Mobilier du XXe siècle: l’art du confort

marche-de-l-art, publié le

Louis Majorelle (1859-1926), canapé aux orchidées vers 1903, acajou et bronze doré. Estimation:10 000- 15 000 euros. Vente Sotheby’s Paris 22 mai. (art digital studio).


Pendant des siècles, le confort n’était pas vraiment la préoccupation majeure des ébénistes. Il suffit de s’asseoir dans une cathèdre du XVe siècle, dans un fauteuil Louis XIII ou Empire, ou une délicate chaise Louis XVI pour le comprendre. On s’y met sur son séant mais il n’est pas question de s’y lover et encore moins de s’y avachir en position d’adolescent prépubère. Non, c’est vraiment à la fin du XIXe siècle et surtout au XXe siècle que les créateurs ont cherché à mélanger esthétique du siège et confort.
Deux ventes (l’une chez Christie’s le 20 mai et l’autre chez Sotheby’s le 22 mai) en apporte la démonstration.
Dès 1900, les designers de l’époque se préoccupent du fessier et de la colonne vertébrale de leurs acheteurs. C’est criant chez Louis Majorelle qui créera toujours pour ses clients des fauteuils amples et confortables. Sotheby’s propose ainsi un grand canapé aux orchidées en acajou mouluré et bronze doré. On y imagine volontiers une héroïne de Proust perdue dans la lecture d’un roman. Ce très beau meuble à l’esthétique Art Nouveau est estimé 10 000 à 15 000 euros.

Paul Iribe (1883-1935), fauteuil crapaud, estampillé et daté 1914, ébène et filet de nacre et de buis. Estimation: 30 000-40 000 euros. Vente Christie’s Paris 20 mai. (Christie’s images limited)


Un peu plus tardif et moins confortable, un ravissant petit fauteuil crapaud de Paul Iribe en ébène avec des filets de nacre a une assise assez large pour y déposer un coussin. On y retrouve le style unique de ce créateur également connu pour ces splendides fauteuils Nautile dont un exemplaire était proposé dans la vente Marcilhac. Ce petit fauteuil crapaud, rare dans la production d’Iribe est proposé entre 30 000 et 40 000 euros.

Pierre Legrain (1888-1929), paire de fauteuils vers 1926 en chêne, gainés de cuir, les pieds en dentes de scie. Estimation: 200 000- 300 000 euros. Vente Christie’s Paris 20 mai. (Christie’s images limited).


Mais c’est vraiment dans les années 20-30 que le confort devient une préoccupation majeure. La preuve avec cette paire de fauteuils de Pierre Legrain, réalisés en 1926, d’une modernité étonnante. En chêne, les pieds en dents de scie, ils sont gainés de cuir teinté. On meurt d’envie de s’y asseoir même s’il doit vous en coûter 200 000 à 300 000 euros pour le faire.

Frits Henningsen (1889-1965), paire de fauteuils à bascule, vers 1930-1940, acajou et cuir d’origine. Estimation:15 000-20 000 euros. Vente Sotheby’s Paris, 22 mai. (Art digital studio).


Ce sont cependant les scandinaves qui, très tôt, ont su le mieux mêler confort et formes simples à la ligne superbe. Ainsi, ces fauteuils à bascule du danois Frits Henningsen, pourtant conçus vers 1930-1940, pourraient sortir des ateliers d’un jeune designer d’aujourd’hui. En acajou et cuir noir d’origine, on les imagine volontiers dans le salon d’une maison de bois de la région de Skagen, leurs propriétaires se balançant doucement tout en contemplant la mer de leurs fenêtres. Ces rocking-chairs scandinaves sont estimés 15 000 à 20 000 euros.

André Arbus (1903-1969), paire de fauteuils vers 1947, acajou,assises et dossiers garnis de tissu beige. Estimation: 8 000-12 000 euros. Vente Sotheby’s Paris 22 mai. (Art digital studio).


Après la Deuxième Guerre Mondiale, les goûts changent. En France les années 40 marque notamment le retour vers un certain néo-classicisme dont Arbus est l’un des brillants représentants. Ces fauteuils d’un style épuré, d’apparence assez froide, sont assez large, garnis de beau cuirs ou de doux tissus. C’est le cas de cette jolie paire en acajou, dont l’assise et le dossier sont garnis de tissu beige. Ils pourraient atteindre 8 000 à 10 000 euros.

Jean Royère (1902-1981), chaise longue vers 1950, fer brut patiné, garnie de velours bleu. Estimation:50 000- 70 000 euros. Vente Sotheby’s Paris 22 mai. (Art digital studio).


Avec Royère, on découvre un mobilier joyeux, ludique celui des années 50, de la joie de vivre retrouvée, des vacances dans le Midi après une longue route sur la Nationale 7. Cette chaise longue en fer battu patiné, garnie de velours bleu est caractéristique de ce souci du confort. On y voit bien, langoureusement allongée, une starlette en bikini posant devant les photographes du festival de Cannes. Elle devrait trouver preneur entre 50 000 et 70 000 euros.

Maison Leleu (1922-1970), mobilier de salon (canapé et trois fauteuils), 1962, pieds en laiton patiné et bronze doré, garniture en velours. Estimation: 8 000- 12 000 euros. Vente Christie’s Paris 20 mai (Christie’s images limited).


Enfin, avec les années 60 les formes simples mais souvent rondes mêlent équilibre du meuble et confort douillet. C’est le cas de ce salon de la maison Leleu à la garniture de velours et aux pieds en laiton patiné et bronze doré. Le canapé et ses trois fauteuils sont estimés 8 000 à 12 000 euros.
Alors si vous cherchez du mobilier confortable, ne vous précipitez pas chez un marchand de meubles design. Fréquentez les salles de vente. Vous y découvrirez de fort jolies pièces.
Vente Christie’s Paris 20 mai et vente Sotheby’s le 22 mai. www.christies.com et www.sothebys.com

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

Aucun commentaire

A propos du blog

Robin Massonnaud

Robin Massonnaud, alias Robin des Arts surveille le marché et traque les prix dans les salles de ventes, les salons, les brocantes, pour le plus grand bonheur des chineurs ?

Voir mon profil

Instagram
  • Picasso primitif au musée du quai Branly, formidable exposition ! #parismuseum #parismusees #artinparis #quaibranlymuseum #museeduquaibranly #picasso #pablopicasso #museepicasso #picassomuseum #picassomuseumparis

Follow Me!

Abonnez-vous à notre newsletter

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Archives

Retour vers le haut de page