Art et fiscalité: un tableau d’actualité

marche-de-l-art, publié le

Pieter Brueghel le Jeune (1564-1637/38), « Le paiement de la dîme », signé et daté 1615; estimation:300 000- 400 000 euros; Vente Artcurial 13 novembre 2013.


Suivre la tendance, être dans l’actualité, surfer sur les grandes manifestations, les grandes maisons de ventes savent faire. C’est la raison pour laquelle alors que le salon Paris Tableau ouvre ses portes, de nombreuses vacations sont organisées. Trois tableaux retiennent l’attention.
Saluons la présence chez Europ Auction du « Denier de César » du Titien l’un des trois tableaux de l’artiste sur ce thème, les deux autres étant dans des musées à Dresde et à Londres. Tardif car réalisé vers 1560-1565, il est d’une grande intensité, le visage du Christ calme et serein créant un contraste avec celui du pharisien plus tendu, presque agressif. Pour cette œuvre rare, il faut compter 1,5 à 2 millions d’euros.
Vendredi c’est un tout autre style qu’on trouvera chez Audap-Mirabaud. La maison de vente présente un portrait de la duchesse de Guiche par Elisabeth Vigée-Lebrun. Guichette comme on la surnommait était la fille de la duchesse de Polignac favorite de Marie-Antoinette. La toile a été peinte en 1794 à Vienne, lieu de séjour de nombreux émigrés. En turban bleu, une robe rouge à la grecque, un collier de corail au cou, Guichette est sémillante. Ce portrait est typique du style élégant de l’artiste. Il est estimé 150 000 à 180 000 euros.
Mais c’est Artcurial qui avec maestria surfe le mieux sur la tendance. La maison de ventes ne se contente pas de présenter des tableaux anciens. Elle rappelle que le matraquage fiscal n’est pas une nouveauté mais bien malheureusement une constante de l’histoire. Elle présente en effet une œuvre de Brueghel le Jeune « le paiement de la dîme ». On y voit de pauvres paysans avec œufs, volailles et légumes, le visage fermé et contrarié, attendant respectueusement de passer devant un contrôleur dédaigneux et submergé par la paperasse. Même s’ils n’arborent pas de bonnets rouges, cette œuvre, pourtant datée de 1615, est d’une grande modernité. Elle est estimée 300 000 à 400 000 euros et sera vendue le 13 novembre.

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

Aucun commentaire

A propos du blog

Robin Massonnaud

Robin Massonnaud, alias Robin des Arts surveille le marché et traque les prix dans les salles de ventes, les salons, les brocantes, pour le plus grand bonheur des chineurs ?

Voir mon profil

Instagram
  • Punchy mon merveilleux petit cairn terrier #dogs #dogslovers #chiens #monchien #mydog #ilovemydog #cairnterrier #cairnterrierlove

Follow Me!

Abonnez-vous à notre newsletter

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Archives

Retour vers le haut de page