Linke, le roi du mobilier Louis XV à la mode Art nouveau

marche-de-l-art, publié le , mis à jour à

François Linke Bureau de dame en placage de bois de violette et satiné, marqueterie et monture de bronze doré, signé F linke, numéro d'index 707, probablement créé en 1909. Estimation: 100 000 à 150 000 euros.

François Linke
Bureau de dame en placage de bois de violette et satiné, marqueterie et monture de bronze doré, signé F linke, numéro d’index 707, probablement créé en 1909.
Estimation: 100 000 à 150 000 euros.

Conjuguer la virtuosité du mobilier de Madame de Pompadour, lui ajouter les formes voluptueuses du mobilier Art nouveau cher à Chloé de Mérode tout en l’ornant de bronzes à foison grâce à une technique de fabrication irréprochable, ce sont bien les caractéristiques des pièces créées par François Linke (1855-1946). Son mobilier est étourdissant, sinueux, peuplé de putti, de femmes féériques, de créatures de rêve, de bois précieux. Les détracteurs de Linke qualifient ses créations de « mobilier de lupanar » ou « de cocottes ». C’est vrai qu’on les imagine bien chez toutes les grandes demi-mondaines du début du XXe siècle. Kitch à souhait, elles sont proprement géniales même si elles sont aujourd’hui assez difficiles à placer dans un intérieur contemporain.

Le même bureau de Linke de profil.

Le même bureau de Linke de profil.

Encore qu’à mon sens un petit bureau de dame comme celui proposé par Sotheby’s dans sa vente parisienne du 5 novembre ferait belle figure au milieu de canapés design et de tableaux de Soulages.
Il s’agit de l’un des quatre exemplaires que Linke voulait présenter à l’Exposition Universelle de 1900. En raison du retard pris dans sa fabrication, un exemplaire fut seulement exposé en 1905 au salon du Mobilier. Le prix final du bureau était fixé à 14 800 francs, une somme considérable à l’époque.
Il est vrai que Linke n’avais pas lésiné sur la qualité pour créer cet étonnant « bureau rognon à pendule »: bois de violette, marqueterie, bronzes de putti, de sphinges et d’oiseaux… On pourrait le qualifier de « mobilier sensuel ».

Le même bureau de Linke de dos

Le même bureau de Linke de dos

Le modèle qui sera soumis au feu des enchères le 5 novembre n’est pas le premier exemplaire mais a priori le troisième. Commandé en 1909 par madame Hubbard, il lui coûta 4 227 francs et 35 centimes. Pour cette création baroque, délirante, stupéfiante et franchement emballante, la maison de ventes espère une adjudication autour de 100 000 à 150 000 euros. Mais le catalogue précise également qu’en 2008 un de ces quatre bureaux, probablement le second exemplaire créé en 1908, s’est vendu à New York dans la même maison pour 362 500 dollars. Le numéro 3 de ce bureau de dame n’en reste pas moins une pièce de musée qui pourrait facilement dépasser l’estimation raisonnable de Sotheby’s !
Sotheby’s Paris, vente de mobilier européen, 5 novembre 2005, exposition du 30 octobre au 4 novembre, 76 rue du Faubourg Saint-Honoré, 75 008 Paris

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

Aucun commentaire

A propos du blog

Robin Massonnaud

Robin Massonnaud, alias Robin des Arts surveille le marché et traque les prix dans les salles de ventes, les salons, les brocantes, pour le plus grand bonheur des chineurs ?

Voir mon profil

Instagram
  • Bas de colonne à la maison municipale de Prague #iloveyoupraha #iloveprague #ilovepraha #pragueiloveyou #prahailoveyou #praguejetaime #praha #artnouveau #secession #jugendstil #jugendstill #czechart #czecharchitecture

Follow Me!

Abonnez-vous à notre newsletter

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Archives

Retour vers le haut de page