Tintin et Gaston Lagaffe entre Paris et Bruxelles

marche-de-l-art, publié le , mis à jour à

Moebius, « Le désintégré réintégré », gouache et aquarelle pour la couverture de l’album, estimation: 8 000 à 10 000 euros. Vente Millon, 8 décembre.


Comme tout enfant, je lisais avec passion les aventures de Tintin ou de Lucky Luke, les exploits d’Astérix et Obélix, les tentatives hargneuses d’Iznogoud pour devenir calife à la place du calife, les batailles héroïques d’Alix, les bourdes de Gaston Lagaffe. J’étais loin d’imaginer qu’un jour ces albums ou les planches dessinées par les auteurs de ces BD deviendraient des objets de collection disputés par les amateurs passionnés.
La BD est devenue un secteur à part du marché de l’art dont le succès ne se dément pas. Les acheteurs sont des érudits et achètent avec discernement sans volonté spéculative. Le marché est plutôt sain et les prix grimpent continuellement.

Tintin N&B- Au Congo: edition originale Petit Vingtième, estimation 3 500 à 4 500 euros. Copyright Moulinsart, vente Millon 8 décembre


Les maisons de ventes suivent le phénomène et proposent des vacations solides. C’est le cas de Millon qui organise une vacation en duplex entre Paris et Bruxelles. La vente aura lieu place du Grand Sablon en plein cœur du quartier des antiquaires de la capitale belge et l’amateur parisien qui n’aura pas pris le Thalys pourra enchérir rue Rossini, à côté de Drouot.
Il y a deux temps forts dans cette vente. Le matin seront vendu 84 albums. On y trouve de très belles éditions originales de Lucky Luke entre 200 et 1 500 euros, un Gaston Lagaffe « Lagaffe mérite des baffes » évalué 700 à 900 euros, un album des Schtroumpfs « Les Schtroumpfs noirs’ qui pourrait réaliser 800 à 1 000 euros. Mais le gros de la vente, ce sont les albums de Tintin. Le prix le plus élevé devrait logiquement revenu à un « Tintin au pays des Soviets », une édition originale numérotée des 500 premiers exemplaires signée « Tintin » par Hergé et « Milou » par sa future femme. En très bon état il pourrait atteindre 20 000 à 25 000 euros.

Tintin N&B-Au pays des Soviets, édition originale numérotée, Les éditions du Petit Vingtième, estimation 20 000 à 25 000 euros, copyright Moulinsart, vente Millon 8 décembre.


Un petit format paru en 1934 de « Tintin en Amérique » est estimé 6 000 à 8 000 euros, le premier album d’Hergé publié chez Casterman « Les cigares du pharaon » 4 000 à 5 000 euros. Mais on trouve beaucoup moins cher comme « Tintin au Tibet » attendu autour de 200 à 300 euros.
L’après-midi est consacrée aux 52 planches de dessinateurs. On y trouve une belle diversité d’auteurs. Bien entendu, il y a des planches d’Hergé. Notamment une planche du « Sceptre d’’Ottokar », une rareté de 1939 estimée 180 000 à 200 000 euros.

Franquin, Gaston « Des gaffes et des dégâts », encre de chine pour le gag 440 de l’album, estimation 70 000 à 80 000 euros, Vente Millon, 8 décembre.


La planche 49 d’une aventure d’Alix par Jacques Martin « Le dernier spartiate » à la réalisation et aux détails particulièrement soignés devrait trouver preneur autour de 12 000 à 15 000 euros.
Une encre de chine de Greg pour la couverture d’une aventure hilarante et caustique d’Achille Talon ‘Le roi des zôtres » est plus abordables puisque les experts l’estiment entre 4 500 et 5 000 euros.

Tabary « Iznogoud l’infâme », encre de Chine pour l’édition de 1994 du 4e album de la série, estimation 3 000 à 4 000 euros, vente Millon 8 décembre.


En revanche les gaffes de Gaston, suivi d’une Mademoiselle Jeanne énamourée et toujours admirative pourrait atteindre une somme beaucoup plus élevée : 70 000 à 80 000 euros.
Plusieurs planches de Moebius sont estimées entre 10 000 et 18 000 euros mais c’est une gouache « Le désintégré réintégré », évaluée 8 000 à 10 000 euros qui séduit le plus.

Hergè, Tintin, « Le sceptre d’Ottokar », encre de Chine pour la planche de la page 88 de l’édition originale, Casterman 1939, certificat de la fondation Hergé, estimation 180 000 à 200 000 euros, copyright Moulinsart, vente Millon 8 décembre.


Une planche de Jean Tabary « Iznogoud l’infâme » se voyant sur le trône du calife sera emporté pour 3 000 à 4 000 euros alors que la séduisante hôtesse de l’air Natacha emportée dans l’action d’ « Un brin de panique » partira pour 4 500 à 5 000 euros.

Walthery, Natacha « Mémoire de métal-Un brin de panique », encre de chine pour la planche 16 de la 2e histoire du 3e album, 1973, estimation 4 500 à 5 000 euros, vente Millon 8 décembre.


Renseignements sur www.millon-associes.com

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

Aucun commentaire

A propos du blog

Robin Massonnaud

Robin Massonnaud, alias Robin des Arts surveille le marché et traque les prix dans les salles de ventes, les salons, les brocantes, pour le plus grand bonheur des chineurs ?

Voir mon profil

Instagram
  • Oeuvre de Franz Metzner (1870-2919) au Palais Veletrzni à Prague #iloveyoupraha #iloveprague #ilovepraha #pragueiloveyou #prahailoveyou #praha #prague #praguejetaime #czechart #czechartist #czechartist

Follow Me!

Abonnez-vous à notre newsletter

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Archives

Retour vers le haut de page