir le Figaro du 7 février), il a tout de même été officiellement adjugé 28 601 250 livres (33 260 316 euros).

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

Aucun commentaire

A propos du blog

Robin Massonnaud

Robin Massonnaud, alias Robin des Arts surveille le marché et traque les prix dans les salles de ventes, les salons, les brocantes, pour le plus grand bonheur des chineurs ?

Voir mon profil

Instagram
  • Porte de Paris #paris #jaimeparis #illoveparis #parisiloveyou #parisjetaime #portedeparis #parisdoors #architecturedeparis #parisarchitecture #stylehaussmannien

Follow Me!

Abonnez-vous à notre newsletter

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Archives

Retour vers le haut de page