Bonnard: du musée d’Orsay à Fontainebleau

marche-de-l-art, publié le

bon1bis
Pierre Bonnard, artiste de la lumière et de la couleur, peintre des petits bonheurs ordinaires de la vie quotidienne fait l’objet d’une grande rétrospective au musée d’Orsay. Elle est un peu pompeusement baptisée « Peindre l’Arcadie ». Il est vrai que l’exposition présente, comme en apothéose d’un parcours riche en merveilles, ses grandes compositions murales, images de l’homme dans une nature préservée. On aura auparavant découvert ses thèmes de prédilections : jardins paisibles et familiaux, femmes au bain, portraits intimistes, images lumineuses de la Normandie et du Midi…
On peut faire un seul reproche à cette belle exposition. Les petits formats et les dessins sont peu présents. Pourtant l’artiste y excellait. Pour les voir, Il faudra vous rendre à Fontainebleau. La maison Osenat y organise la vente des Bonnard d’Antoine Terrasse. Antoine est le petit-neveu de l’artiste. Sa vie durant, il s’attachera à faire connaître son grand-oncle et à collectionner ses œuvres. Il participera notamment à la réalisation en 1967 d’une exposition à l’Orangerie des Tuileries qui permit de redécouvrir l’œuvre de l’artiste.

Pierre Bonnard (1867-1947); "La promenade", 1900. Estimation: 200 000 à 300 000 euros.

Pierre Bonnard (1867-1947); « La promenade », 1900. Estimation: 200 000 à 300 000 euros.


La vente compte 130 lots. On y trouve de nombreux dessins (femmes au tub, nus à la baignoire, portraits de Misia Sert égérie de nombreux artistes, paysages…) accessibles à partir de 1 500 euros et des carnets de croquis dits de « Bonnard à Uriage » ou du « yacht de Misia » pour des estimations comprises entre 6 000 et 20 000 euros. Sa palette, presque un tableau, est également en vente (entre 3 000 et 4 000 euros).
Les petits tableaux proposés aux enchères ont ce charme indéfinissable des moments tranquilles et paisibles. On y respire la vie familiale bourgeoise au tournant du XXe siècle, un peu monotone mais heureuse. C’est le cas d’ « Enfants lisant, Charles et Jean Terrasse ». Ce beau tableau (voir visuel d’ouverture) représente les deux neveux de Bonnard appliqués et concentrés, le regard studieusement penché sur les pages d’un livre. Cette image de deux enfants sages est estimée 300 000 à 400 000 euros.
On retrouve cette vie de famille dans la « Petite fille au chat » (350 000- 450 000 euros). Une enfant bouclée caresse un chat monté sur la table dressée pour le repas, certainement attiré par la corbeille de fruits. La gamine, heureuse, les joues roses de plaisir, s’apprête à déposer un baiser sur la tête du minet.

Pierre Bonnard(1867-1947); "Autoportrait", 1889. Estimation:200 000 à 300 000 euros.

Pierre Bonnard(1867-1947); « Autoportrait », 1889. Estimation:200 000 à 300 000 euros.


Un autre petit tableau « La promenade » dépeint deux femmes chapeautées papotant et marchant dans la rue. Elles sont légères et insouciantes, même si l’une d’entre elles, de profil, paraît plus réservée. Cet instantané du Paris de la Belle Epoque est estimé 250 000 à 350 000 euros.
La vente comprend également un « Nu accroupi ». Comme le disait Maurice Denis « Bonnard suggère, esquisse le mouvement et l’attitude, il ne les fixe pas, il les laisse deviner, il ne les précise pas : ce geste qui à peine né sera suivi d’un autre, il le montre à l’état naissant ». Cet hommage à la féminité, dans ces moments les plus intimes est estimé 150 000 à 200 000 euros.

Pierre Bonnard (1867-1947); "Nu accroupi", 1938. Estimation: 150 000 à 200 000 euros.

Pierre Bonnard (1867-1947); « Nu accroupi », 1938. Estimation: 150 000 à 200 000 euros.


Enfin, on trouve un autoportrait de Bonnard à l’âge de 22 ans. Il se représente face à nous, chaussé de lunettes et tenant sa palette et ses pinceaux. Le visage est sérieux, le regard fixe, presque hypnotique, certainement absorbé par la représentation de son image. L’œuvre est estimée 200 000 à 300 000 euros.
Vente Osenat, Fontainebleau, dimanche 29 mars
Exposition à Paris, 66 avenue de Breteuil, jusqu’au jeudi 26 mars de 10h à 13h et de 14h à 19h. A Fontainebleau, 5 rue Royale, le 28 mars de 10 à 18h et le 29 mars de 10h à 12h.

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

Aucun commentaire

A propos du blog

Robin Massonnaud

Robin Massonnaud, alias Robin des Arts surveille le marché et traque les prix dans les salles de ventes, les salons, les brocantes, pour le plus grand bonheur des chineurs ?

Voir mon profil

Instagram
  • Bas de colonne à la maison municipale de Prague #iloveyoupraha #iloveprague #ilovepraha #pragueiloveyou #prahailoveyou #praguejetaime #praha #artnouveau #secession #jugendstil #jugendstill #czechart #czecharchitecture

Follow Me!

Abonnez-vous à notre newsletter

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Archives

Retour vers le haut de page