Picasso, Staël, Giacometti et Basquiat: l’art moderne plus parisien que jamais!

marche-de-l-art, publié le

NICOLAS DE STAËL (1914 – 1955)
MARSEILLE
signé; titré et daté au dos
huile sur toile
100 x 73 cm
Estimation : 1.200.000 € – 1.800.000 €


C’était un fait acquis, une évidence, une fatalité. Le marché de l’art moderne et contemporain avait déserté définitivement et depuis bien longtemps Paris traversant l’Atlantique pour s’installer à New-York. Et, il faut bien l’avouer, on s’est habitué aux communiqués de presse des grandes maisons new-yorkaises annonçant à longueur d’années des records himalayens à donner le tournis au Français moyen.
Mais depuis cinq à six ans, on sent un frémissement, une excitation nouvelle, les poids lourds de l’art contemporain n’hésitant pas à ouvrir d’immenses espaces en périphérie de Paris pour y exposer leurs artistes. La richissime Jet Set peut ainsi descendre de son avion au Bourget sans passer le périphérique et, profitant d’une petite révision du moteur et d’un plein d’essence, faire ses emplettes chez Gagosian ou Thaddaeus Ropac.
Au-delà du côté anecdotique et un rien bling bling de la chose (on imagine aisément Beyoncé après un concert au Stade de France passer au Bourget ou à Pantin pour acheter un immense Anselm Kieffer), ces ouvertures marquent le renouveau de la capitale.
Paris redevient une place de l’art moderne et contemporain. Ne rêvons-pas : New-York garde la suprématie mais Paris joue les outsiders coriaces et pourrait bien reconquérir une place de choix dans le circuit.
Les ventes aux enchères suivent le mouvement. A cet égard, les vacations organisées les 5 et 6 juin prochains par Sotheby’s sont assez bluffantes.

PABLO PICASSO (1881 – 1973)
FEMME ASSISE (FEMME ASSISE EN ROBE GRISE), 1943
Huile sur toile
130.2 x 97.2 cm, Estimation: 2 500 000- 3 500 000 €


Tout d’abord au niveau de l’origine des œuvres. Elles proviennent pour beaucoup de prestigieuses collections : des américains Alex et Elisabeth Lewyt, de la comtesse Viviane de Witt et de la très discrète Marina Picasso, la petite-fille du plus célèbre des artistes du XXème siècle.
Mais le nom ne suffit pas toujours à créer l’envie. Il faut que les œuvres proposées soient également de qualité. Et sans vouloir me montrer d’une euphorie béate, et tout en vous assurant que non, je ne recevrai pas un tableau de la vente pour récompenser mon enthousiasme, ce sera le cas la semaine prochaine.
Commençons par Marina Picasso. Afin de financer ses actions en faveur de l’enfance en difficulté, elle met en vente deux tableaux aux tonalités sombres de Pablo Picasso. Le premier « Palette et tête de taureau », réalisé en 1938 une année après Guernica, se caractérise par une grande simplicité des lignes, un style épuré presque glacial, la tête de taureau symbolisant une Espagne écrasée par les troupes franquistes. Cette image en négatif d’une nature morte est estimée 1 000 000 à 1 500 000 euros. L’autre tableau « Femme assise en robe grise » a été peint le 31 août 1943. Il montre Dora Maar en veuve noire, corsetée dans une lourde robe élisabéthaine, comme condamnée à l’immobilisme et au silence alors que l’artiste volage s’apprête à l’abandonner pour Françoise Gilot. Cette œuvre grave, à la beauté triste d’une femme délaissée, est estimée 2 500 000 à 3 500 000 euros.

ALBERTO GIACOMETTI (1901 – 1966)
FIGURINE
signé Alberto Giacometti sur la base
bronze peint
H. : 21,2 cm
Conçue vers 1949-50, cette œuvre a été fondue en 1950 et peinte par l’artiste en 1951.
Estimation : 1.000.000 € – 1.500.000 €


Abordons maintenant la collection de la comtesse de Witt. Il y a de quoi tomber à la renverse. La pièce la plus splendide n’est pas bien grande. Elle mesure 21,2 centimètres. Il s’agit d’un bronze peint d’Alberto Giacometti. Cette figurine de femme, conçue vers 1949 a été fondue en 1950 et peinte par l’artiste l’année suivante. Les bronzes peints de Giacometti sont des œuvres majeures de l’art moderne. Cette petite femme aux cheveux bruns, aux yeux noirs et aux lèvres rouges est immobile, les bras le long du corps comme dans une position d’attente inquiète ou d’espoir illusoire. Elle fascine par sa fragilité intemporelle, sa délicatesse et son soucie de passer inaperçue alors que tout son être irradie l’humanité. Cette exceptionnelle sculpture est estimée 1 000 000 à 1 500 000 euros ce qui nous semble modeste pour ce qu’il faut bien qualifier de chef d’œuvre.
Tout aussi magnifique mais bien différente est l’œuvre de Jean-Michel Basquiat provenant de la même collection. « Crown Hotel, Mona Lisa Black Background » a été réalisée en 1982, une période de grande maturité artistique pour l’artiste alors âgé de 22 ans. Il y rend un hommage à son idéal de beauté occidental : la Mona Lisa de Léonard de Vinci et Olympia de Manet. La dominante noire du tableau dramatise la scène, exalte les rares couleurs présentes et assure à la figure centrale de femme nue la présence d’une pythie. Ce tableau, le plus important de l’artiste présenté en France, est estimé 5 à 7 millions d’euros.

JEAN-MICHEL BASQUIAT
1960 – 1988
CROWN HOTEL (MONA LISA BLACK BACKGROUND)
signé, titré et daté 1982 au dos
acrylique et collage de papier sur toile montée sur chassis en croix
124 x 216 cm
Estimation : 5.000.000 €- 7.000.000 €


Quant à la collection Alex et Elisabeth Lewyt, elle présente deux œuvres magistrales de Nicolas de Staël. La première datée de 1953 « Fleurs sur une table couleur saumon » est estimée 800 000 à 1 200 000 euros. Les couleurs sont tendres, le tableau puissant, presque massif grâce à la matière riche appliquée à la truelle et pourtant en même temps d’une grande douceur.
Elle est confrontée à une deuxième œuvre, très différente, datée de 1954, aux couleurs pures, éclatantes et clinquantes, image d’une Méditerranée gorgée de soleil et de lumières. Son nom « Marseille ». Sur un fond bleu, elle exalte le Sud, les touches rouges, vertes et orangées symbolisant certainement la ville face à la mer. D’une extrême simplicité, presque conceptuelle, cette toile magnifique est estimée 1 200 000 à 1 800 000 euros. Un chiffre assez modeste si on rapproche ce tableau d’une œuvre de l’artiste représentant un nu, au chromatisme identique, vendue en décembre 2011 par Artcurial pour la bagatelle de 7 millions d’euros, un record mondial pour l’artiste.

WASSILY KANDINSKY (1866-1944)
BLAUER KREIS NO. 2 (CERCLE BLEU II)
signé avec le monogramme de l’artiste K et daté 25 (en bas à gauche) ; titré Blauer Kreis et numéroté 289 dans le dos
Huile sur toile
60.9 x 41.5 cm
Estimation : 1.000.000 € – 1. 500.000 €


Les deux catalogues édités pour ces ventes sont impressionnants. Vous y trouverez des œuvres exceptionnelles de Warhol, des petits formats de Max Ernst, de Wilfredo Lam, des tableaux de Masson, Man Ray, Miro, plusieurs œuvres de Dubuffet, un tryptique de Fernand Léger mais également un fascinant Kandinsky (Cercle Bleu II) de 1925. Il s’agit d’une réflexion philosophique de l’artiste sur la beauté céleste du cercle pendant ses années au Bauhaus. Intense, envoutante et magique, elle attire comme un aimant. Réalisant un équilibre parfait entre la radicalité des compositions de Malévitch et la sensualité des tableaux de Rothko, il faut compter 1 000 000 à 1 500 000 euros pour l’emporter.

JEAN DUBUFFET (1901 – 1985)
LES RICHES FRUITS DE L’ERREUR
signé, dédicacé à Max Loreau et daté 63; signé, titré et daté mars 63 au dos
huile sur toile
114 x 146 cm
Estimation : 1.000.000 € – 1.500.000 €


Précipitez-vous aux expositions Faubourg Saint-Honoré. Vous en ressortirez ébloui.

Crédit Photos : Sotheby’s/ArtDigital Studio
Sotheby’s : ventes le 5 et 6 juin
Expositions du 31 mai au 5 juin, les 31 mai, 1er,2, 4 et 5 juin de 10 h à 18h, le 3 juin de 10h à 20h30
www.sothebys.com

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

1 commentaire

Avatar de Lionel BOISSE

Lionel BOISSE

Article rédigé avec, une nouvelle fois encore, brio. Enthousiaste, dynamique, pertinent et subtile, nous reconnaissons bien là les qualités de son esthète auteur. Visite de l’expo noté dans le calendrier, au plaisir de vous y croiser !


Répondre

A propos du blog

Robin Massonnaud

Robin Massonnaud, alias Robin des Arts surveille le marché et traque les prix dans les salles de ventes, les salons, les brocantes, pour le plus grand bonheur des chineurs ?

Voir mon profil

Instagram
  • Porte de Paris #paris #jaimeparis #illoveparis #parisiloveyou #parisjetaime #portedeparis #parisdoors #architecturedeparis #parisarchitecture #stylehaussmannien

Follow Me!

Abonnez-vous à notre newsletter

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Archives

Retour vers le haut de page