De bois et d’acier, les séduisants contrastes du design américain

marche-de-l-art, publié le

Paul Evans (1931-1987) Cabinet, cuivre, acier, laiton et bois.1968. Estimation: 30 000 à 45 000 euros.

Paul Evans (1931-1987)
Cabinet, cuivre, acier, laiton et bois, 1968.
Estimation: 30 000 à 45 000 euros.

Pour le public des musées et des expositions, l’art américain du XXe siècle ce sont les grands peintres : Lichtenstein, Warhol, Basquiat, Haring, Rothko… Quant aux créateurs de mobilier, ils sont totalement ignorés et à ma connaissance il n’y a jamais eu en France d’expositions publiques consacrées à ces designers.

T H Robsjohn-Gibbings (1905-1976) Chaise longue, bois peint et cuir, vers 1960. Estimation: 12 000 à 18 000 euros.

T H Robsjohn-Gibbings (1905-1976)
Chaise longue, bois peint et cuir, vers 1960.
Estimation: 12 000 à 18 000 euros.

Il faut donc se tourner vers le marché pour les découvrir. Le 27 avril prochain, PIASA propose ainsi à la vente près de 170 pièces emblématiques du design américain. On y trouve de nombreuses créations des artistes de New Hope, gros bourg pittoresque de Pennsylvanie. Parmi eux George Nakashima, Wharton Esherick, Philipp Lloyd Powell ou encore Paul Evans. Vous y verrez également les meubles au style néo-classique de T H Robsjohn-Gibbings ou les curieux bois gravés de Judy Kensley Mckie.

George Nakashima (1905-1990) Table basse, noyer anglais, vers 1961. Estimation: 14 000 à 18 000 euros.

George Nakashima (1905-1990)
Table basse, noyer anglais, vers 1961.
Estimation: 14 000 à 18 000 euros.

Ce qui frappe au premier coup d’œil, c’est cette confrontation des matières : le bois sensuel aux formes sinueuses, aux couleurs chaudes côtoie l’acier, le bronze, le laiton et l’aluminium. Il n’y a rien de commun entre les commodes structurées, anguleuses et sculpturales de Paul Evans et les tables basses aux formes naturelles et courbes de George Nakashima respectueux des créations de la nature. Pourtant, ces créations si diverses soient-elles ont un point commun. L’inventivité, l’imagination, la maîtrise des matières y règnent en maîtres.

Philipp Lloyd Powell (1919-2008) et Paul Evans (1931-1987) Cabinet suspednu, noyer, laiton, émail et ardoise, 1955. Estimation:38 000 à 45 000 euros.

Philipp Lloyd Powell (1919-2008) et Paul Evans (1931-1987)
Cabinet suspendu, noyer, laiton, émail et ardoise, 1955.
Estimation:38 000 à 45 000 euros.

Ce mobilier est d’une grande modernité. On le croirait fraichement sorti d’un atelier. C’est certainement la raison pour laquelle il est partout présent sur les stands du PAD car il correspond bien à la demande actuelle des collectionneurs qui souhaitent combiner confort et esthétique.

Paul Evans (1931-1987) Commode, cuivre, bronze, acier et bois polychrome, vers 1960. Estimation: 30 000 à 40 000 euros.

Paul Evans (1931-1987)
Commode, cuivre, bronze, acier et bois polychrome, vers 1960.
Estimation: 30 000 à 40 000 euros.

De plus, les prix, même s’ils ne sont pas donnés, restent abordables. On est bien loin de l’Art déco ou de certains créateurs français des années 50-60 comme Royère. Vous pouvez ainsi, dans la vente Piasa acquérir une commode en noyer de Nakashima pour 5 500 à 7 500 euros, des tables d’appoint de Robsjohn-Gibbings pour 4 500 à 6 500 euros…

Judy Kensley Mckie (née en 1944) Coffret, bois gravé, 1988. Estimation: 5 500 à 7 500 euros.

Judy Kensley Mckie (née en 1944)
Coffret, bois gravé, 1988.
Estimation: 5 500 à 7 500 euros.

Bien entendu, pour des pièces plus emblématiques, il faudra compter plusieurs dizaines de milliers d’euros. Mais on reste encore bien loin des canapés « ours Polaires » de Royère qui peuvent atteindre 500 000 euros.

Wharton Harris Esherick (1887-1940) Table basse, cerisier, 1970. Estimation: 35 000 à 45 000 euros.

Wharton Harris Esherick (1887-1940)
Table basse, cerisier, 1970.
Estimation: 35 000 à 45 000 euros.

Alors ne serait-il pas temps d’investir dans le design américain ? La réponse est oui

Piasa, Design Américain, vente du 27 avril, exposition du 23 au 27 avril au 118 Faubourg Saint-Honoré, 75 008 Paris

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

Aucun commentaire

A propos du blog

Robin Massonnaud

Robin Massonnaud, alias Robin des Arts surveille le marché et traque les prix dans les salles de ventes, les salons, les brocantes, pour le plus grand bonheur des chineurs ?

Voir mon profil

Instagram
  • Porte de Paris #paris #jaimeparis #illoveparis #parisiloveyou #parisjetaime #portedeparis #parisdoors #architecturedeparis #parisarchitecture #stylehaussmannien

Follow Me!

Abonnez-vous à notre newsletter

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Archives

Retour vers le haut de page