Collection de la Selle: l’art de l’éclectisme

marche-de-l-art, publié le

Vue du salon de Nancy et Sébastien de la Selle mêlant harmonieusement créations contemporaines et mobilier ancien.


L’art est rangé par catégorie, sous-catégories et autres compartiments et bien des collectionneurs suivent le mouvement. On apprécie les tableaux anciens mais pas les artistes contemporains ou l’inverse. On porte aux nues le mobilier design et l’on déteste les commodes Louis XV ou l’inverse. On considère les Arts Premiers comme majeurs tout en rejetant la photographie. Et ainsi de suite…
Les maisons et appartements de ces collectionneurs reflètent alors ce monothéisme artistique. Tout est moderne ou ancien avec parfois une ou deux pièces rapportées. Seuls les intérieurs confiés entièrement aux décorateurs font preuve d’un certain éclectisme. Mais l’expression « appartements d’apparat » utilisée par les agents immobiliers les concerne au premier chef. Le résultat est beau mais froid pour ne pas dire un rien artificiel et factice.
Pourtant à bien y réfléchir le véritable amateur n’est-il pas celui qui dans toute époque ou dans tout mode d’expression artistique trouve de quoi s’émouvoir ? A mon humble avis oui. C’est à cette catégorie d’esprits ouverts sur le monde qu’appartiennent Sébastien et Nancy de la Selle. Leur collection est la quintessence de l’éclectisme et leur intérieur reflète ce goût des choses diverses et variées, installées à « leur manière ». On y ressent l’amour des objets et l’humanité de leurs propriétaires.

Georg Baselitz (né en 1938) « Zwei Hände und Tanne », 1984, estimation:150 000 à 200 000 euros; Vente Christie’s Paris du 4 décembre 2013


Nancy Gillespie, passionnée d’art contemporain s’installe à Paris dans les années 70. Elle y rencontrera son époux Sébastien de la Selle et ouvrira une galerie (Gillespie-Laage-Salomon) dans le Marais non loin du Centre Pompidou. C’est elle qui fit connaître au public français le travail de l’allemand Georg Baselitz dont deux récentes expositions, l’une au musée d’art moderne de la ville de Paris, l’autre à la galerie Thaddaeus Ropac, ont montré les magnifiques et immenses statues, véritables totems de l’art contemporain. Elle défendit bien des artistes : Jorg Immendorf, Dan Flavin, Bryan Hunt, Annette Messager, les photographes Hamish Fulton, Bernd et Hilla Becher… Pendant que Nancy s’intéressait à l’art contemporain son époux prospectait, avec sa complicité, d’autres terrains : la peinture ancienne, le mobilier, l’art africain et plus particulièrement les statuettes en fer Dogon ou les autels Fon, sorte de cannes représentant un ancêtre et servant d’autel portatif pour honorer le mort…

Lit de repos d’époque Napoléon III en métal et tôle à décor de paons, oiseaux et fleurs, estimation: 800 à 1 200 euros; Vente Christie’s Paris 26 novembre 2013.


Ces goûts et ces intérêts multiples donnent un ensemble d’une grande élégance, équilibré dans sa diversité. Après 40 ans à Paris, notre couple s’installe à New-York et met en vente chez Christie’s une partie de ses collections.
Vous y trouverez cette originale collection de fers africains pour des estimations basses de 1 000 euros, des chaises, canapés, marquises et commodes Louis XV pour des prix variant entre 2 000 euros et 8 000 euros mais aussi du mobilier Napoléon III comme ce confident (entre 800 et 1 200 euros) ou ce lit de repos en métal et tôle laqué à décor de paons, oiseaux et fleurs dans la même gamme de prix. On y imagine facilement les petites filles modèles de la comtesse de Ségur s’y chuchotant leurs secrets.

Annette Messager (née en 1943) « quatre motifs gais », estimation 4 000 à 6 000 euros, Vente Christie’s Paris, 26 novembre 2013.


Ce mobilier classique cohabite avec des pièces contemporaines comme cette table basse en fer dont le plateau est formé d’une mosaïque d’inspiration antique de Mimmo Paladino (10 000 à 15 000 euros).
Bien entendu, vous trouverez de nombreuses œuvres de Baselitz notamment de belles estampes accessibles à partir de 1 500 euros. Mais la pièce de choix de cet artiste est sans contexte un tableau puissant « Zwei Hände und Tanne » aux couleurs sombres. Elle devrait atteindre 150 000 à 200 000 euros. Tout aussi impressionnantes sont les sculptures collectionnées par Nancy et Sébastien de la Selle. Une « femme assise » de Willem de Kooning est estimée 400 000 à 600 000 euros alors qu’un bronze peint « Little glass » de Roy Lichtenstein pourrait séduire un amateur pour 200 000 à 300 000 euros. Les bronzes de Lichtenstein sont moins connus que ses grands tableaux. L’exposition récente du Centre Pompidou a permis de redécouvrir cet aspect de son travail et d’apprécier le caractère ludique et coloré de son œuvre sculptée.

Marguerite Gérard (1761-1837), « La leçon de danse », vers 1789, estimation 50 000 à 70 000 euros, vente Christie’s Paris, 26 novembre 2013.


Pour les photos, les paysages d’Hamish fulton sont accessibles à partir de 5 000 euros, une vue mélancolique de Versailles par Bruno Requillart pour 500 euros. Mais il faudra compter 15 000 à 20 000 euros pour « Civic Theatre, New Zealand » d’Hiroshi Sugimoto qui fait actuellement l’objet d’une belle exposition à la fondation Pierre Bergé/Yves Sant Laurent. Il faut également citer « Quatre motifs gais » d’Annette Messager, quatre photographies et quatre œuvres aux crayans de couleurs au montage original (4 000 à 6 000 euros).

Mimmo Paladino (né en 1948), table au plateau en mosaïque et structure de fer, estimation 10 000 à 15 000 euros. Vente Christie’s Paris 26 novembre 2013


Mais dans cette collection la peinture ancienne fait également bonne figure. Un pastel de Perronneau, portrait de femme de trois-quarts, à la carnation délicate est estimé 4 000 à 6 000 euros. Un couple dans un intérieur attribué à Van Gorp, d’un style proche de Boilly, est proposé 4 000 à 6 000 euros. On peut aussi facilement craquer pour ce paysage maritime de Pierre-Jacques Volaire représentant des pêcheurs et des personnages jouant aux cartes sur un rivage (20 000 à 30 000 euros).

Roy Lichtenstein (1923-1997), « Little glass » 2/6, bronze peint réalisé en 1979, estimation 200 000 à 300 000 euros; Vente Christie’s Paris 4 décembre 2013.


Le plus beau tableau est certainement « La leçon de danse » de Marguerite Gérard. Cette artiste, élève, collaboratrice et belle-sœur de Fragonard est une merveilleuse portraitiste. Moins connue qu’Elisabeth Vigée-Lebrun, le public l’a redécouverte en 2009 lors d’une belle exposition au musée Cognacq-Jay. Outre des portraits, elle réalisait de nombreuses scènes intimistes montrant la vie quotidienne de l’aristocratie et de la haute bourgeoisie. C’est à cette catégorie qu’appartient notre tableau. Hommage aux artistes flamands, cette œuvre élégante est estimée 50 000 à 70 000 euros.

Hiroshi Sugimoto (né en 1948), « Civic Theatre, New Zealand » 1991; estimation 15 000 à 20 000 euros, Vente Christie’s 26 novembre 2013.


Collection Sébastien et Nancy de la Selle, vente le 26 novembre, le 4 et le 5 décembre. Exposition les 22,23 et 25 novembre de 10h à 18h, Christie’s Paris.

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

Aucun commentaire

A propos du blog

Robin Massonnaud

Robin Massonnaud, alias Robin des Arts surveille le marché et traque les prix dans les salles de ventes, les salons, les brocantes, pour le plus grand bonheur des chineurs ?

Voir mon profil

Instagram
  • Porte de Paris #paris #jaimeparis #illoveparis #parisiloveyou #parisjetaime #portedeparis #parisdoors #architecturedeparis #parisarchitecture #stylehaussmannien

Follow Me!

Abonnez-vous à notre newsletter

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Archives

Retour vers le haut de page