Picasso et Giacometti: un match au sommet!

marche-de-l-art, publié le , mis à jour à


Traditionnellement le mois du muguet est à New York celui des grandes ventes, les milliardaires américains pouvant y faire leurs emplettes et dépenser ainsi des dizaines voire des centaines de millions de dollars pour s’offrir un tableau de maître ou la sculpture d’un grand artiste.
Le 11 mai prochain, chez Christie’s, lors de l’élégante et très mondaine vente du soir, les « rich and famous » du monde entier seront sur des charbons ardents prêts à dégainer leur chéquier pour emporter deux pièces uniques, des icônes du XXe siècle.
Commençons par la peinture. Inspiré par Delacroix, le tableau représente « Les femmes d’Alger ». Dieu sait à quel point je déteste la peinture orientaliste grande pourvoyeuse d’artistes médiocres et de croûtes sirupeuses qu’on retrouve dans de nombreuses vacations parisiennes. Mais il y a des exceptions. C’est le cas de Delacroix mais également de cette œuvre réalisée en 1955. Il est vrai qu’elle est signée Picasso (voir visuel d’ouverture). Le tableau est grand (114 x146,4 cm), les couleurs vives et violentes envahissent la toile. Picasso était fasciné par Delacroix et par son tableau « Les femmes d’Alger ». Françoise Gilot, dans son livre « Vivre avec Picasso », rappelle que l’artiste l’emmenait tous les mois au Louvre étudier ce tableau et déclarait au sujet de Delacroix : « ce bâtard, il est vraiment bon ». Entre décembre 1954 et février 1955, Picasso réalisera quinze versions sur ce thème rendant ainsi un hommage indirect à son ami et rival Matisse, mort peu de temps avant. La version vendue aujourd’hui, la version O, la dernière, peinte le 14 février 1955, est magnifique, puissante, solaire. Une pure merveille qui appartenait à la collection Ganz. En 1997, ces « Femmes d’Alger (version O) » étaient vendues 31 902 500 euros. Christie’s en attend aujourd’hui 140 millions de dollars.

Alberto Giacometti, "L'homme au doigt", signé et numéroté 6/6, Alexis Rudier Fondeur. Conçu en 1947. Estimation: autour de 130 millions de dollars.

Alberto Giacometti, « L’homme au doigt », signé et numéroté 6/6, Alexis Rudier Fondeur. Conçu en 1947. Estimation: autour de 130 millions de dollars.


Parlons maintenant sculpture. Dans la même vente, le collectionneur milliardaire tentera certainement d’acheter « L’homme au doigt » d’Alberto Giacometti. Cette sculpture à taille d’homme (177,5 cm) est la sixième d’une série de six plus une épreuve d’artiste. Conçue en 1947, c’est la seule version peinte par l’artiste. Réalisée en une nuit, entre minuit et neuf heures du matin selon Giacometti, elle est d’une beauté incroyable. L’homme tend le bras et la main vers l’avenir. L’autre bras est plié, tel un épéiste assurant son équilibre pour mieux attaquer. Il fait preuve d’assurance et de confiance, occupant l’espace tel les représentations des empereurs romains en majesté. Son geste évoque également le Saint Jean-Baptiste de Rodin. Cet homme au doigt ressemble étrangement à l’artiste, ce dernier n’ayant pas hésité à peindre le bronze. Cheveux noirs, regard intense font immédiatement penser à Giacometti. Ce bronze a appartenu à la collection Olsen. Il est estimé 130 millions de dollars.
Qui l’emportera : Picasso ou Giacometti ? Nul ne le sait.
Christie’s New York, Rockefeller Center, 11 mai 2015.
Copyright
2015 Estate of Pablo Picasso/artists rights society (ARS), New York
Courtesy of Christie’s images LTD 2015/Alberto Giacometti estate/Licensed by VAGA and ARS, New York.

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

1 commentaire

Pascal Marziano

« Dieu sait à quel point je déteste la peinture orientaliste grande pourvoyeuse d’artistes médiocres et de croûtes sirupeuses qu’on retrouve dans de nombreuses vacations parisiennes ».

Lol ! Et quand on voit en plus à quel prix elles se négocient…


Répondre

A propos du blog

Robin Massonnaud

Robin Massonnaud, alias Robin des Arts surveille le marché et traque les prix dans les salles de ventes, les salons, les brocantes, pour le plus grand bonheur des chineurs ?

Voir mon profil

Instagram
  • Bas de colonne à la maison municipale de Prague #iloveyoupraha #iloveprague #ilovepraha #pragueiloveyou #prahailoveyou #praguejetaime #praha #artnouveau #secession #jugendstil #jugendstill #czechart #czecharchitecture

Follow Me!

Abonnez-vous à notre newsletter

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Archives

Retour vers le haut de page