Des mots, des lettres et des femmes

marche-de-l-art, publié le


« Mon Toto bien aimé, je t’aime de toutes les forces et de toute mon âme Jujulina » c’est ainsi que s’exprime Juliette Drouet dans une lettre adressée à Victor Hugo (voit ci-dessus). Estimée 1 500 à 2 000 euros, elle sera mise en vente la semaine prochaine à la salle Favart par la maison de ventes Ader Nordmann.
Il s’agit pour cette étude de vendre une collection absolument exceptionnelle de 1 500 lettres, dont le point commun est qu’elles sont toutes écrites par des femmes. Elles appartiennent à la collection Claude de Flers. Cet arrière-petit-fils de Victorien Sardou déclare au sujet de la collection dont il se sépare que « ces écrits permettent de découvrir le rôle essentiel qu’ont pu jouer les femmes notamment dans la transmission des valeurs, l’évolution de la civilisation et des idées ». Son seul regret parmi ces 1 500 écrits : ne pas avoir de lettre de Marylin Monroe à JFK ni d’écrit de mère Teresa. En dehors de cette « réserve », l’ensemble est impressionnant.

Lettre de Catherine D’aragon, première épouse d’Henri VIII au cardinal de Santa Cruz évoquant la procédure de répudiation dont elle faisait l’objet. Estimation: 35 000 à 40 000 euros. Vente Ader, collection Claude de Flers, 18 et 19 novembre


On traverse les siècles et l’histoire passant des considérations de politique internationale, des critiques des dirigeants aux sentiments amoureux ou aux problèmes de relations familiales. C’est touchant, parfois mordant ou amusant, émouvant ou plus prosaïquement d’un réel intérêt historique.
Je vous livre ici une très courte sélection de ces merveilles dont les prix débutent à 100 euros pour monter à plusieurs dizaines de milliers d’euros.
La lettre de Catherine D’Aragon, épouse en voie de répudiation par son époux Henri VIII est poignante. On y sent l’épouse aux abois. Elle s’adresse à un cardinal espagnol afin d’obtenir son soutien auprès du Saint Père. Elle y évoque les manigances de Cromwell, ennemi dénué de scrupules qui a abusé le Roi. Pour ce document, reflet de l’histoire tourmentée des relations sentimentales du plus connu des Tudor, il faut compter 35 000 à 40 000 euros.

Lettre de la tsarine Catherine II à son ancien amant Stanislas Auguste Poniatowski, datée du 12 novembre 1762. Vente Ader collection Claude de Flers, 18 et 19 novembre.


Tout aussi passionnante est la lettre de la tsarine Catherine II à son ancien amant Stanislas Auguste Poniatowski. Ecrite en 1762, peu après son accès au trône suite au renversement et à l’assassinat de son époux Pierre III, la tsarine évoque cette situation critique et soutient Poniatowski dans sous souhait de devenir roi de Pologne. Il faut compter 10 000 à 12 000 euros pour cette lettre.
Plus émouvante est le brouillon de la lettre de l’impératrice Joséphine à la reine Charlotte de Wurtemberg. Elle est copieusement raturée par son époux Napoléon Ier qui, même pour un courrier presque intime de remerciements pour leur visite à Stuttgart, y imprime une connotation plus politique. Elle est estimée 5 000 à 6 000 euros.

Brouillon de lettre de l’impératrice Joséphine à la reine de Wurtemberg raturé par Napoléon Ier. Estimation 5 000 à 6 000 euros. Vente Ader, collection Claude de Flers, 18 et 19 novembre.


« Tes lettres tombent sur moi comme une pluie qui mouille ». C’est ainsi que George Sand se plaît à qualifier sa correspondance avec Flaubert. Dans cette lettre, elle veut répondre à ses idées individualistes et à son opposition au suffrage universel. Cette grande lettre, si romantique dans son style, est évaluée 6 000 à 8 000 euros.

Lettre de George Sand à Flaubert, rédigée à Nohant le 25 octobre 1871. Estimation 6 000 à 8 000 euros. Vente Ader, collection Claude de Flers, 18 et 19 novembre.


Enfin je terminerai par un courrier d’une toute autre nature. Brigitte Bardot s’adresse au directeur artistique de Philips. Elle lui demande « pour des raisons privées … de ne sortir en aucun cas le titre Je t’aime moi non plus » enregistré avec Serge Gainsbourg. Il est vrai que son mari Gunther Sachs avait fait un scandale après la première diffusion de ce titre à la radio au lendemain de son enregistrement. Elle est estimée 2 500 à 3 000 euros.

Lettre de Brigitte Bardot demandant, pour des raisons privées, que la chanson « Je t’aime moi non plus » enregistrée avec Gainsbourg ne sorte pas. Estimation: 2 500- 3 000 euros. Vente Ader, collection Claude de Flers, 18 et 19 novembre.

Ventes Ader, Salle Favart, 3 rue Favart 75 002 Paris, les 18 et 19 novembre à 14 H, expositions le 17 nov de 11h à 18h et le matin des ventes de 10h à 12h.

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

Aucun commentaire

A propos du blog

Robin Massonnaud

Robin Massonnaud, alias Robin des Arts surveille le marché et traque les prix dans les salles de ventes, les salons, les brocantes, pour le plus grand bonheur des chineurs ?

Voir mon profil

Instagram
  • Oeuvre de Franz Metzner (1870-2919) au Palais Veletrzni à Prague #iloveyoupraha #iloveprague #ilovepraha #pragueiloveyou #prahailoveyou #praha #prague #praguejetaime #czechart #czechartist #czechartist

Follow Me!

Abonnez-vous à notre newsletter

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Archives

Retour vers le haut de page