Tintin, le héros des ventes de BD

marche-de-l-art, publié le , mis à jour à

La rapacité de la société Moulinsart, chargée de la protection de l’œuvre d’Hergé jusqu’à son entrée dans le domaine public en 2054, est bien connue. Nick Rodwell, l’époux de la veuve d’Hergé, gère cette société d’une main de fer et traque tout tintinophile qui aurait l’outrecuidance de publier des images de son héros sans lui verser de juteux droits de reproduction. C’est la raison pour laquelle vous ne trouverez sur ce blog aucun visuel des planches qui seront vendues prochainement à Paris par Christie’s et Sotheby’s mais des images plus humoristiques comme celle de l’acteur Jamie Bell qui interprète Tintin dans le film de Spielberg (copyright Reuters). Mon modeste blog survivrait difficilement au racket de Moulinsart !
C’est bien dommage car, dans les ventes de BD, Hergé et son petit reporter sont de véritables stars. Les planches des albums atteignent des prix astronomiques et les galeries de BD peuvent demander des sommes conséquentes sans décourager les collectionneurs passionnés. A la dernière BRAFA de Bruxelles, la galerie Huberty et Breyne proposait ainsi au prix affiché de 2,5 millions d’euros le projet de couverture de l’album « L’Etoile mystérieuse » dessiné en 1942. On y voit Tintin et Milou estomaqués devant un champignon géant. Est-ce l’effet hallucinogène de cette encre de chine, toujours est-il qu’elle s’est vendue sans problème !
C’est pourquoi, je ne me fais pas trop d’inquiétude quant au sort des lots qui seront mis aux enchères les 7 et 14 mars.
Le sept mars, Sotheby’s présente ainsi une couverture dessinée pour les dix ans du Petit Vingtième, la revue qui a porté Tintin sur les fonts baptismaux. Réalisée en 1938, on y voit notre héros entouré de Milou, Quick, Flupke, Jo, Zette et Jocko. Elle est estimée 450 000 à 480 000 euros. Plus intéressante peut-être car elle concerne l’une des aventures les plus connues de Tintin, la planche 102 du « Sceptre d’Ottokar ». On y voit Tintin résoudre l’énigme des jumeaux Halambique. Signée, elle est estimée 250 000 à 270 000 euros. Une autre planche des « Bijoux de la Castafiore » pourrait atteindre 150 000 à 180 000 euros.

Tintin, le héros belge, devant le Palais royal de Bruxelles (copyright Reuters).

Tintin, le héros belge, devant le Palais royal de Bruxelles (copyright Reuters).


Le 14 mars, Christie’s s’enorgueillit de présenter 10 œuvres de la main d’Hergé pour une estimation totale de 1,5 million d’euros. Vous y trouverez notamment un grand projet d’affiche de libraire qu’Hergé a faite en mars 1945 à la demande des éditions Casterman. Tintin y tient une pile d’albums qui ont fait son succès. La pile s’effondrant on y voit les couvertures du Lotus Bleu, de Tintin au Congo, du Trésor de Rackam le Rouge. De par la taille de Tintin, pas moins de 30 cm, ce dessin du héros est le plus grand qu’Hergé ait réalisé. Ce qui justifie probablement son estimation de 650 000 à 750 000 euros. Il faudra compter 350 000 à 400 000 euros pour une illustration de la dernière couverture réalisée par Hergé pour le « Journal de Tintin » du 10 octobre 1978. On y voit Tintin entouré de tous les protagonistes du Lotus Bleu. Enfin pour ceux qui s’intéressent surtout à la réalisation des albums, deux crayonnés des planches de « Coke en Stock » sont proposés, l’un étant estimé 250 000 à 280 000 euros, l’autre 70 000 à 80 000 euros.
Si vous voulez voir ces œuvres du Picasso de la BD, il ne vous reste plus qu’à vous rendre sur les sites des deux maisons de ventes ou encore mieux aux expositions qui les présenteront. Vous aurez ainsi l’occasion de découvrir d’autres grandes signatures de la bande dessinée à prix moins élevés mais pour autant pas toujours donnés car la BD est un secteur du marché de l’art en plein boom, la demande pour les bonnes signatures dépassant largement l’offre.

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

Aucun commentaire

A propos du blog

Robin Massonnaud

Robin Massonnaud, alias Robin des Arts surveille le marché et traque les prix dans les salles de ventes, les salons, les brocantes, pour le plus grand bonheur des chineurs ?

Voir mon profil

Instagram
  • Mairie du Touquet construite dans les années 30 dans un style anglo-normand censé rappeler les bâtiments d'Oxford et de Cambridge #pasdecalaistourisme #pasdecalais #seasidearchitecture #architectureannées30 #architecturebalneaire #mairies #letouquet #letouquetparisplage

Follow Me!

Abonnez-vous à notre newsletter

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Archives

Retour vers le haut de page