Art Paris: l’envoûtant Gao Xingjian

marche-de-l-art, publié le

Gao Xingjian, « Danse », encre de chine, 2013. Galerie Claude Bernard. Art Paris 2014

Art Paris Art Fair se “mondanise” avec le temps. Le soir du vernissage, on pouvait croiser de splendides créatures perchées sur leurs cuissardes griffées et accompagnées de zélés conseillers, des acteurs à foison comme Catherine Frot ou Valérie Bonneton, Anthony Delon ou Gérard Darmon, de grands collectionneurs comme Edouard Carmignac ainsi qu’une foule de bobos branchés au look étudié.
Cette édition 2014 n’est pourtant pas exceptionnelle. Nombre de galeries ont joué le jeu et respecté le thème de la Chine. Malheureusement les artistes présentés sont de qualité très inégale. Certains sont affligeants de médiocrité, d’autres atteignent un degré d’intemporalité tel que leur œuvre approche de l’idéal. C’est le cas des encres de Chine de Gao Xingjian. Né en 1940 en Chine, cet écrivain qui vit en France depuis de nombreuses années est connu pour son prix Nobel de littérature attribué en 2 000. Son activité de peintre est plus confidentielle. La galerie Claude Bernard présentait ses encres de chine. Des petits, moyens et grands formats qui se sont pratiquement tous vendus le soir du vernissage pour des prix évoluant en moyenne entre 6 000 et 20 000 euros. Il est vrai qu’en entrant sur le stand face à l’entrée de la Grande Verrière, on reste en suspens. Le regard plonge dans ces images d’un monde flottant, embué, marqué de vagues silhouettes en mouvement. Les paysages sont noirs et pourtant laiteux, embrumés, ouatés. La sérénité s’installe.

Gao Xingjian, « Mirage », 2013. galerie Claude Bernard, Art Paris 2014.


Une amie russe, Katia , qui a découvert il y a maintenant plus de quinze ans cet artiste alors inconnu me faisait part de sa fascination pour l’œuvre de Gao Xingjian. Elle considère que ses encres de Chine sont le reflet de son écriture et inversement. En les contemplant ou en lisant ses œuvres (son roman le plus célèbre étant le miroir de l’âme) on arrive à la sérénité, à la plénitude… Elle a raison.
Ses encres de chine sont marquées par les traditions ancestrales des lettrés, par la maîtrise de la calligraphie tout en étant habitées d’un souffle de modernité. Un souffle qui s’apparente à un doux zéphyr qui vous réchauffe le cœur et l’âme. Son esprit chinois est universel, susceptible d’emporter l’âme russe de Katia, comme celle d’un modeste blogueur français comme moi. On est bien au-delà de toute considération de placement ou de marché. Le temps de la pure contemplation est arrivé. Le pinceau est devenu le miroir de l’âme.
Gao Xingjian, Grand Palais, Art Paris du 27 au 30 mars 2014. Galerie Claude Bernard, 7/9 rue des Beaux-Arts, 75 006 Paris.

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

1 commentaire

Avatar de Dumolard

Dumolard

Je viens de voir l’exposition de GAO XINGJIA ET suis fasciné par la qualité de ses encres de Chine. J’aimerais savoir s’il est encore possible de se porter acquéreur d’une de ses œuvre? Format indifférent.


Répondre

A propos du blog

Robin Massonnaud

Robin Massonnaud, alias Robin des Arts surveille le marché et traque les prix dans les salles de ventes, les salons, les brocantes, pour le plus grand bonheur des chineurs ?

Voir mon profil

Instagram
  • Picasso primitif au musée du quai Branly, formidable exposition ! #parismuseum #parismusees #artinparis #quaibranlymuseum #museeduquaibranly #picasso #pablopicasso #museepicasso #picassomuseum #picassomuseumparis

Follow Me!

Abonnez-vous à notre newsletter

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Archives

Retour vers le haut de page