Chambres à part: l’art est poésie

marche-de-l-art, publié le , mis à jour à

Lionel Sabatté « Petit oiseau des îles », fer de bronze oxydé sur papier arches, (Chambres à part IX).


Pour sa IXe édition, Chambres à part, manifestation organisée par Laurence Dreyfus dans un hôtel particulier du Trocadéro, s’intéresse aux artistes de la génération dite « post internet ». On aurait pu craindre une explosion d’œuvres technologiques, immatérielles et froides. C’est loin d’être le cas. Il se dégage des œuvres présentées une impression diffuse de poésie et d’humanité, comme si les artistes utilisaient les moyens nouveaux de création pour assurer une continuité dans la modernité. Laurence Dreyfus présente comme à son habitude Monique Frydman. On se perd avec délice dans ses toiles, grands espaces souvent monochromes. Déjà très connue, elle n’est plus accessible aux jeunes collectionneurs puisqu’il faut compter 48 000 euros hors taxes pour un grand format. De nombreux grands artistes sont présents : l’italien Giuseppe Penone, exposé dans le parc du château de Versailles et bientôt au musée de Grenoble, Anish Kapoor qui propose une gouache aux rouges profonds, Tomas Saraceno, artiste argentin créant des structures légères suspendues dans l’air (celle présentée est vendue 78 000 euros hors taxes), Sheila Hicks et son travail du coton et de la laine aux formes et aux couleurs séduisantes…

Charlotte Cornaton, céramique de la série Insomnio, (Chambres à part IX).


Mais cette année, mes coups de cœur vont à deux artistes encore accessibles aux collectionneurs n’ayant pas de gros moyens.
Tout d’abord Lionel Sabatté. Ce toulousain est fasciné par l’histoire naturelle et s’interroge sans cesse sur le vivant et sa régénération. Il n’hésite pas à utiliser des matériaux récupérés, poussières, coquilles, fumées. Chambres à part présente plusieurs œuvres sur papier arches. Elles représentent toutes des « petits oiseaux des îles » égarés sur la page blanche. Pour les créer, il a utilisé une solution à base de fer oxydé et d’acrylique. Ces oiseaux sont à portée de main. On pourrait presque caresser leurs plumes, effleurer leur duvet, leur donner la becquée. Leur présence illumine la chambre dans laquelle ils sont exposés sur un lit. On les entendrait presque chanter, comme rassurés par une présence humaine amicale. Ces œuvres simples, assez proche de la stylisation d’œuvres sur papier de la Chine ancienne, sont une ode au respect de la nature et un témoignage vibrant de sa fragilité. Elles sont proposées au prix de 2 500 euros hors taxes. Un montant plus que raisonnable pour de telles merveilles.

Lionel Sabatté « petit oiseau des îles », fer de bronze oxydé sur papier arches, (Chambres à part IX).


La deuxième artiste qui m’a emporté dans son univers, c’est Charlotte Cornaton. Ce n’est pas la première fois qu’elle expose à Chambres à part. Pour cette édition 2014, elle propose sept céramiques de la série Insomnio. Il s’agit de livres ouverts inspirés de cauchemars nocturnes. Pour créer ces objets de porcelaine, elle fait appel à d’ancestrales techniques chinoises de gravure sur céladon et d’émaux cloisonnés. Ces pages invitent à retrouver le calme et la sérénité. Elles incitent à la réflexion, à l’introspection tel un lettré mandarin. Reclus dans son palais, penché sur une table en bois de zitan, il se consacre à l’étude et cherche l’expression de l’impalpable. Ces œuvres, d’une beauté presque éternelle, sont vendues entre 5 000 et 8 000 euros hors taxes.

Charlotte Cornaton, céramique de la série Insomnio, (Chambres à part IX).


Précipitez vous place du Trocadéro. Après l’agitation stimulante de la Fiac, vous y retrouverez le calme propre à la réflexion et à la contemplation.

Chambres à part IX, La réserve-Paris, 1 avenue d’Eylau, 75 116 Paris, jusqu’au dimanche 26 octobre de 10h à 20 h (attention visites sur réservation à chambresapart@laurencedreyfus.com)

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

Aucun commentaire

A propos du blog

Robin Massonnaud

Robin Massonnaud, alias Robin des Arts surveille le marché et traque les prix dans les salles de ventes, les salons, les brocantes, pour le plus grand bonheur des chineurs ?

Voir mon profil

Instagram
  • Portrait d’Eleanor Post-Close par Frank Owen Salisbury, vente Eleanor Post-Close Sotheby’s Paris 19 et 20 décembre #sothebys #americancollectors #americaninparis #americancollections

Follow Me!

Abonnez-vous à notre newsletter

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Archives

Retour vers le haut de page