Savrasov ou les profondeurs de l’âme slave

marche-de-l-art, publié le , mis à jour à


Connaissez-vous Alexeï Kondratievitch Savrasov (1830-1897) ? Pour être franc, je n’en avais jamais entendu parler avant de recevoir le catalogue de la vente du 8 décembre dernier de la maison de ventes Audap-Mirabaud. Y était proposé un grand tableau (126,5 x 207cm) représentant les bateliers de la Volga que je suis allé voir à l’hôtel Drouot. Dans des tons bruns et dorés qui rappellent la palette de Jan van Goyen, l’artiste représente, sous un ciel lourd, des bateliers, courbés et concentrés sur l’effort, halant un navire. L’espace est immense comme le sont les bords de fleuve en Russie. Les bateliers (les bourlaques en russe) sont écrasés par l’immensité à la différence du tableau d’Ilya Repine au Musée Russe de Saint-Pétersbourg où ils envahissent la toile reléguant le fleuve au second rang. Chez Savrasov, rien de tel. L’homme est petit, submergé par la nature, la grandeur des éléments, épuisé par son travail de bête de somme, miséreux et résigné. Il vit grâce au fleuve mais également meurt par le fleuve. On pense aussitôt à la célèbre chanson « les bateliers de la Volga » de Balakirev et à l’une de ses paroles « Volga, rivière maternelle, immense et profonde… ».
Ce tableau respire l’âme russe. On y sent une profonde résignation face aux duretés de la vie, l’acceptation d’un statut servile et en même temps cette capacité des russes à se réjouir du moindre instant de joie : le soleil qui apparaît, le parfum d’une fleur, le vent dans les champs, le printemps bref et lumineux, la neige qui crisse sous les pas… Ces brefs instants se renouvellent toujours et font endurer l’insupportable.
Savrasov appartenait à la mouvance des Peredvishniki ou peintres itinérants. Ces artistes réalistes parcouraient la Sainte Russie et y exposaient leurs œuvres dans le but de toucher un vaste public. Ils se préoccupaient du sort du petit peuple et dans leurs œuvres dénonçaient les inégalités sociales criantes de leur siècle.
Cette œuvre magnifique de Savrasov était estimée 70 000 à 90 000 euros. Elle s’est vendue 939 000 euros. J’aimerai la revoir au Musée Russe de Saint-Pétersbourg confrontée au tableau de Repine.

(Audap-Mirabaud, vente hôtel Drouot, 8 décembre. « Les bateliers de la Volga », Alexeï Kondratievitch (1830-1897). huile sur toile datée 1870. Prix obtenu: 939 000 euros).

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

Aucun commentaire

A propos du blog

Robin Massonnaud

Robin Massonnaud, alias Robin des Arts surveille le marché et traque les prix dans les salles de ventes, les salons, les brocantes, pour le plus grand bonheur des chineurs ?

Voir mon profil

Instagram
  • Punchy mon merveilleux petit cairn terrier #dogs #dogslovers #chiens #monchien #mydog #ilovemydog #cairnterrier #cairnterrierlove

Follow Me!

Abonnez-vous à notre newsletter

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Archives

Retour vers le haut de page