Art du XXème siècle: Paris dans le sillage de New-York

marche-de-l-art, publié le , mis à jour à

Martial Raysse (né en 1936), « Quinze août », réalisé en 1964, collection Runnqvist, estimation: 1,5 à2 millions d’euros; Vente Christie’s Paris, 4 décembre 2013.


En novembre, les ventes d’art moderne et contemporain de New-York ont affolé les compteurs avec des prix stratosphériques pour des œuvres iconiques… Plus modestement, Paris organise début décembre, sous l’égide des trois plus grosses maisons de la place (Artcurial, Christie’s et Sotheby’s) plusieurs ventes qui, sans concurrencer New-York, tiennent largement la route et devraient séduire les amateurs les plus exigeants.

Aristide Maillol (1861-1944), « La rivière », sculpture en plomb, 1938-1943, estimation: 2 à 3 millions d’euros; Vente Artcurial Paris en collaboration avec Sotheby’s, 2 décembre 2013.


La femme y tient une place de choix. C’est le cas, chez Christie’s, de ce pétillant et coloré tableau de Martial Raysse représentant une jolie fille dans un univers orangé. L’artiste a pendant longtemps été délaissé par les collectionneurs. Désormais il est de ces artistes français appréciés des anglo-saxons. En dix ans, sa cote a grimpé selon Artprice de 890 %. C’est pourquoi cette œuvre « Quinze août » pourrait atteindre 1,5 à 2 millions d’euros, ce qui constituerait le cinquième résultat millionnaire pour Raysse. Il le mérite car il a tout du Pop Art acidulé propre à ce « French Warhol ».

Tamara de Lempicka (1898-1980), « Deux nus en perspective », 1925, estimation: 1,3 à 1,8 million d’euros; Vente Sotheby’s Paris, 4 décembre 2013.


Sotheby’s propose un tableau rare de Tamara de Lempicka « les deux nus en perspective ». On y trouve toutes les caractéristiques des œuvres de cette artiste emblématique des années 20 : monumentalité des corps, blancheur laiteuse des chairs, impassibilité des visages et décor légèrement cubiste. Ce qui explique l’estimation de 1,3 à 1,8 million d’euros.
Dans le domaine de la sculpture, l’amateur ne sera pas déçu. Christie’s présente une immense « Nana danseuse » deNiki de Saint-Phalle, aux couleurs flash, au corps rebondi, à l’humeur joyeuse. Une œuvre qui pourrait atteindre 800 000 à 1 200 000 euros.

Pablo Picasso (1881-1973), « Femme debout », 1964, estimation: 450 000 à 650 000 euros; Vente Christie’s 3 décembre 2013.


Très différentes sont les sculptures d’Aristide Maillol. Artcurial, en collaboration avec Sotheby’s met en vente plusieurs pièces de la collection Dina Vierny, l’inspiratrice, la muse, le modèle adoré de Maillol. Parmi les lots proposés, l’amateur trouvera un nu au pastel de Dina Vierny, couchée dans une pose alanguie. Il s’agit d’un dessin préparatoire à une sculpture « La rivière ». Il est estimé 250 000 à 350 000 euros. Mais pour qui a de plus gros moyens et un grand jardin qu’il voudrait transformer en version réduite des Tuileries parsemées de sculptures féminines, il y a mieux. Une grande sculpture en plomb reprenant le pastel précité est à vendre. Cette rivière montre une femme perdant l’équilibre, chutant sur le sol. Elle n’a pas ce caractère paisiblement serein des autres sculptures de l’artiste. Mais on y retrouve ces formes féminines girondes qui selon l’expression populaire « ont de quoi satisfaire les mains d’un honnête homme ». Elles adoucissent le poids de la chute lui donnant un côté d’une subtile sensualité. Pour l’emporter il faut compter 2 à 3 millions d’euros.

Niki de Saint-Phalle (1930-2002), « Nana danseuse », 1995, pièce unique, estimation: 800 000 à 1 200 000 euros; Vente Christie’s Paris 4 décembre 2013.


Christie’s propose également une « Femme debout » de Picasso. Datée de 1964, ce fusain sur toile est puissant et graphique dans ses tons de sable. Il est présenté pour 450 000 à 650 000 euros.
Terminons cette parenthèse féminine par l’œuvre d’une artiste américaine Joan Mitchell. Expressionniste et abstraite, elle peignait de grands formats aux couleurs heurtées souvent en diptyque ou triptyque. Elle disait de ses tableaux qu’ils devaient « transmettre le sentiment d’un tournesol fanant ». C’est ce que l’on éprouve en contemplant ses quatre toiles « Aquarium » datées de 1964. Puissantes, elles vous envahissent et vous emportent. Leur prix selon Christie’s : entre 2,2 et 3 millions d’euros. Sotheby’s propose également une toile de Mitchell plus tardive car datée de 1983. « La grande vallée » rappelle les nymphéas de Monet, baignée qu’elle est dans une lumière diaphane. Cette toile pourrait atteindre 1,5 à 2 millions d’euros.

Joan Mitchell (1925-1992), « Aquarium », huile sur 4 toiles assemblées, estimation:2,2 à 3 millions d’euros; Vente Christie’s Paris, 4 décembre 2013.


Mais il n’y a pas que la femme dans ces ventes de début décembre. Même si l’œuvre n’est pas du XXème siècle mais du XIXème il faut mentionner chez Artcurial un rare Gustave Caillebotte. Aussi célèbre que ses « raboteurs de parquet », il orne les cimaises de l’hôtel Dassault et attend son futur propriétaire. Il s’agit d’une toile de sa série « Le pont de l’Europe » un endroit de Paris qui n’a pratiquement pas changé depuis la réalisation de ces toiles dans les années 1870. Dans une tonalité bleu-gris, on y voit un homme penché regardant le trafic des trains de la gare Saint-Lazare. Cette toile digne d’un musée est estimée 3 à 4 millions d’euros.

Amedeo Modigliani (1884-1920), « Portrait de Roger Dutilleul »,1919, estimation: 7 à 10 millions d’euros; vente Sotheby’s Paris 4 décembre 2013.


Mais le tableau le plus exceptionnel de toutes ces ventes est proposé par Sotheby’s. Il s’agit du portrait de Roger Dutilleul par Modigliani. Sans moyens colossaux, ce collectionneur acheta sa vie durant des Braque, Derain, Vlaminck, Van Dongen, Léger et Picasso. Mais son artiste fétiche était Amedeo Modigliani. Amateur instinctif qui comme il le déclarait se laissait « impressionner par une œuvre comme une plaque photographique vierge » Dutilleul avait « craqué » pour son oeuvre au point d’accumuler 34 tableaux et 21 dessins de l’artiste. En 1919 Modigliani fit son portrait au prix de trois séances de pose dans l’appartement de la plaine Monceau du collectionneur. Le tableau dans les tons gris, noir, vert émeraude et ocre s’inspire d’une œuvre de Picasso que Modigliani découvrit chez Dutilleul. Ce portrait dégage un sentiment profond d’humanisme et de respect du peintre pour son modèle et mécène. Une œuvre superbe estimée 7 à 10 millions d’euros.

Wassily Kandinsky (1866-1944), « Bunt im Dreieck », 1927, estimation: 1,2 à 1,8 million d’euros; Vente Sotheby’s Paris, 4 décembre 2013


Au rang des tableaux magnifiques, il faut aussi citer chez Sotheby’s un Kandinsky « Bunt im Dreieck (bigarrure dans le triangle) » de 1927. L’artiste déclarait « qu’un triangle provoque une émotion vivante parce que lui-même est un être vivant ». C’est exactement ce que l’on éprouve à contempler cette huile sur isorel au chromatisme doux et séduisant. Comptez 1,2 à 1,8 million d’euros pour l’emporter.

Zao Wou-ki (1920-2013), « 1.12.64 », estimation: 1 à 1,5 million d’euros, Vente Sotheby’s 3 décembre 2013.


Exposition Poliakoff au Musée d’Art Moderne oblige, on trouve dans toutes les ventes des œuvres de Poliakoff. La plus séduisant me semble être cette composition abstraite de 1954, avec ce rouge puissant qui semble vouloir annihiler les autres couleurs. Sotheby’s en attend 350 000 à 450 000 euros.
Enfin mentionnons un splendide Zao Wou-ki assez éloigné de ses oeuvree ouatées et nuages. Presque violente, d’une dureté inhabituelle et pourtant envoutante elle pourrait obtenir 1 à 1,5 million d’euros.

Serge Poliakoff (1906-1969), « Composition abstraite », 1954, estimation: 350 000 à 450 000 euros; Vente Sotheby’s Paris, 3 décembre 2013.


Mais n’hésitez-pas à vous rendre aux expositions avant vente de ces trois maisons. Vous y découvrirez de nombreux autres artistes: une sculpture indescriptible de Miro, Soulages, Nicolas de Staël, Chagall, Dubuffet, César, Hantaï, Hartung…
Ventes Artcurial, Christie’s, Sotheby’s des 2,3 et 4 décembre.
Pour les dates et heures d’exposition voir les sites www.artcurial.com, www.christies.com et www.sothebys.com

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

Aucun commentaire

A propos du blog

Robin Massonnaud

Robin Massonnaud, alias Robin des Arts surveille le marché et traque les prix dans les salles de ventes, les salons, les brocantes, pour le plus grand bonheur des chineurs ?

Voir mon profil

Instagram
  • Oeuvre de Siméon Solomon #preraphaelites #preraphaelist #preraphaelism #preraphaelitebrotherhood #simeonsolomon #englishart #englishartist #englishartists #englishpainter

Follow Me!

Abonnez-vous à notre newsletter

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Archives

Retour vers le haut de page