Collection Weldon: le sacre de la peinture hollandaise

marche-de-l-art, publié le , mis à jour à


Henry et June Weldon, dite Jimmy, étaient des collectionneurs américains atteints de la fièvre caractéristique des amateurs passionnés d’antiquités : l’accumulation. Ils s’intéressaient à la céramique anglaise, à la sculpture asiatique et par-dessus tout à la peinture flamande et hollandaise du XVIIe siècle. Au fil des décennies, ils ont accumulé les tableaux dans leur appartement new-yorkais de Park Avenue. Leur fils James Weldon reconnaît que son père ne savait pas s’arrêter. Aujourd’hui, c’est cette collection que Sotheby’s met en vente le 22 avril prochain à New York. Elle comprend plus de 70 œuvres pour une estimation globale de 30 millions de dollars. Et « l’accumulation Weldon » n’est pas signe du « tout et n’importe quoi ». Les tableaux proposés aux enchères sont tous d’une grande qualité. On y trouve des natures mortes de Balthasar van Der Ast ou Adriaen Corte, des portraits de Van Dyck mais également de nombreux paysages d’Aelbert Cuyp ou Salomon van Ruisdael ou encore des vues d’hiver d’Hendrick Avercamp.
A contempler cet ensemble, on voit à quel point l’eau est l’élément essentiel du paysage hollandais. Elle est partout présente : dans les canaux glacés sur lesquels les bons bourgeois patinent, dans les rivières sur lesquelles de lourdes barques transportent les marchandises, dans les vues de panoramas célèbres du pays comme le Koningstafel.
Elle donne cette lumière particulière aux tableaux, jamais crue, toujours douce, parfois grise ou laiteuse. Elle crée cette impression de fusion entre le ciel et la terre, de tranquille sérénité dans laquelle l’être humain semble évoluer, seulement préoccupé par ses soucis, son travail ou ses loisirs. Ces œuvres nous plongent dans la vie quotidienne des Hollandais au XVIIe siècle et l’on éprouve du bonheur à les contempler.
C’est toujours le cas avec les scènes de patinage qui ont fait la célébrité d’Hendrick Avercamp (voir visuel d’ouverture). Le tableau de la collection Weldon présente un paysage d’hiver au ciel lourd et gris qui se confond avec la glace sur laquelle évoluent de nombreux personnages : bourgeois richement vêtus, couple de paysans traînant leur enfant sur la glace dans un petit traîneau en bois, hommes jouant au palet, bateaux immobilisés par le gel… La vie est là, chacun profitant des joies de l’hiver. Ce tableau est estimé entre 1 et 1,5 million de dollars.

Aelbert Cuyp, "cavaliers à la table des rois au heirnenberg , proche de Rhenen. Estimation: 1 à1,5 million de dollars

Aelbert Cuyp, « Cavaliers à la table des rois au Heirnenberg , proche de Rhenen ». Estimation: 1 à1,5 million de dollars


Le panorama du Koningstafel (la table des rois) sur l’Heirnenberg, près de la ville de Rhenen par Aelbert Cuyp est d’une facture différente. Le ciel est bleu, lumineux, parsemé de nuages. Deux cavaliers, dont l’un accoudé sur la table d’orientation, contemplent le paysage et aperçoivent au loin la tour de l’église d’Opheusden. Il fait beau, la halte est agréable, les chevaux se reposent, la vue est magnifique. Le bonheur est palpable. Cette œuvre est elle aussi estimée 1 à 1,5 million de dollars.

Salomon van Ruysdael, "paysage de rivière avec bateaux eu vue du château de Liestvelt", 1641. Estimation: 300 000 à 500 000 euros.

Salomon van Ruysdael, « Paysage de rivière avec bateaux et vue du château de Liestvelt », 1641. Estimation: 300 000 à 500 000 euros.


Salomon van Ruysdael est connu pour ses paysages de paisibles rivières. Deux très jolis tableaux de l’artiste sont proposés dans la vente Weldon. L’un représente des pêcheurs qui s’activent au bord d’un rivage. Le ciel est lourd, annonciateur d’orage et de pluie. L’autre est plus calme. La rivière est large, le ciel est dégagé. La journée doit toucher à sa fin. Les pêcheurs, amateurs et professionnels, profitent de cette belle journée alors que des vaches s’abreuvent sur le rivage. Au loin, on aperçoit Haarlem. Le premier est estimé 300 000 à 500 000 euros, le second 400 000 à 600 000 euros.

Salomon van Ruysdael, "paysage de rivière près d'Haarlem", 1647. Estimation: 400 000 à 600 000 euros.

Salomon van Ruysdael, « paysage de rivière près d’Haarlem », 1647. Estimation: 400 000 à 600 000 euros.


Sotheby’s New-York, vente de la collection Weldon, 22 avril 2015.

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

Aucun commentaire

A propos du blog

Robin Massonnaud

Robin Massonnaud, alias Robin des Arts surveille le marché et traque les prix dans les salles de ventes, les salons, les brocantes, pour le plus grand bonheur des chineurs ?

Voir mon profil

Instagram
  • Oeuvre de Siméon Solomon #preraphaelites #preraphaelist #preraphaelism #preraphaelitebrotherhood #simeonsolomon #englishart #englishartist #englishartists #englishpainter

Follow Me!

Abonnez-vous à notre newsletter

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Archives

Retour vers le haut de page