Le placement art, une question de bol?

marche-de-l-art, publié le

Bol Ding, dynastie Song du Nord (960-1279), estimation:200 000-300 000 dollars; prix de vente: 2 225 000 dollars, Vente Sotheby’s New-York, 19 mars 2013.

Connaissez-vous les vide-greniers à l’américaine ? Bien souvent lors d’un déménagement, d’une mutation ou plus simplement d’une envie de changement de décor, l’américain moyen vide sa maison et organise devant chez lui une vente au plus offrant. Le passant propose un prix et emporte l’objet qui l’intéresse. C’est ainsi qu’un New-Yorkais, fan de brocante, a acheté en 2007 un joli bol ancien en faïence blanc ivoire pour la modeste somme de 3 dollars. Pendant cinq ans, cette coupelle a orné le salon de son propriétaire. Puis à force de l’observer, il s’est aperçu que cet objet était d’une étonnante délicatesse de réalisation. Pour en avoir le cœur net, il a présenté son bol à des experts. Et là, stupeur et tremblements ! Selon les meilleurs spécialistes d’art de la Chine, il s’agit d’un bol Ding, une poterie de la dynastie Song (960-1279). Ce modèle est extrêmement rare et le seul bol de même facture connu au monde se trouve au British Museum à Londres. Les collectionneurs chinois devenant fous à la vue de toute belle pièce de céramique Song, notre amateur a décidé de vendre son bol et l’a confié à Sotheby’s. L’estimation au catalogue était de 200 000 à 300 000 dollars. Le petit bol s’est envolé jusqu’à 2 225 000 dollars, acheté par un grand antiquaire londonien Giuseppe Eskenazi.
Comme quoi l’art peut s’avérer un placement rentable. De ce point de vue, les antiquités chinoises sont une véritable mine de plus-values potentielles. A Londres, il y a deux ans, des héritiers mirent en vente une potiche trouvée dans le salon de la défunte. D’époque Qianlong (1735-1796), elle s’était vendue pour plusieurs dizaine de millions de livres à Londres. Plus récemment en France à Drouot, un album impérial de même époque évalué 150 000 à 200 000 euros s’est envolé à 7 800 000 euros.
Morale de cette histoire et conseil d’ami. Dans les brocantes et vide-greniers, n’hésitez pas à vous faire plaisir à bon compte en achetant des porcelaines de Chine. Vous tomberez peut-être sur un trésor. Si vous héritez d’une vieille tante, ne vous débarrassez-pas vite fait bien fait des potiches, plats et assiettes chinoises que vous jugez d’un style suranné et alambiqué. Elles valent peut-être de l’or et grâce à l’héritage de tata vous deviendrez millionnaire sans avoir besoin de jouer toutes les semaines au Loto ou à l’Euromillions.

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

2 commentaires

Avatar de mystère

mystère

avec un tel article, cher monsieur, je pense que les brocantes qui vont commencer, avec l’apparition du printemps, risquent d’être assaillies par des curieux à la recherche de la tasse ou du plat qui risquent d’être LA merveille. Il faut toujours rêver. Le Gilles de Watteau n’a-t-il pas été trouvé chez un brocanteur? Jouer au Loto ou fréquenter les brocantes, il faut choisir.


Répondre

Marie | Girardin Instustrielle

Ce n’est pas le plus connu des placements ;-) mais comme vous le dites le placement d’art bien étudié peut s’avérer un placement très très rentable :-D.


Répondre

A propos du blog

Robin Massonnaud

Robin Massonnaud, alias Robin des Arts surveille le marché et traque les prix dans les salles de ventes, les salons, les brocantes, pour le plus grand bonheur des chineurs ?

Voir mon profil

Instagram
  • Le toit d'un immeuble de Prague #iloveyoupraha #iloveprague #ilovepraha #prague #praha #praguejetaime #prahailoveyou #pragueiloveyou #czecharchitecture #artnouveau #secession #jugendstil #jugendstill

Follow Me!

Abonnez-vous à notre newsletter

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Archives

Retour vers le haut de page