La Chine, la future grande puissance artistique?

marche-de-l-art, publié le

Zeng Fanzhi, « The Last Supper », 2001, huile sur toile adjugée 23,1 millions de dollars. Vente Sotheby’s Hong-Kong, 5 octobre 2013


Comme chaque année le crédit Suisse publie son « Global Wealth report » recensant les millionnaires dans le monde. Si les Etats-Unis conservent la première place avec 45 560 particuliers possédant une fortune supérieure à 50 millions de dollars, ils sont désormais suivis par la Chine avec 5 830 grosses fortunes. Mais ils sont également 1140 à Hong-Kong et 1 370 à Taïwan. Soit un total de 8 340 chinois très fortunés. Pourquoi aborder ces statistiques économiques sur un blog destiné à l’art ? Tout simplement parce qu’il faut les connaître pour expliciter les résultats remarquables des ventes récentes orchestrées par Sotheby’s à Hong-Kong. Le montant total des vacations étalées sur cinq jours a atteint un record pour l’Asie de 538 millions de dollars. Du jamais vu.
Il est vrai que Sotheby’s présentait plusieurs pointures de l’art chinois fort prisées des riches collectionneurs. Zao Wou-Ki, Liu Ye, Liu Wei, Zhou Chunya, Zhang Xiaogang, Chen Yifei ou encore Zeng Fanzhi ornaient les cimaises afin de séduire un public tout prêt à dépenser. Et ça marche plutôt bien. Il est vrai également que deux des œuvres présentées appartenaient à la collection du baron et de la baronne Ullens de Schooten. Ce couple belge, dont la famille a fait fortune dans l’industrie sucrière, est connu comme détenant le plus bel ensemble de peinture chinoise des années 70 à aujourd’hui. Elle comporte environ 1 500 pièces et rivalise avec elle d’Uli Sigg, ancien ambassadeur de Suisse en Chine.
La première oeuvre « Red flag 1» de Chen Yifei (1946-2005)ne pouvait que susciter la convoitise. Réalisé en 1970, ce tableau est typique du réalisme patriotique et communiste exaltant le rôle joué par les soldats de l’armée populaire de libération. Corps martiaux, visages volontaires tournés vers l’avenir radieux du communisme, l’œuvre s’éloigne cependant de la peinture officielle. Ces soldats ne sont pas idéalisés. Leurs uniformes n’ont pas le tombé impeccable d’un costume de défilé. Ils portent des munitions et sont plantés dans un environnement hostile, baignant dans un clair-obscur inquiétant. Pas étonnant qu’une telle œuvre, très rare en vente, trouve preneur pour le prix de 10 210 000 dollars US. Même engouement pour trois tableaux de Zao-Wou-Ki qui ont frôlé ou dépassé les 10 000 000 dollars US.
Mais la star de ces ventes a été Zeng Fanzhi et son « Last supper », la deuxième oeuvre de la collection Ullens de Schooten. C’est certainement l’une des pièces majeures de cet artiste né en 1964 qui vit à Pékin.
Le musée d’art moderne de la ville de Paris lui consacre justement une importante rétrospective à partir du 18 octobre prochain. Dans sa courte présentation, le musée précise que l’artiste « utilise depuis les années 1990 un langage original, marqué par son évidente filiation à l’art asiatique ainsi que par les nombreuses influences occidentales parvenues jusqu’à lui ». Cette confrontation d’influences diverses est patente dans l’œuvre vendue à Hong-Kong. Il y reprend « La Cène » l’oeuvre célébrissime de Léonard de Vinci, visible sur réservation dans le réfectoire d’un monastère de Milan. Les figures de Jésus et des Apôtres sont remplacées par celles de jeunes pionniers masqués, aux foulards rouges, mangeant des melons d’eau. L’un d’entre eux, Judas, porte une cravate jaune. Pour l’artiste, il symbolise le désir de passer de l’idéal communiste à une ère nouvelle. Comme il le dit lui-même « La cravate jaune représente l’argent et le capitalisme occidental. C’est seulement à compter des années 80 que les chinois ont commencé à porter des cravates ». Ce tableau peint en 2001 est donc la représentation symbolique des changements de la Chine contemporaine. Il est aussi typique des « Mask series », très Pop Art, qui ont fait la réputation de l’artiste à l’étranger. C’est en partie la raison pour laquelle il a atteint la somme de 23,1 millions de dollars US, un prix record pour Zeng Fanzhi mais aussi le plus élevé jamais payé pour un artiste chinois contemporain.

Une vue de la salle de Sotheby’s Hong-Kong lors des ventes d’art chinois de début octobre.


Mais ce prix ne s’explique pas seulement par les qualités de cet artiste. Il tient aussi beaucoup à ces nouvelles fortunes asiatiques qui investissent massivement dans l’art chinois. Ces collectionneurs se passionnent pour la peinture contemporaine et ancienne de l’Empire de Milieu, pour les porcelaines impériales ou les bronzes archaïques. Pour le moment, elles n’achètent guère d’art occidental, à l’exception de certains artistes modernes et contemporains. Mais le jour où, par goût ou par éducation artistique, ils s’intéresseront à tous les autres domaines de l’art, les collectionneurs et les musées occidentaux auront affaire à rude concurrence ! Et les grandes maisons comme Sotheby’s et Christie’s ont bien compris les enjeux de ce changement géo-stratégique du marché en décidant de multiplier les ventes de prestige en Asie.
En attendant ce duel Occident-Orient un seul conseil. Faites-comme moi. Poussez les portes du musée d’art moderne de la ville de Paris pour y découvrir une quarantaine de toiles et de sculptures de Zeng Fanzhi.

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

1 commentaire

Avatar de Lionel BOISSE

Lionel BOISSE

Article excellent !


Répondre

A propos du blog

Robin Massonnaud

Robin Massonnaud, alias Robin des Arts surveille le marché et traque les prix dans les salles de ventes, les salons, les brocantes, pour le plus grand bonheur des chineurs ?

Voir mon profil

Instagram
  • Portrait d’Eleanor Post-Close par Frank Owen Salisbury, vente Eleanor Post-Close Sotheby’s Paris 19 et 20 décembre #sothebys #americancollectors #americaninparis #americancollections

Follow Me!

Abonnez-vous à notre newsletter

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Archives

Retour vers le haut de page