Dessins aux enchères: Christie’s gagne le match

marche-de-l-art, publié le

CH1
Je vais me faire des ennemis parmi les maisons de ventes. Profitant de l’incontournable Salon du Dessin, elles sont nombreuses à organiser des vacations sur ce thème. Mais à feuilleter les catalogues, en version papier ou sur internet, l’une d’entre elles propose un ensemble exceptionnel tant en quantité qu’en qualité, c’est Christie’s. Je me contenterai donc de vous parler de cette vente, négligeant les autres par manque de temps. Espérons que commissaires-priseurs et experts des maisons délaissées me pardonneront.

Federico Barocci (1528-1612), "Etude de tête d'enfant endormi". Estimation:100 000-150 000 €

Federico Barocci (1528-1612), « Etude de tête d’enfant endormi ». Estimation:100 000-150 000 €


Les dessins vendus par Christie’s figurent dans trois catalogues. Ce qui laisse imaginer la quantité de feuilles proposées mais ne laisse en rien imaginer leur richesse.
Il est vrai que Christie’s vend 80 pièces de l’incroyable collection de Iohan Quirijn van Regteren Altena, directeur en son temps du cabinet des dessins du Rijskmuseum. On y trouve de pures merveilles comme cette délicate et tendre Vierge à l’Enfant avec Saint Jean Baptiste de Fra Bartolomeo ou cette étude de tête d’enfant endormi de Federico Barocci, douce et apaisante. Ces deux dessins sont estimés chacun entre 100 000 et 150 000 euros.

Jean-Auguste-Dominique Ingres (1780-1867), "Portrait de la reine Caroline Murat". Estimation: 100 000-150 000 euros.

Jean-Auguste-Dominique Ingres (1780-1867), « Portrait de la reine Caroline Murat ». Estimation: 100 000-150 000 €.


La même vente présente plusieurs pièces de la collection des princes Murat. Trois dessins d’Ingres sont mis en vente dont un portrait de Caroline Murat lui aussi estimé 100 000 à 150 000 euros. Il ne s’agit pas d’une œuvre finale comme la plupart des portraits d’Ingres mais d’une étude pour un grand tableau de la reine de Naples et sa famille jamais réalisé. Mais le trait est bien toujours le même : fin, précis presque analytique. Caroline Murat, qui avait un fichu caractère selon les témoins de cette époque, en semble presque fragile. C’est superbe et ce dessin mériterait de figurer dans les collections nationales.

Kees Van Dongen (1877-1968), "Espagnole à la mantille", 1910. Estimation: 200 000-300 000 euros.

Kees Van Dongen (1877-1968), « Espagnole à la mantille », 1910.
Estimation: 200 000-300 000 €.


Le nu de dos de Richard Parkes Bonington est d’une sensualité troublante, d’un érotisme capiteux. Il vous met en émoi. Et l’on s’étonne que pour cette feuille faite aux Beaux-Arts de Paris, l’artiste n’ait obtenu que la 60e place sur les 61 prévues dans le concours d’entrée de la leçon de dessin. Il n’y a pas de doute, les juges devaient être de marbre ! Le modèle, mademoiselle Rose, était célèbre et posait notamment pour Delacroix. Pour contempler à loisir cette nuque charmante, ce dos et ces fesses pulpeuses, il faut compter 25 000 à 30 000 euros.

Paul Gauguin (1848-1903), "Tahitienne". Estimation:40 000-60 000 €.

Paul Gauguin (1848-1903), « Tahitienne ».
Estimation:40 000-60 000 €.


Pour rester dans les portraits, j’ai tendance à fondre devant les jeunes filles sages de Renoir lisant, jouant au piano ou cousant. On y sent la vie bourgeoise et préservée des agitations du monde extérieur. C’est le cas de « Mesdemoiselles Lerolle au piano » (voir visuel d’ouverture). Un instant de bonheur simple dans une vie rangée. Cette pièce,réalisée vers 1890, est estimée 180 000 à 250 000 euros.

Richard Parkes Bonington (1802-1828), "Mademoiselle Rose, vue de dos", 30 avril 1820. Estimation: 25 000- 30 000 €.

Richard Parkes Bonington (1802-1828), « Mademoiselle Rose, vue de dos », 30 avril 1820.
Estimation: 25 000- 30 000 €.


Par contraste, les couleurs vives et violentes de Kees Van Dongen et de son « Espagnole à la mantille » nous plongent dans la péninsule ibérique sous un soleil torride. On imagine la belle parée pour une corrida et séduisant un toréador par sa seule présence flamboyante sur les gradins. Quant à l’amateur tout aussi envouté, il devra compter 200 000 à 300 000 euros pour l’emporter.

Fra Bartolomeo (1472-1517), "Vierge à l'Enfant avec Saint Jean-Baptiste (recto); Vierge à l'Enfant (verso)". Estimation:100 000- 150 000 €.

Fra Bartolomeo (1472-1517), « Vierge à l’Enfant avec Saint Jean-Baptiste (recto); Vierge à l’Enfant (verso) ».
Estimation:100 000- 150 000 €.


La Tahitienne de Gauguin est plus discrète, modeste, presque en retrait, surprise dans ses activités. Penchée, les mains sur les genoux, elle nous regarde avant de repartir vers ses préoccupations quotidiennes. Cette petite aquarelle est estimée 40 000 à 60 000 euros.

Pablo Picasso (1881-1973), "Faune à la moustache", 31 août 1946. Estimation: 500 000-700 000 €.

Pablo Picasso (1881-1973), « Faune à la moustache », 31 août 1946. Estimation: 500 000-700 000 €.


Le Faune à la moustache de Picasso s’impose au spectateur. Les épaules larges, le torse puissant, son visage est goguenard presque égrillard. Il cherche une belle à séduire et à emporter « vite fait, bien fait » chez lui pour mieux la « connaître ». Pour Picasso, l’estimation est comme il se doit élevée : 500 000 à 700 000 euros.

Odilon Redon (1840-1916), "Rêverie", vers 1900. Estimation:300 000-500 000 €.

Odilon Redon (1840-1916), « Rêverie », vers 1900.
Estimation:300 000-500 000 €.


De la période bleue de l’artiste, Le dessin « La folle » est d’une grande sensibilité. Le regard égaré, halluciné, la posture du corps, les couleurs, tout donne cette impression de tourment indéfinissable, d’enfermement. Il provient de la Triton Fondation collection, un ensemble de feuilles des XIXe et XXe siècles d’une beauté à tomber en pamoison. Cette « folle » est estimée 300 000 à 500 000 euros.

Pablo Picasso (1881-1973), "La folle", septembre 1900. Estimation:300 000 -500 000 €.

Pablo Picasso (1881-1973), « La folle », septembre 1900.
Estimation:300 000 -500 000 €.


De la même provenance, vous craquerez certainement sur « Rêverie » d’Odilon Redon et sur « Les satyres » de Gustave Moreau. La palette de couleurs est splendide, les personnages sont fascinants, attirants, magiques, hypnotiques. Je les accompagnerais partout, même aux Enfers. Le Redon est estimé 300 000 à 500 000 euros et le Moreau 250 000 à 350 000 euros.

Gustave Moreau (1826-1898), "Les satyres". Estimation: 250 000-350 000 €.

Gustave Moreau (1826-1898), « Les satyres ».
Estimation: 250 000-350 000 €.


Enfin, une « danseuse au tambourin » de Fernand Léger accroche l’œil et vous emporte dans sa danse pour un prix compris entre 250 000 et 350 000 euros.

Fernand Léger (1881-1955), "Danseuse au tambourin", 1954. Estimation: 250 000- 350 000 €.

Fernand Léger (1881-1955), « Danseuse au tambourin », 1954.
Estimation: 250 000- 350 000 €.


Ces estimations sont conséquentes mais nulle raison de désespérer et de vous lamenter sur votre sort d’amateur désargenté. Les trois ventes comptent de nombreux lots accessibles pour moins de 5 000 euros : à vos chéquiers ! Mais avant de dilapider vos maigres économies, prévenez votre gestionnaire de compte. Un banquier averti est toujours plus conciliant qu’un banquier qui s’étrangle en découvrant le montant de votre découvert.

Ventes Christie’s Paris, le 25 et 26 mars 2015.Avenue Matignon 75 008 Paris.
Expositions à compter du 20 mars.
Copyright: Christie’s Images Ltd,2015.

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

Aucun commentaire

A propos du blog

Robin Massonnaud

Robin Massonnaud, alias Robin des Arts surveille le marché et traque les prix dans les salles de ventes, les salons, les brocantes, pour le plus grand bonheur des chineurs ?

Voir mon profil

Instagram
  • Bas de colonne à la maison municipale de Prague #iloveyoupraha #iloveprague #ilovepraha #pragueiloveyou #prahailoveyou #praguejetaime #praha #artnouveau #secession #jugendstil #jugendstill #czechart #czecharchitecture

Follow Me!

Abonnez-vous à notre newsletter

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Archives

Retour vers le haut de page