Une collection d’argent et de vermeil

marche-de-l-art, publié le , mis à jour à

Cavalier en argent et vermeil, Allemagne, peut-être première moitié du XVIIIe siècle. Estimation: 12 000 à 18 000 euros.

Cavalier en argent et vermeil, Allemagne, peut-être première moitié du XVIIIe siècle.
Estimation: 12 000 à 18 000 euros.

La Belgique ce n’est pas seulement Magritte, Hergé ou encore Brueghel… Dans ce pays qui, depuis le Moyen-Age, est un carrefour commercial important, la riche bourgeoisie marchande s’est toujours entourée d’objets de prestige attestant de son importance, chaque grande maison se devant d’avoir son cabinet de curiosité.

Coupe turbo et monture en argent et vermeil, probablement Allemagne XVIIIe siècle. Estimation: 30 000 à 50 000 euros.

Coupe turbo et monture en argent et vermeil, probablement Allemagne XVIIIe siècle.
Estimation: 30 000 à 50 000 euros.

Les tapisseries des ateliers les plus réputés, le mobilier cossu en bois rare, les tableaux des meilleurs maîtres, les verreries anciennes et les sculptures de bronze, de bois ou d’ivoire attestaient de la richesse de leur propriétaire. Parmi les plus belles créations exposées à la concupiscence de leur entourage, on trouvait de précieuses pièces d’orfèvrerie. D’argent ou de vermeil, elles servaient souvent à mettre en valeur des coquillages rares, des porcelaines de Chine, des vases ou des gourdes en cristal de roche, des coupes en agate, lapis-lazuli ou calcédoine.

Soupière par Jan Baptiste Verberckt, Anvers 1781. Estimation: 8 000 à 12 000 euros.

Soupière par Jan Baptiste Verberckt, Anvers 1781.
Estimation: 8 000 à 12 000 euros.

Début mai, Christie’s, dans sa vente consacrée au goût français, déroge à l’intitulé de sa vente en présentant un bel ensemble d’orfèvrerie provenant de collections privées belges. A contempler les pièces réunies par ces amateurs, on pourrait s’imaginer dans une maison de Bruges, son occupant nous faisant le privilège d’ouvrir une grande armoire de bois noirci dissimulant aux yeux trop curieux son rutilant contenu.

Coupe en vermeil par Antonio Politi, Rome, 1719. Estimation: 8 000 à 12 000 euros.

Coupe en vermeil par Antonio Politi, Rome, 1719.
Estimation: 8 000 à 12 000 euros.

Vous y verrez une coupe en vermeil représentant un triton chevauchant un dauphin soutenant un immense coquillage. Vous vous étonnerez à la vue d’un cavalier au cheval cabré, le cavalier gardant toute sa dignité et une raideur presque prussienne.
La plus belle pièce, la plus baroque, est certainement ce coquillage monté en coupe datant du XVIIe siècle. Le coquillage, aux couleurs nacrées, est surmonté d’un hippocampe et d’une figure de Poséidon. La même impression de magnificence se dégage d’une coupe en vermeil dont les formes s’inspirent de la nature et mélangent cupules, ronces, et fleurs.

Coupe zoomorphe en forme d'ours. Allemagne du Sud, XVIIe siècle. Estimation:15 000 à 20 000 euros.

Coupe zoomorphe en forme d’ours. Allemagne du Sud, XVIIe siècle.
Estimation:15 000 à 20 000 euros.

Les créations de la fin du XVIIIe siècle sont plus raisonnables. On y sent l’influence du néo-classicisme. C’est le cas d’une soupière anversoise de 1781 qui présente pourtant une superbe frise feuillagée avec en son centre un angelot flanqué de deux lions.

Coupe et son couvercle en argent et vermeil par Peter Wiberg, Nuremberg, 1609-1629. Estimation: 15 000 à 20 000 euros.

Coupe et son couvercle en argent et vermeil par Peter Wiberg, Nuremberg, 1609-1629.
Estimation: 15 000 à 20 000 euros.

Mais c’est une petite coupe en forme d’ours debout, les pattes avant tenant un objet aujourd’hui disparu, qui séduit le plus. L’ours a presque l’apparence d’une peluche pour enfant. En créant cette coupe zoomorphe, l’artiste a certainement voulu représenter ces ours qui accompagnaient les forains dans leurs déplacements de ville en ville.

Vente Christie’s Paris, 3 et 4 mai, expositions les 29 et 30 avril, 2 et 3 mai. 9 avenue Matignon 75008 Paris.

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

Aucun commentaire

A propos du blog

Robin Massonnaud

Robin Massonnaud, alias Robin des Arts surveille le marché et traque les prix dans les salles de ventes, les salons, les brocantes, pour le plus grand bonheur des chineurs ?

Voir mon profil

Instagram
  • Porte de Paris #paris #jaimeparis #illoveparis #parisiloveyou #parisjetaime #portedeparis #parisdoors #architecturedeparis #parisarchitecture #stylehaussmannien

Follow Me!

Abonnez-vous à notre newsletter

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Archives

Retour vers le haut de page