Vivez votre argent avec le service Orloff

marche-de-l-art, publié le

Soupière et flambeaux en argent de Jacques et Jacques-Nicolas Röettiers, Paris 1770-1771. Estimations: 1,5 à 2 millions euros pour la soupière et 500 000 à 800 000 euros pour les flambeaux. Vente Christie’s Paris, 8 novembre 2013.


Comment dégustez-vous votre caviar ? Certains puristes préconisent vaisselle et cuillers en argent, seul métal susceptible de magnifier le goût subtil des œufs d’esturgeon. La tsarine Catherine II avait-elle cette idée en tête en passant commande en 1770 aux orfèvres parisiens Jacques et Jacques-Nicolas Röettiers de 2 000 pièces d’un service en argent? Nul ne le sait mais nos deux orfèvres honorèrent les désirs impériaux en à peine dix-huit mois. L’impératrice en fit cadeau à l’un de ses favoris, le célèbre comte Grigori Orloff. Il est vrai que cet amant fougueux l’avait aidé à destituer son époux le tsar Pierre III lui permettant ainsi de régner seule sur le plus grand empire du monde. Il méritait donc récompenses et honneurs. Ce que Catherine fit avec une grande prodigalité. Au décès du comte, Catherine II a racheté le service à ses héritiers. Resté dans les collections impériales jusqu’à la révolution, les soviétiques le mirent en vente à Berlin dans les années 30. Les pièces furent alors dispersées de par le monde et acquises par de grands antiquaires dont Jacques Helft qui vendit à une famille une soupière et quatre flambeaux. C’est elle qui les propose aujourd’hui aux enchères par le canal de Christie’s.
Cet ensemble est le reflet de l’évolution des styles en France à la fin du XVIIIème siècle. On est en pleine période Transition. Le style Rocaille laisse progressivement place au néo-classicisme inspiré de la découverte de Pompéi. On en retrouve l’expression dans les pièces du service Orloff. La ceinture de motifs en feuilles de lauriers, l’alternance de cannelures et de décors végétaux font de ces pièces l’une des premières manifestations du néoclassicisme en orfévrerie. Un sommet de l’art français digne de la magnificence de la Cour de Saint-Pétersbourg.
Une telle virtuosité a malheureusement son prix. Il faudra compter 500 000 à 800 000 euros pour les quatre flambeaux alors qu’il faudra mobiliser 1,5 à 2 millions d’euros pour espérer emporter la soupière. A ce niveau, gageons que l’amateur aura certainement les moyens de remplacer le potage par du caviar, respectant ainsi les prescriptions des amateurs !
A moins que de riches apparatchiks ne se mobilisent pour acheter cet ensemble et l’offrir au musée de l’Ermitage…
Vente Christie’s, 8 novembre 2013, 9 avenue Matignon, 75 008 Paris.
Exposition du lundi 4 au jeudi 7 novembre, de 10h à 18h.

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

Aucun commentaire

A propos du blog

Robin Massonnaud

Robin Massonnaud, alias Robin des Arts surveille le marché et traque les prix dans les salles de ventes, les salons, les brocantes, pour le plus grand bonheur des chineurs ?

Voir mon profil

Instagram
  • Oeuvre de Siméon Solomon #preraphaelites #preraphaelist #preraphaelism #preraphaelitebrotherhood #simeonsolomon #englishart #englishartist #englishartists #englishpainter

Follow Me!

Abonnez-vous à notre newsletter

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Archives

Retour vers le haut de page