Les Arts de l’Asie en fête avenue de Friedland

marche-de-l-art, publié le

Paravent en laque de Coromaldel, ébut des qing, époque Kangxi (1662-1722), Ateliers Brugier. copyright: Thomas Hennocque.

Paravent en laque de Coromandel, début des Qing, époque Kangxi (1662-1722), Ateliers Brugier.
copyright: Thomas Hennocque.


Si, de la place de l’Etoile, vous remontez l’avenue de Friedland, vous passerez devant la Compagnie de la Chine et des Indes installée au numéro 39. Il ne s’agit pas d’une grande société cotée du CAC 40 spécialisée dans les opérations d’import-export ou d’implantation d’usines en Asie mais d’une discrète galerie d’art. Depuis maintenant 80 ans, sa réputation n’est plus à faire. Créée en 1935 par Robert Rousset, ce dernier ne se destinait pas vraiment au métier d’antiquaire puisqu’il était officier radio dans la marine. Dans le cadre d’une mission, il pénètre dans la Cité Interdite et propose ses services à la Cie de la Chine et des Indes appartenant aux frères Blazy et située à l’époque rue de Castiglione. Il la fournit en antiquités et devient vite un spécialiste reconnu des arts de l’Asie. En 1935, il rachète la compagnie et s’installe avenue de Friedland. Son activité se développe et aujourd’hui la Compagnie est restée dans la famille, gérée par la troisième génération Mike Winter-Rousset et Hervé du Peuty.
Ces deux passionnés d’Asie, un symptôme héréditaire et congénital dans la famille, célèbrent aujourd’hui les 80 ans de la galerie et rendent hommage à Robert Rousset profitant ainsi de l’effervescence parisienne des ventes asiatiques de juin.

Tête de lokesvara, grès, époque angkorienne, style du Bayon (1177-1230), collection Robert Rousset, Cie de la Chine et des Indes. copyright: Ferrier-Humbert

Tête de Lokesvara, grès, époque angkorienne, style du Bayon (1177-1230), collection Robert Rousset, Cie de la Chine et des Indes.
copyright: Ferrier-Humbert


Pour cet hommage, Mike Winter-Rousset et Hervé du Peuty ont réussi à fédérer six galeries parmi les plus réputées (Jacques Barrère, Christian Deydier, Christophe Hioco, les ateliers Brugier, la galerie Luohan et bien entendu la Compagnie de la Chine et des Indes). Chacune d’elle propose des merveilles dans une scénographie sobre destinée à la seule mise en valeur des objets réalisée par Patrick Hourcade dont on a déjà pu admirer la qualité du travail lors de l’exposition « le 18e aux sources du design » au château de Versailles.

Masque de taotie en or, Chine, époque des Royaumes Combattants, 5-4e siècle avant J-C, galerie Christian Deydier. copyright Vincent Girier Dufournier.

Masque de taotie en or, Chine, époque des Royaumes Combattants, 5-4e siècle avant J-C, galerie Christian Deydier.
copyright Vincent Girier Dufournier.


La galerie a gardé son charme ancien, son authenticité et l’on a ainsi la délicieuse impression d’entrer dans un cabinet d’amateur qui, après maintes hésitations, s’est enfin décidé à montrer les trouvailles accumulées pendant des décennies dans la plus grande discrétion. Le visiteur éprouve alors le frisson de la découverte en contemplant la statuaire khmère, les bronzes archaïques chinois, un immense paravent en laque de Coromandel, un autre paravent japonais à feuilles d’or présentant des érables aux feuilles rougeoyantes, une divinité féminine indienne aux formes rondes et généreuses, des porcelaines d’époque Kangxi, des dames de cour d’époque Tang, es objets de lettrés…

Boudha, bois laqué, Japon, époque Nara (710-794), galerie Jacques Barrère. copyright Michel Gurfinkel.

Boudha, bois laqué, Japon, époque Nara (710-794), galerie Jacques Barrère.
copyright Michel Gurfinkel.


Loin du bruit si proche et de l’agitation des Champs Elysée, vous vous laisserez aller au plaisir de la contemplation et vous écouterez attentivement, s’ils sont présents, Mike Winter-Rousset et Hervé du Peuty vous compter la saga familiale et vous faire partager leur passion de l’Asie. Vous ressortirez heureux du 39 avenue de Friedland.

Armoire en laque noire et or, Chine, début du XVIIIe siècle, galerie Luohan. copyright Thomas Hennocque.

Armoire en laque noire et or, Chine, début du XVIIIe siècle, galerie Luohan.
copyright Thomas Hennocque.


Accessoirement, vous y aurez peut-être acheté une des merveilles exposées. Les prix commencent autour de 15 000 euros.
Compagnie de la Chine et des Indes, exposition hommage à Robert Rousset, 39 avenue de Friedland, 75 008 Paris, tous les jours de 10 à 19 heures. Jusqu’au 27 juin (prolongement possible en juillet).

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

Aucun commentaire

A propos du blog

Robin Massonnaud

Robin Massonnaud, alias Robin des Arts surveille le marché et traque les prix dans les salles de ventes, les salons, les brocantes, pour le plus grand bonheur des chineurs ?

Voir mon profil

Instagram
  • Oeuvre de Siméon Solomon #preraphaelites #preraphaelist #preraphaelism #preraphaelitebrotherhood #simeonsolomon #englishart #englishartist #englishartists #englishpainter

Follow Me!

Abonnez-vous à notre newsletter

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Archives

Retour vers le haut de page