Jean Osouf, sculpteur humaniste

marche-de-l-art, publié le

« Portrait de Jean-Claude enfant »,plâtre, 1934 Jean Osouf (1898-1996). Exposition galerie Martel-Greiner.


Tout promeneur flânant entre les massifs du jardin des Tuileries connait Maillol. Une vingtaine de ses sculptures de femmes aux formes généreuses ornent les allées. En revanche, Jean Osouf est un inconnu du grand public. Ce sculpteur était pourtant l’élève d’Aristide Maillol et d’un autre grand sculpteur Charles Despiau. Rien ne prédisposait pourtant Osouf à « devenir artiste ». Né en 1898 dans une famille de commerçant, il aide sa famille dans un négoce de vins puis gère une fabrique de toile de jute avant d’ouvrir une librairie à Paris place de la Sorbonne. Son épouse, une artiste catalane lui fait connaître Maillol. Puis il devient l’élève de Despiau pendant deux ans. Et à 30 ans, il se consacre à la sculpture. Comme il le déclarait en 1980, Maillol et Despiau lui ont appris « à regarder autrement, simplement, à voir la beauté où elle se trouve c’est-à-dire dans toute la vie ».

« Scandinavia », terre cuite, 1950-1951, Jean Osouf (1898-1996); Exposition galerie Martel-Greiner.


Ce regard bienveillant, on le ressent immédiatement en entrant dans la galerie Martel-Greiner qui consacre une belle exposition à cet artiste. Elle présente une sélection des œuvres de l’artiste, des années 30 à l’Après-Guerre. Bustes d’enfants aux regards innocents et confiants en l’avenir, visages radieux de jeunes femmes, silhouettes superbes de femmes déhanchées, toutes ces sculptures de bronze, plâtre ou terre cuite respirent le bonheur de vivre.
Jean Osouf est un néo-classique dans le plus beau sens du terme. Il maîtrise parfaitement l’équilibre, a le sens des masses, de la construction d’un corps ou d’un visage. Mais cette technique irréprochable n’aboutit pas à une œuvre froide et glacée. Bien au contraire, tout est chaleureux, intime, vivant.

« Portrait de Jean-Claude enfant », 1934, Jean Osouf (1898-1996). Exposition galerie Martel-Greiner.


Ses sculptures donnent confiance en l’humanité. Jean Osouf admirait la statuaire médiévale. On le ressent dans son œuvre toute en retenue, en nuance.
L’exposition de la galerie Martel-Greiner devait fermer ses portes le 28 juin. Elle est heureusement prolongée pendant une semaine. Précipitez-vous. Vous en ressortirez heureux. N’hésitez-pas à acheter une des sculptures exposées. Les prix sont doux (entre 2 500 et 8 500 euros) pour des œuvres sensibles à la beauté universelle.


Galerie Martel-Greiner, exposition Jean Osouf jusqu’au 5 juillet, 71 boulevard Raspail, 75 007 Paris.

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

Aucun commentaire

A propos du blog

Robin Massonnaud

Robin Massonnaud, alias Robin des Arts surveille le marché et traque les prix dans les salles de ventes, les salons, les brocantes, pour le plus grand bonheur des chineurs ?

Voir mon profil

Instagram
  • Architecture balnéaire au Touquet avec la mairie en arrière-plan #pasdecalaistourisme #pasdecalais #seasidearchitecture #architecturebalneaire #architectureannées30 #années30 #annees30 #letouquet #letouquetparisplage

Follow Me!

Abonnez-vous à notre newsletter

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Archives

Retour vers le haut de page