Les peintres caravagesques à Paris

marche-de-l-art, publié le , mis à jour à

« Le martyre de Saint-Sébastien », vers 1618-1620, huile sur toile, Bartolomeo Manfredi (1582-1620); galerie Sarti.


Il est des galeries qui maîtrisent à la perfection l’art du marketing et de la publicité au point de monopoliser l’attention de la presse et du public. Il en est d’autres qui cultivent la discrétion et comptent sur leur seules connaissances de l’art pour se faire connaître. La galerie Sarti, qui occupe un bel espace Faubourg Saint-Honoré à Paris, appartient à la seconde catégorie. Spécialiste de la peinture ancienne italienne, elle propose actuellement une magnifique exposition consacrée aux peintres caravagesques italiens. Sur les cimaises sont réunies vingt-deux tableaux d’artistes ayant travaillé dans la lignée de Caravage. L’exposition est savante et accompagnée d’un copieux catalogue. Mais elle est éblouissante. Les esprits chagrins diront que Giovanni Sarti se contente de présenter des tableaux déjà exposés à la Biennale des antiquaires de Paris ou à la TEFAF. C’est vrai, mais il lui a fallu dix ans pour réunir un tel ensemble !
Caravage (1571-1610), artiste génial à la vie désordonnée, est le maître du clair-obscur, de la représentation de scènes tirées de la Bible ou des Evangiles dont les personnages sont palpables, réels comme égaux à ceux qui les contemplent. Tangibles et présents, ils sont pourtant éloignés de nous par la lumière qui les nimbe. Caravage mélange le sacré et le profane, n’hésite pas à forcer les expressions, à dramatiser les scènes. Ses tableaux sont d’une perfection absolue mélangeant la virtuosité baroque à un sens de l’équilibre proche du classicisme. Son œuvre provoque toujours une forte émotion.
Cet artiste, trop indépendant d’esprit n’avait ni école, ni atelier, ni élèves. Pourtant il a marqué nombre de peintres qui se sont inspirés de son style.
La galerie Sarti distingue les artistes du premier cercle qui ont produit des œuvres proches de celles du maître. C’est notamment le cas de Bartolomeo Manfredi (1582-1622). Son « Martyre de Saint-Sébastien » en est le parfait exemple. Le Saint est un jeune homme robuste, à la musculature puissante, au visage expressif tourné vers le ciel, les yeux interrogateurs, presque curieux, comme peu préoccupé par le supplice qui l’attend. Aucune flèche ne lui transperce encore le corps. Seul un bourreau, en retrait sur la toile, l’attache. Cette œuvre est d’une expressivité remarquable, le Saint-Sébastien de Manfredi apparaissant non comme un martyre chrétien mais comme un héros de la mythologie grecque.

« Le martyre de Sainte-Agathe », vers 1635-1640, huile sur toile, Andrea Vaccaro (1604-1670); galerie Sarti


D’autres artistes appartiennent au second cercle. Ils s’inspirent du naturalisme caravagesque. C’est notamment le cas d’Andrea Vaccaro (1604-1670). Considéré comme un artiste lyrique de la peinture napolitaine, il adoucit le naturalisme de Caravage lui apportant une touche d’érotisme délicat. C’est le cas du « Martyre de Sainte-Agathe ». Le sort qui l’attend est affreux. Le bourreau va lui arracher les seins. Le tableau évoque cet instant mais la Sainte est ailleurs. Son regard tourné vers le ciel ne pense qu’à Dieu. Un homme en armure, tel un fier condottiere, semble lui apporter sa protection alors qu’un vieillard s’adresse à elle comme dans un murmure. Le mouvement des corps, leur carnation font de ce tableau un ballet baroque d’une beauté aérienne.

« Pietà », vers 1618, huile sur toile, Bernardo Strozzi(1581-1644); galerie Sarti.


Beaucoup plus intimiste est la « Pietà » de Bernardo Strozzi (1581-1644). C’est un chef-d’œuvre de ce peintre génois. La Vierge tient la main du Christ, allongé sur un linceul blanc après sa descente de la Croix. Le visage du Christ est serein, comme endormi et plongé dans un rêve. Son corps musclé ne semble avoir subi aucun stigmate, se reposant seulement d’un effort loin du supplice de la crucifixion. La Vierge, en retrait dans une semi-obscurité est penchée sur son fils comme si elle guettait son réveil. Son visage exprimant la douleur est la seule trace dans cette œuvre attestant la mort du Christ. Ce tableau est merveilleux de tendresse. Il transcende le martyre pour exprimer l’amour d’une mère pour son fils.

« Saint Jean-Baptiste », vers 1620-1630,huile sur toile, Maître de Baranello; galerie Sarti.


Un « Saint Jean-Baptiste » attribué au maître de Baranello exprime également la délicatesse caravagesque. Jean-Baptiste est seul, la nuit, dans la campagne. Son visage tourné vers le ciel semble indiquer une vision céleste. La lumière douce qui entoure son corps ajoute à l’œuvre tendresse et poésie. Le drapé rouge qui l’entoure, l’agneau également attentif à ce qu’observe le Saint et que nous ignorons, la position des jambes, le pied tourné vers nous, noirci par la terre sur laquelle Jean-Baptiste a marché donnent à cette œuvre un naturalisme admirable comme adouci et ouaté.
Galerie Sarti
« Peintre caravagesques italiens, peintres de la réalité »
Exposition jusqu’au 12 juillet 2013
Du lundi au vendredi de 9h30 à 13H et de 14h à 18h30
Possibilité de visites commentées gratuites, sur réservation
137 rue du Faubourg Saint-Honoré, 75008 Paris
Les tableaux présentés par la galerie Sarti sont en vente.
www.sarti-gallery.com

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

1 commentaire

Avatar de Mystère

Mystère

Merci monsieur de nous signaler cette exposition paraissant être de belle qualité. Comme vous l ‘aviez fait pour les expositions consacrées à la peinture et à la sculpture chez Perrin Bellanger et Coatelem. J ai plaisir à vous lire.


Répondre

A propos du blog

Robin Massonnaud

Robin Massonnaud, alias Robin des Arts surveille le marché et traque les prix dans les salles de ventes, les salons, les brocantes, pour le plus grand bonheur des chineurs ?

Voir mon profil

Instagram
  • Porte de Paris #paris #jaimeparis #illoveparis #parisiloveyou #parisjetaime #portedeparis #parisdoors #architecturedeparis #parisarchitecture #stylehaussmannien

Follow Me!

Abonnez-vous à notre newsletter

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Archives

Retour vers le haut de page