Oleg Dou, le reflet de l’âme russe

marche-de-l-art, publié le

« Batman » 2009, série « Toy Story ». n°5/6, 180x180cm; Oleg Dou. Prix: 24 000 euros.
Russian tea room gallery.


Les soubresauts politiques qui agitent aujourd’hui l’ancien empire soviétique font oublier un peu vite l’incroyable richesse artistique de la Russie. Des icônes de Roublev en passant par les artistes suprématistes comme Malévitch, des créations de Fabergé aux portraits de Serov, des paysannes de Maliavine aux scènes mystiques de Nesterov, des « bateliers de la Volga » de Repine aux marines d’Aivazovsky, des flamboiements colorés de Kandinsky aux femmes de Natalia Goncharova, la créativité est foisonnante, l’imagination démultipliée…

« We are made of », 2007 , n°5/8; 100x 100cm, Oleg Dou. Prix: 12 000 euros. Russian tea room gallery.


La création contemporaine est à l’image de ce passé : diverse, variée, provocante ou sage, joyeuse ou triste… La photographie y prend une place importante. Parmi les jeunes artistes se consacrant à ce support, Oleg Dou occupe une place à part. Ce moscovite d’une trentaine d’années a été présenté il y a environ huit ans à la Fiac dans la Cour Carrée du Louvre. Sur un fond à la blancheur de neige, il proposait la série « Toy Story » des visages d’enfants à la carnation éburnéenne. Cette extrême paleur est compensée par un élément rouge, un nez de clown ou de Pinocchio, un masque de Batman, un serpentin… Ces enfants sont le reflet d’une société fragile, inquiète d’un avenir incertain mais teintée d’un certaine confiance.

« MK5″ de la série « Mushroom Kingdom » 2013, 2/8, 120x 120 cm,Oleg Dou. Prix: 11 000 euros.Russian tea room gallery.


Dans ces œuvres plus récentes, l’inquiétude est palpable. Les modèles, enfants ou adultes sont figés, l’expression du visage comme statufié par un événement qui nous reste inconnu. La face est marquée, striée, parcheminée, pliée tel l’origami, tâchée d’un noir d’encre ou de pétrôle. Ce sont les stigmates de notre monde contemporain qui attaquent l’âme. Seuls leur yeux expriment une infinie douceur, reflets d’une humanité menacée mais là encore remplie d’espoir.

« Mask2″, 2011, n°3/8, 120x 120cm, Oleg Dou. Prix: 11 000 euros. Russian tea room gallery.


Ces portraits attirent l’œil. Selon la façon dont on les regarde, ils calment l’esprit ou l’inquiétent. Mais dans les deux cas, ils fascinent. Ce qui explique le succès de l’artiste dans son pays mais aussi en Europe et aux Etats-Unis. Un indice : selon Artprice, Oleg Dou a été classé en 2011 et 2012 dans le top des trois photographes de moins de 30 ans les mieux vendus aux enchères publiques. C’est ce qui explique des prix déjà assez conséquents. Il faut en effet compter environ 10 000 euros pour une belle épreuve et jusqu’à 24 000 euros pour les plus anciennes et les plus connues comme la série « Toy Story ». Mais son œuvre est réellement à part, un mélange étrange de traditions russes et de futurisme glacé et fascinant.
Il ne faut pas manquer son exposition à la Russian tea room gallery.
Oleg Dou, exposition jusqu’au 3 mai, galerie Russian tea room, 42 rue Volta, 75003 Paris.
www.rtrgallery.com

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

Aucun commentaire

A propos du blog

Robin Massonnaud

Robin Massonnaud, alias Robin des Arts surveille le marché et traque les prix dans les salles de ventes, les salons, les brocantes, pour le plus grand bonheur des chineurs ?

Voir mon profil

Instagram
  • Picasso primitif au musée du quai Branly, formidable exposition ! #parismuseum #parismusees #artinparis #quaibranlymuseum #museeduquaibranly #picasso #pablopicasso #museepicasso #picassomuseum #picassomuseumparis

Follow Me!

Abonnez-vous à notre newsletter

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Archives

Retour vers le haut de page