Kraemer-Mennour: Versailles au parc Monceau

marche-de-l-art, publié le , mis à jour à

Coffre à combinaisons par André-Charles Boulle (vers 1700) et oeuvre d'Anish Kapoor (1989).

Coffre à combinaisons par André-Charles Boulle (vers 1700) et oeuvre d’Anish Kapoor (1989).

Près des grilles d’entrée du parc Monceau, un hôtel particulier, à la discrétion cossue, abrite une dynastie d’antiquaires, les Kraemer. Ils y présentent du mobilier du XVIIe et du XVIIIe siècle d’une qualité exceptionnelle, sélectionné avec un professionnalisme sans faille et une rigueur impitoyable. Depuis 140 ans cette famille défend avec passion les arts décoratifs français et l’hôtel du 43 rue de Monceau est depuis 1928 un merveilleux écrin présentant les plus belles créations de ces deux siècles où l’art français rayonnait dans toutes les cours d’Europe. Les grands collectionneurs et les musées s’y bousculent à la recherche de la pièce rare et unique.
Depuis de nombreuses années, au grès des grandes manifestations internationales, les Kraemer ont contribué à dépoussiérer l’image un peu surannée de cette époque. A la dernière Biennale des Antiquaires, ils présentaient du mobilier royal dans des containers comme si, à peine acheté par de riches collectionneurs américains ou asiatiques, il venait d’être emballé par l’entreprise Chenu, spécialiste du transport d’objets d’art. A la TEFAF de Maastricht, les meubles étaient présentés dans les structures en plexiglas leur donnant une dimension intemporelle.

Commode de Charles Cressent début de l'époque Louis XV et oeuvre de Claude Lévêque.

Commode de Charles Cressent début de l’époque Louis XV et oeuvre de Claude Lévêque.

Cette année, à l’occasion de la FIAC, ils s’associent avec le galeriste Kamel Mennour pour entremêler art contemporain et mobilier ancien. Avec le regard complice de Jean-Jacques Aillagon, les œuvres d’Anish Kapoor, Daniel Buren, Claude Lévêque et Lee Ufan cohabitent avec les créations des plus grands ébénistes André-Charles Boulle, Charles Cressent, Jean-Henri Riesener, Martin Carlin, RVLC, David Roentgen.
Cette confrontation n’a rien d’un affrontement. C’est l’éblouissante démonstration d’une continuité dans la perfection. On redécouvre les formes modernes des commodes et des fauteuils, on apprécie le classicisme dépouillé des créations d’Anish Kapoor, on compare la préciosité des laques des meubles de Carlin à l’aspect brut des toiles de Buren…
Dans cet hôtel particulier, on évolue comme dans un rêve. Tout est pourtant bien réel et d’une beauté saisissante. Les Kraemer et Kamel Mennour nous plongent dans le plus beau des intérieurs, un univers idéal dans lequel passé et présent dialoguent en parfaite harmonie.
Cette exposition rappelle l’exposition de Versailles « 18e, aux sources du design ». Mais d’un palais royal, on se trouve transporté dans un univers plus intimiste qui nous rend ce mobilier et ces œuvres d’art plus proches.

fauteuil de Jean-Baptiste Delaunay, époque Louis XVI et oeuvre de Claude Lévêque (2013) "The world is yours".

fauteuil de Jean-Baptiste Delaunay, époque Louis XVI et oeuvre de Claude Lévêque (2013) « The world is yours ».

C’est un grand moment !
Galerie Kraemer, jusqu’au 7 novembre, 43 rue de Monceau, 75008 Paris
copyright: ADAGP Claude Lévêque, Anish Kapour, Kamel Mennour et Kraemer Paris.

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

Aucun commentaire

A propos du blog

Robin Massonnaud

Robin Massonnaud, alias Robin des Arts surveille le marché et traque les prix dans les salles de ventes, les salons, les brocantes, pour le plus grand bonheur des chineurs ?

Voir mon profil

Instagram
  • Bas de colonne à la maison municipale de Prague #iloveyoupraha #iloveprague #ilovepraha #pragueiloveyou #prahailoveyou #praguejetaime #praha #artnouveau #secession #jugendstil #jugendstill #czechart #czecharchitecture

Follow Me!

Abonnez-vous à notre newsletter

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Archives

Retour vers le haut de page