Elsa Schiaparelli en mode intimiste

marche-de-l-art, publié le , mis à jour à

Pedro Leitao (1922-2009), Elsa Schiaparelli, fusain sur papier exécuté en 1951; estimation: 400 à 600 euros. Christie’s, 23 janvier.


Christie’s serait-elle désormais la spécialiste incontestée des ventes « Haute Couture » ? On peut se le demander. Après la collection Karl Lagerfeld en 2000, les collections Yves Saint Laurent/ Pierre Bergé en 2009, la maison de ventes de l’avenue Matignon propose, pendant la semaine des défilés de Haute Couture, la collection personnelle d’Elsa Schiaparelli.

Etienne Drian (1890-1973) ‘Elsa Schiaparelli dans son salon », huile, gouache et aquarelle; estimation: 1 000 à 1 500 euros. Christie’s 23 janvier.


Ne vous attendez pas au flamboiement et à la somptuosité des collections Saint Laurent ou au, charme XVIIIème siècle du mobilier de Karl Lagerfeld. Les lots vendus pas sa petite fille l’actrice Marisa Berenson, héroïne à la beauté « Gainsborough » de Barry Lyndon, sont le témoignage intimiste d’une femme dont les créations marquèrent la mode de la première moitié du XXème siècle.

Christian Bérard (1902-1949), croquis de mode, aquarelle, encre et goauche; estimation: 600- 800 euros; Christie’s 23 janvier.


Marisa Berenson évoque, non sans nostalgie, « ce monde merveilleux qu’elle avait créé, dans lequel elle vivait et qu’elle a laissé derrière elle ». On ne sent pas cette volonté, presque monarchique, d’apparat et de représentation propre à la demeure et aux décors fastueux d’Yves Saint Laurent ni le caractère muséal et « period rooms » de la vente Lagerfeld. L’amateur entre dans l’intérieur d’une créatrice, mélangeant avec bonheur les époques et les styles afin de récréer un univers sensible, presque douillet, mais non dénué d’une extravagance savamment contenue. Cet intérieur reflète à merveille l’esprit Café Society, si caractéristique des années 20 à 60. On y retrouve l’atmosphère des bals exotiques de la haute société parisienne, le goût du baroque et de l’imaginaire teinté d’une certaine mélancolie que l’on retrouve dans les photos d’Elsa Schiaparelli par Man Ray.

Christian Bérard (1902-1949), croquis de mode, aquarelle, encre et gouache; estimation: 700-1 000 euros; Christie’s 23 janvier.


La vente comporte nombre de lots accessibles. C’est le cas de plusieurs aquarelles de Christian Bérard, représentation d’élégantes au look parfait d’équilibre. Elles sont estimées entre 400 et 1 000 euros. Plusieurs tableaux séduisent. Tout d’abord « Elsa Schiaparelli dans son salon » par Etienne Drian. Très coloré, il montre la créatrice sur une causeuse Second Empire elle-même en vente (600- 800 euros). Il a capturé un instant, comme suspendu dans le temps. Cette huile est estimée 1 000 à 1 500 euros.

Alberto Giacometti (1901-1966), Lampadaire Figure, modèle créé en 1935-1937, bronze à patine brun mordoré; estimation: 60 000 à 80 000 euros; Christie’s, 23 janvier.


Il y a bien sûr plus cher. Notamment ce portrait, assez fascinant par sa froide élégance, de Gogo Schiaparelli, la fille d’Elsa par Leonor Fini. Il est estimé 30 000 à 50 000 euros. Un lampadaire « Figure » de Giacometti, en bronze, un classique du genre pourrait quant à lui atteindre 60 000 à 80 000 euros. Parmi le mobilier, un paravent représentant des personnages de la Commedia dell ‘Arte séduit pas sa légèreté et son côté rêveur. Réalisé par Marcel Vertès, il pourrait atteindre 10 000 à 15 000 euros.

Leonor Fini (1907-1996), portrait de Gogo Schiaparelli, daté 1936, huile sur toile; estimation: 30 000 à 50 000 euros; Christie’s, 23 janvier.


Bien entendu, la vente propose également de nombreuses créations d’Elsa Schiaparelli : chemisiers et gilets brodés aux signes du zodiaque ; vestes boléro aux couleurs éclatantes dont le fameux rose shocking inventé par la créatrice mais également des vestes orientales de Chine ou de Perse… Les prix de ces pièces qui rejoindront le vestiaire des élégantes ou les musées de mode varient entre 1 000 et 20 000 euros.

Marcel Vertès (1895-1961), paravent aux personnages de la Commedia dell’ Arte, gouache sur papier contrecollé sur panneau; estimation: 10 000 à 15 000 euros; Christie’s, 23 janvier.


Si vous voulez un portrait d’Elsa Schiaparelli, vous aurez le choix entre les photos de Man Ray (à partir de 10 000 euros) ou l’épreuve de Horst P Horst, reflet de la créatrice dans une glace ovale, estimée 10 000 à 12 000 euros. Plus accessible et pourtant d’une grande intensité dans le regard ce fusain de Pedro Leitao exécuté en 1951 et estimé 400 à 600 euros.

Collection Elsa Schiaparelli, Christie’s Paris, 23 janvier 2014 à 17 heures
Expositions 9 avenue Matignon, les 18, 20 ,21 et 22 janvier de 10h à18h.

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

Aucun commentaire

A propos du blog

Robin Massonnaud

Robin Massonnaud, alias Robin des Arts surveille le marché et traque les prix dans les salles de ventes, les salons, les brocantes, pour le plus grand bonheur des chineurs ?

Voir mon profil

Instagram
  • Porte de Paris #paris #jaimeparis #illoveparis #parisiloveyou #parisjetaime #portedeparis #parisdoors #architecturedeparis #parisarchitecture #stylehaussmannien

Follow Me!

Abonnez-vous à notre newsletter

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Archives

Retour vers le haut de page