Mobilier: Versailles à Paris!

marche-de-l-art, publié le , mis à jour à

Commode en placage d’amarante et de bois de rose et montures de bronze doré, époque Louis XV. Charles Cressent. Vers 1730. Estimation:120 000-180 000 euros. Vente Sotheby’s Paris 5 novembre (art digital studio).


La magnifique exposition du château de Versailles « 18e aux sources du Design, chefs-d’oeuvre du mobilier 1650-1790 » vient d’ouvrir. Dans un décor dépouillé et minimaliste, loin des Period Rooms dont raffolent les musées américains, les plus beaux meubles des XVIIe et XVIIIe siècles sont mis en scène comme des œuvres d’art uniques, à la conception virtuose. Grâce à cette présentation inhabituelle, les commissaires de l’exposition démontrent avec brio que ces meubles, jusqu’à présent jugés vieillots et inadaptés à nos modes de vie, ont toute leur place dans un appartement contemporain. Et l’on se dit : pourquoi ne pas acheter une commode Louis XV, une console Louis XVI ou un petit bureau Transition que l’on mettrait à côté d’une estampe de Francis Bacon ou de masques Baoulé.

Paire de coffres sur piétement d’époque Louis XIV par André-Charles Boulle, fin XVIIe début XVIIIe siècle. Probablement collection James de Rothschild. Estimation: 1,5 à 2,5 millions d’euros.
Christie’s Paris, 5 novembre.


Sotheby’s et Christie’s, véritables tombeaux des économies d’amateurs toujours prêts à succomber, ont compris l’envie, pour ne pas dire la fièvre acheteuse, qui pourrait naître de cette exposition. Les deux maisons anglo-saxonnes proposent donc, chacune le même jour, de belles ventes dédiées à ce mobilier qui sous le règne des Bourbons faisait la réputation de la France dans toutes les cours européennes. Les catalogues sont épais et fournis. Le choix est donc large même s’il faudra de sérieux moyens pour acheter les merveilles proposées aux enchères. Les pièces proposées proviennent de collections privées parfois aussi prestigieuses que celle des Rothschild.

Commode « à la grecque » en placage de padouk et bronze doré, fin de l’époque Louis XV, estampillée RVLC. Estimation: 60 000- 80 000 euros.
Vente Sotheby’s Paris 5 novembre (art digital studio)


Pour être franc, on a du mal à choisir. Mais certaines pièces impriment de façon indélébile votre rétine. C’est le cas chez Sotheby’s d’une paire de commodes de Charles Cressent. Elles appartiennent à un groupe de pièces ornées des mêmes montures de bronze doré. Ces commodes ont été décrites lors de la vente du stock de l’ébéniste en 1765. Leur équilibre est parfait, les bronzes apportant au bois de rose une richesse de bon aloi. Il faut compter entre 120 000 et 180 000 euros pour chacune de ces commodes.

Bureau de pente en vernis parisien et bronzes dorés, vers 1750, estampillé Delorme. Estimation: 50 000- 80 000 euros.
Vente Sotheby’s Paris, 5 novembre (art digital studio)


Une autre paire de meubles impressionne. Il s’agit, cette fois chez Christie’s de deux coffres sur piétement d’André-Charles Boulle. Cette somptueuse marqueterie d’écaille de tortue, d’étain, de laiton et de bronze ciselé vous transporte à la cour de Versailles au crépuscule du règne de Louis XIV à l’époque où les guerres de Succession d’Espagne assèchent le royaume. On les imagine volontiers dans un cabinet des appartements du roi. Ils sont estimés 1,5 à 2,5 millions d’euros.

Mobilier de salon à la Reine, Louis XVI, garniture de tapisserie probablement manufacture des Gobelins. Estimation: 100 000-150 000 euros.
Vente Christie’s Paris, 5 novembre.


Beaucoup plus sobre et bien moins chère (60 000 à 80 000 euros), une commode à la « grecque » en placage de padouk et bronze doré. Ce modèle estampillé RVLC s’inspire d’une commande de la marquise de Pompadour à l’ébéniste Jean-François Oeben. Ce dernier livra dix-sept commodes destinées au château de Ménars. L’un de ces modèles est exposé à Versailles. Notre commode est élégante, parfaitement équilibrée, certainement destinée à un client prestigieux de l’époque.

Secrétaire en laque du Japon, bois de rose, bronzes dorés. Epoque Louis XV, estampillé I F Dubut. Estimation: 200 000-300 000 euros.
Vente Sotheby’s Paris, 5 novembre (art digital studio).


Raffiné, féminin, un petit bureau de pente en vernis parisien à décor de chinoiseries or et noir sur fond rouge vermillon estampillé Delorme, pourrait tout à fait orner une chambre meublée Knoll. Il est estimé 50 000 à 80 000 euros. Dans le même esprit, on craque pour une table à écrire attribuée à Bernard Van Risenburgh en laque du Japon et bois noirci provenant de la collection du baron Nathaniel de Rothschild. Elle pourrait atteindre 150 000 à 250 000 euros.

Serviteur muet en bois de rose, sycomore, bronzes dorés et plateau en porcelaine de Sèvres, vers 1775, attribué à RVLC. Estimation: 40 000- 60 000 euros.
Vente Sotheby’s Paris, 5 novembre (art digital studio).


Et je pourrais continuer ainsi à égrener la liste des meubles « œuvres d’art » de ces ventes. Plutôt que de rester devant votre écran d’ordinateur ou de smartphone, allez plutôt sur place vous extasier devant ces « bijoux » d’ébénisterie. Malheureusement, si vous voulez acheter, il faudra vous dédoubler ou désigner un mandataire car les ventes ont lieu quasiment au même moment !

Table à écrire, milieu du XVIIIe siècle, attribuée à Bernard II van Risenburgh, laque du Japon, bois noirci, bronzes ciselés, ancienne collection Nathaniel de Rothschild. Estimation: 150 000-250 000 euros.
Vente Christie’s Paris, 5 novembre.


Sotheby’s, ventes du 5 novembre à 10h30 et 14h30, expositions les 31 oct, 1er, 2 et 3 novembre de 10h à 18h. 76 rue du faubourg Saint Honoré, 75 008 Paris.
Christie’s, ventes du 5 novembre à 15h et du 6 novembre à 13h, expositions les 31, 1er, 2, 3 et 4 de 10h à 18h, le 5 de 10h à 15h et 18h pour la vente du 6. 9 avenue Matignon, 75 008 Paris

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

Aucun commentaire

A propos du blog

Robin Massonnaud

Robin Massonnaud, alias Robin des Arts surveille le marché et traque les prix dans les salles de ventes, les salons, les brocantes, pour le plus grand bonheur des chineurs ?

Voir mon profil

Instagram
  • Architecture balnéaire au Touquet avec la mairie en arrière-plan #pasdecalaistourisme #pasdecalais #seasidearchitecture #architecturebalneaire #architectureannées30 #années30 #annees30 #letouquet #letouquetparisplage

Follow Me!

Abonnez-vous à notre newsletter

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Archives

Retour vers le haut de page