La femme est l’avenir de l’art

marche-de-l-art, publié le

« Portrait de femme », vers 1924, huile sur panneau, Tamara de Lempicka (1898-1980); estimation: 150 000-200 000 euros; vente Tajan 8 mars 2013.


Le machisme n’a pas seulement cours dans les conseils d’administration des sociétés cotées ou au Parlement. La domination de l’homme et ses prétendues « vertus viriles » dominent également le monde de l’art. Il suffit de parcourir les allées de la Fiac ou de consulter un catalogue de vente d’art contemporain pour constater que la majorité des artistes sont des hommes. L’artiste femme prend de l’importance mais elle n’est pas encore à égalité totale avec l’homme. Et que dire des artistes du passé ! Les femmes peintres sont rares et souvent cantonnées à certains modes d’expression. Au XVIIIe siècle Elizabeth Vigée-Lebrun se limite aux portraits de l’aristocratie. Au XIXe siècle, Rosa Bonheur se contente d’être un peintre animalier. Il faut attendre les Impressionnistes pour que la femme prenne une certaine importance avec des artistes comme Berthe Morisot ou Mary Cassatt, cependant longtemps considérées comme « moins douées » que leurs homologues masculins. Et que dire de Camille Claudel souvent qualifiée par les critiques de l’époque comme l’ombre de Rodin alors que son œuvre est d’une richesse équivalente. Il faut attendre l’après Première Guerre Mondiale pour que la femme soit enfin reconnue comme artiste à part entière.

« Rythme coloré » 1952, huile sur toile, Sonia Delaunay (1885-1979), estimation: 400 000-600 000 euros, vente Tajan 8 mars 2013.


C’est à ces femmes artistes que la maison de ventes Tajan rend hommage le 8 mars prochain. A l’occasion de la journée internationale de la femme, 60 œuvres de femmes artistes sont proposées aux amateurs. Le propos des organisateurs de cette vente est clair. Il s’agit de « montrer et offrir aux collectionneurs la création à travers la sensibilité féminine ainsi que de réaffirmer l’importance de la femme en tant que précurseur dans l’art ».
La vente se limite aux artistes modernes et contemporains, ce que l’on peut regretter, mais la sélection est réussie. On trouve ainsi de nombreuses œuvres de Tamara de Lempicka (1898-1980). Artiste emblématique des années 20, cette polonaise peint, dans des couleurs vives et un style néo-cubiste, des femmes sensuelles ou songeuses. Ces plus beaux tableaux datent de la période 1925-1935. La maison Tajan propose ainsi un petit portrait de femme, une huile sur panneau réalisée en 1924. Cette œuvre est estimée 150 000 à 200 000 euros. Une œuvre tardive « Les deux amies » réalisée en 1974, mais marquée par une sensualité très Art Déco, est estimée 300 000-500 000 euros.
Délicate et fragile une « Espagnole à la mantille » de Natalia Goncharova (1881-1962) devrait atteindre 100 000 à 150 000 euros.
L’amateur pourra également acquérir à partir de 4 000 euros de nombreuses œuvres de Suzanne Valadon (1865-1938) , de délicats dessins ( à partir de 2 000 euros) ou pastels de Marie Laurencin (1885-1956) qui fait actuellement l’objet d’une belle exposition au musée Marmottan.

« Les deux amies », vers 1974, huile sur toile, Tamara de Lempicka (1898-1980), estimation: 300 000-500 000 euros; vente Tajan 8 mars 2013.


De nombreuses œuvres de Sonia Delaunay (1885-1979) sont également vendues pour des estimations comprises entre 30 000 et 600 000 euros. De même pour Maria Helena Veira da Silva dans une gamme d’estimation variant entre 8 000 et 160 000 euros.
Il faut également citer les œuvres d’artistes aussi importantes que Germaine Richier (1902-1959), Claude Lalanne (née en 1924) ou encore Louise Bourgeois (1911-2010).
Bref cette vente est un bel hommage à la femme artiste.

Vente Tajan, vendredi 8 mars 16 H
Expositions de mardi à jeudi de 10h à 18h et vendredi de 10h à 12h
www.tajan.com

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

Aucun commentaire

A propos du blog

Robin Massonnaud

Robin Massonnaud, alias Robin des Arts surveille le marché et traque les prix dans les salles de ventes, les salons, les brocantes, pour le plus grand bonheur des chineurs ?

Voir mon profil

Instagram
  • Porte de Paris #paris #jaimeparis #illoveparis #parisiloveyou #parisjetaime #portedeparis #parisdoors #architecturedeparis #parisarchitecture #stylehaussmannien

Follow Me!

Abonnez-vous à notre newsletter

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Archives

Retour vers le haut de page