Le secteur automobile en plein boom

marche-de-l-art, publié le , mis à jour à

Ferrari 166 MM/53 barquette vendue 2 550 000 euros chez Artcurial


S’il est un secteur qui ne connait pas la crise, c’est bien celui de l’automobile. En me lisant vous bondissez vous demandant comment je peux écrire pareille crétinerie alors que le secteur licencie et peine à vendre ses modèles. Ne vous emportez pas. Je n’évoque pas les véhicules neufs mais le secteur des voitures de collection. En regardant les résultats de ce que l’on peut baptiser « la semaine Retromobile », cette frange si particulière des ventes aux enchères, fréquentée par des amateurs presque exclusivement de sexe masculin, se porte à merveille.
En moins d’une semaine trois maisons de ventes connues pour ce type de vacations (Artcurial, Bonham’s et RM Auction) proposaient près de 400 belles mécaniques aux amateurs. On y trouvait de tout : des carrosseries rutilantes, des « sorties de grange », véhicules à restaurer entièrement, des Rolls-Royce comme des Fiat 500, des voitures de course comme de vieilles de Dion Bouton à la vitesse forcément poussive. Bref la totalité de ce que l’homme a pu produire et créer en un siècle.
Les résultats sont à la hauteur des espérances. Artcurial a vendu pour près de 25,4 millions d’euros frais compris et avec les after sales on arrive à 29 millions. Bonham’s avec un catalogue moins pléthorique arrivait à un montant de 17 millions d’euros et RM Auction pour sa première vacation à Paris totalisait 17,7 millions d’euros. C’est cette société canadienne qui enregistrait la plus haute enchère, 3,7 millions pour une Jaguar type D « short nose » de 1955. Suivait une Porsche 956 groupe C Sports-protoptype à 2,1 millions d’euros. Chez Bonham’s trois enchères dépassaient la barre fatidique du million : 2,2 millions pour une Ferrari 275 GTB/4 berlinette de 1968, 1,4 millions pour une Bugatti type 35B Grand Prix deux places de 1929 et 1,03 million pour un coupé Aston Martin DB4GT série IV de 1962. Chez Artcurial on peut noter les 2,55 millions d’euros payé pour une Ferrari 166 MM Barquette de1953 (achetée en after sale), les 1,9 millions d’une Bentley 8 litres coupé sportsman de 1931 carrossée par Gurney-Nutting… Et l’on pourrait ainsi continuer à égrener les résultats spectaculaires tant les ventes à six chiffres ont été nombreuses.

Bugatti type 35 B Grand Prix, deux places, 1929 vendue 1 400 000 euros chez Bonham’s.


Mais le plus important n’est pas toujours dans les prix stratosphériques. Les résultats des véhicules moins prestigieux sont également significatifs. Chez Artcurial une DS 23 Pallas de 1974 a atteint 40 528 euros. Il y a encore mieux. Chez RM Auction, deux Fiat 500 l’une de 1963, l’autre de 1956 ont trouvé preneurs pour 19 600 euros et 14 000 euros. Des prix inimaginables il y a cinq ou dix ans pour une voiture aussi populaire gentiment baptisée « pot de yaourt ».

Ferrari 275 GTB/berlinette vendue 2 200 000 euros chez Bonham’s.


Qu’en conclure ? L’achat d’un véhicule ancien, de prestige ou populaire, peut s’avérer dans les années à venir une excellente affaire. Les collectionneurs sont de plus en plus nombreux et viennent de tous les pays de monde. La demande va croissante alors que les véhicules anciens sont, pour la plupart d’entre eux et depuis bien longtemps, passés à la casse. Demande croissante et offre limitée ont pour conséquence une augmentation des prix. Mais attention avant de se lancer mieux vaut dans un premier temps apprendre, observer, écouter. C’est un milieu de passionnés toujours heureux de faire partager leurs connaissances. Une fois muni d’un bagage suffisant, lancez-vous. Et roulez belles mécaniques !

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

1 commentaire

Avatar de mister k

mister k

vous nous faites vraiment rêver monsieur Robin des bois


Répondre

A propos du blog

Robin Massonnaud

Robin Massonnaud, alias Robin des Arts surveille le marché et traque les prix dans les salles de ventes, les salons, les brocantes, pour le plus grand bonheur des chineurs ?

Voir mon profil

Instagram
  • Oeuvre de Siméon Solomon #preraphaelites #preraphaelist #preraphaelism #preraphaelitebrotherhood #simeonsolomon #englishart #englishartist #englishartists #englishpainter

Follow Me!

Abonnez-vous à notre newsletter

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Archives

Retour vers le haut de page