Art nouveau: cap sur Saint-Etienne

marche-de-l-art, publié le

Vue du salon des collectionneurs.

Vue du salon des collectionneurs.


Le plaisir de tout amateur d’art consiste bien souvent à découvrir la passion dévorante d’autres acolytes. La vacation proposée le 3 octobre prochain par l’hôtel des ventes du Marais à Saint-Etienne illustre parfaitement cette curiosité qui n’a rien de malsaine puisqu’il s’agit de rendre hommage à « l’œil » d’un collectionneur. Les commissaires-priseurs Agnès Carlier et Dominique Imbert disperseront la collection de toute une vie amassée depuis le début des années 60 par un couple féru d’Art nouveau. Leur maison était un véritable musée. Tout, absolument tout, du sol au plafond, de la chambre à coucher au salon, des objets décoratifs aux tapisseries, des vases aux lampadaires, des garnitures de bureau aux cheminées était Art nouveau. On pense immédiatement au film « Hibernatus » car on se croirait dans la maison du Vésinet du sieur Fournier, alias Louis de Funès, et de son épouse Edmée, Claude Gensac, remise dans l’état où elle était en 1905 afin d’accueillir le grand-père de cette dernière ressuscité des glaces polaires à l’âge de 25 ans.

Raoul Larche, "Loïe Fuller" Lampe en bronze doré Estimation:  8 000 à 10 000 euros.

Raoul Larche, « Loïe Fuller »
Lampe en bronze doré.
Estimation: 8 000 à 10 000 euros.


La Belle Epoque est bien vivante dans cet intérieur cossu et bourgeois meublé par Majorelle et Gallé, décoré de vases de Daum, de Muller ou de Legras, de biscuits Royal Dux, de bronzes de Raoul Larche ou Joseph Chéret. On imagine tout de suite des prix démentiels, astronomiques pour un ensemble de cette importance amassé patiemment par ce couple de « fous du style Nouille ». Détrompez-vous. Les estimations commencent à 100 euros. C’est ce qu’il faudra payer pour une serrure en bronze doré alors que vous débourserez 200 à 400 euros pour plusieurs vases Royal Dux dont l’un représente deux naïades alanguies autour d’un énorme coquillage.

Louis Majorelle Bureau de forme galbée en noyer, palissandre et bois divers. Estimation: 5 000 à 6 000 euros.

Louis Majorelle
Bureau de forme galbée en noyer, palissandre et bois divers.
Estimation: 5 000 à 6 000 euros.


Certains lots sont évidemment affichés à des prix nettement supérieurs. C’est le cas de la Loïe Fuller de Raoul Larche (1860-1912). Cette lampe-sculpture en bronze représente la danseuse américaine Marie-Louis Fuller dont la danse serpentine aux grands drapés enthousiasmait le public parisien de la fin du XIXe siècle. S’agissant d’une des œuvres les plus connues de l’artiste, subtile et sensuelle, l’estimation de 8 000 à 10 000 euros semble raisonnable.
Une cheminée en grès beige-rose d’Alphonse Gentil (1872-1933) et François Eugène Bourdet (1874-1952), aux motifs d’hortensias, toute en rondeurs, est estimée 2 000 à 3 000 euros. Les vases de Gallé, souvent de petite taille commence à 20 euros mais une belle lampe en verre gravé à l’acide à décor de magnolias rouges sur fond jaune pourrait atteindre 5 000 à 6 000 euros.

Louis Majorelle Meuble d'apparat en noyer mouluré et sculpté et divers bois fruitiers. Estimation: 7 000 à 8 000 euros.

Louis Majorelle
Meuble d’apparat en noyer mouluré et sculpté et divers bois fruitiers.
Estimation: 7 000 à 8 000 euros.


Le mobilier est particulièrement séduisant. On y trouve tout ce qui fait le charme des créations 1900 : bois aux couleurs chaudes, formes sinueuses et alambiquées sans la moindre ligne droite, marqueterie de feuillages, de fleurs et d’insectes, un mobilier aux formes féminines, presque voluptueux !

Alphonse Gentil et François Eugène Bourdet Cheminée en grès à décor d'hortensias en bouquets. Estimation: 2 000 à 3 000 euros.

Alphonse Gentil et François Eugène Bourdet
Cheminée en grès à décor d’hortensias en bouquets.
Estimation: 2 000 à 3 000 euros.


C’est le cas de cet ensemble de salon de Camille Gauthier (1870-1963) aux motifs d’ombelles estimé 4 000 à 5 000 euros ou de celui de Charles Plumet (1861-1928) et Tony Selmersheim (1871-1971) qui a gardé son tissu d’époque à décor floral et qui est proposé dans la même gamme de prix. Vous verrez également des tables gigognes d’ Emile Gallé(1846-1904) autour de 300 euros et une jolie table de salon du même artiste aux pieds en forme de troncs d’arbres et mélangeant sur le plateau, feuillages, papillons et sauterelles (2 000 à 3 000 euros). De Louis Majorelle (1859-1926), vous pourrez acheter deux bureaux, l’un d’entre eux, de forme galbée, présentant de belles poignées naturalistes en bronze doré, des étagères ouvertes avec marqueterie de feuilles dans le fond (5 000-6 000 euros), la pièce la plus originale de cet artiste étant certainement ce meuble d’apparat en noyer mouluré. Sa forme est presque celle d’un champignon. Sur la porte centrale figure un décor de nénuphars et plantes aquatiques, l’étagère et les deux sellettes figurant dans un demi-cercle avec un fond de plumes de paons. Ce meuble rare est estimé 7 000 à 8 000 euros.

Louis Brouhot Meuble de vestibule décoré de pavots stylisés en métal doré et patiné. Estimation: 800 à 1 000 euros.

Louis Brouhot
Meuble de vestibule décoré de pavots stylisés en métal doré et patiné.
Estimation: 800 à 1 000 euros.


Pour les amateurs d’Art nouveau, un petit séjour à Saint-Etienne s’impose !

Attribué à Charles Plumet et Tony Selmersheim Ensemble de salon en acajou mouluré et sculpté à motif floral dans les angles. Estimation: 4 000 à 5 000 euros.

Attribué à Charles Plumet et Tony Selmersheim
Ensemble de salon en acajou mouluré et sculpté à motif floral dans les angles.
Estimation: 4 000 à 5 000 euros.


Vente Art nouveau, 3 octobre à 14 h. Hôtel des ventes du marais, 62 rue Henri et Bernard Muller, 42 007 Saint-Etienne. Exposition le 2 octobre de 9h à 12h et de 14h à19h, le 3 octobre de 9h à 11h.

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

Aucun commentaire

A propos du blog

Robin Massonnaud

Robin Massonnaud, alias Robin des Arts surveille le marché et traque les prix dans les salles de ventes, les salons, les brocantes, pour le plus grand bonheur des chineurs ?

Voir mon profil

Instagram
  • Bas de colonne à la maison municipale de Prague #iloveyoupraha #iloveprague #ilovepraha #pragueiloveyou #prahailoveyou #praguejetaime #praha #artnouveau #secession #jugendstil #jugendstill #czechart #czecharchitecture

Follow Me!

Abonnez-vous à notre newsletter

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Archives

Retour vers le haut de page