Le goût Steinitz

marche-de-l-art, publié le , mis à jour à

Commode en bois moirci et panneaux en laque de Coromandel, travail anglo-chinois de la fin du XVIIIe/ début XIXe siècle. Estimation: 50 000 à 70 000  euros.

Commode en bois noirci et panneaux en laque de Coromandel, travail anglo-chinois de la fin du XVIIIe/ début XIXe siècle.
Estimation: 50 000 à 70 000 euros.

Certains le surnommaient le prince des antiquaires. Nombre de ses confrères, en revanche, le détestaient cordialement tant il suscitait de sourdes jalousies. Il avait le génie de mélanger les styles pour créer un univers qui lui était propre. Sa grande galerie de l’avenue Matignon était un modèle du genre et ses stands à la Biennale des Antiquaires étaient pris d’assaut par les visiteurs gourmands et curieux à l’idée de découvrir des merveilles.

chaises à dossier écusson en placage de noyer, Italie, vers 1820-1830. Travail attribué à Antonio Basoli. Estimation:20 000 à 30 000 euros.

chaises à dossier écusson en placage de noyer, Italie, vers 1820-1830.
Travail attribué à Antonio Basoli.
Estimation:20 000 à 30 000 euros.

J’ai souvenir d’une année, à la Biennale des Antiquaires qui se tenait alors au Carrousel du Louvre, d’un stand minuscule qu’on lui avait attribué dans le coin d’une allée en espérant ainsi détourner l’attention des visiteurs. Il en avait fait une petite caverne d’Ali Baba, un cabinet de curiosités digne de celui de Rodolphe II de Habsbourg et l’on faisait sagement la queue pour y entrer alors que d’autres stands, plus grands, plus majestueux, étaient déserts. Ses ateliers et réserves à Saint-Ouen impressionnaient par leur dimension et le subtil capharnaüm qui y régnait.

Paire de candélabres aux sphinges d'époque Régence d'après un modèle de Boulle. Estimation: 80 000 à 120 000 euros.

Paire de candélabres aux sphinges d’époque Régence d’après un modèle de Boulle.
Estimation: 80 000 à 120 000 euros.

Cet homme, c’était Bernard Steinitz (1933-2012), certainement l’un des plus grands antiquaires et marchands de la place de Paris, un œil exceptionnel à qui bien des grands musées faisaient confiance et par conséquent l’un des plus critiqués par le petit milieu du marché de l’art. Aujourd’hui, son fils Benjamin, également antiquaire, met en vente chez Sotheby’s 172 pièces de la collection personnelle de son père.

Table à jeux en bois laqué noir, rouge et or, attribué à Martin Schnell, Dresde, vers 1740. Estimation: 30 000 à 50 000 euros.

Table à jeux en bois laqué noir, rouge et or, attribué à Martin Schnell, Dresde, vers 1740.
Estimation: 30 000 à 50 000 euros.

A les contempler, on retrouve ce sentiment d’équilibre parfait, de fouillis artistique diablement séduisant qui faisaient de Bernard Steinitz non seulement un antiquaire mais également un décorateur de génie. On aurait pu le surnommer le Renzo Mongiardino de l’antiquité.
Parmi les lots proposés, il est difficile de faire un choix tant tout est séduisant et emballant.
J’ai un faible pour cette commode aux formes cossues en laque de Coromandel. Il s’agit d’un travail anglo-chinois de la fin du XVIIIe/ début du XIXe siècle. On imagine aisément ce beau meuble dans la bibliothèque ou le fumoir d’un château écossais perdu dans les brumes.

Grands vases cornets en porcelaine blanc de Chine Kangxi (1662-1722) Monture en bronze doré d'époque Régence. Estimation: 120 000 à 180 000 euros.

Grands vases cornets en porcelaine blanc de Chine Kangxi (1662-1722)
Monture en bronze doré d’époque Régence.
Estimation: 120 000 à 180 000 euros.

Quant à cette table à jeu (vers 1740) attribuée au maître laqueur Martin Schnell (vers 1675-1740) qui participa à la décoration du palais japonais de Dresde, elle accueillait certainement de fringants officiers de l’électeur de Saxe Auguste le fort (1670-1733),également roi de Pologne.

Chaises et tabourets "à l'Antique", fin de l'époque Directoire. Collection Talleyrand. Estimation: 20 000 à 30 000 euros pour les chaises et 20 000 à 30 000 euros pour les tabourets.

Chaises et tabourets « à l’Antique », fin de l’époque Directoire.
Collection Talleyrand.
Estimation: 20 000 à 30 000 euros pour les chaises et 20 000 à 30 000 euros pour les tabourets.

D’un tout autre genre sont ces chaises italiennes réalisées dans la région de Bologne vers 1820-1830. Elles sont attribuées à Antonio Basoli (1174-1843) qui fut choisi par l’impératrice Marie-Louise, devenue duchesse de Parme, pour participer à la rénovation de son domicile. Inspirées par l’antiquité, elles sont d’une modernité étonnante. On pourrait croire des créations du design scandinave.

canapé d'époque Louis XVI, vers 1770-1780, attribué à George Jacob. Estimation: 80 000 à 120 000 euros.

canapé d’époque Louis XVI, vers 1770-1780, attribué à George Jacob.
Estimation: 80 000 à 120 000 euros.

Dans un style plus classique, il faut signaler ce grand canapé d’époque Louis XVI attribué à George Jacob, cette paire de grands vases en porcelaine blanc de Chine à monture de bronze d’époque Régence ou encore ces candélabres aux sphinges d’après un modèle de Boulle. Ils témoignent de l’esprit du grand mobilier français à l’époque où Versailles était l’arbitre du goût.

Console en bois laqué crème, époque Louis XVI, vers 1780. Estampillée IB Lelarge. Estimation: 25 000 à 40 000 euros.

Console en bois laqué crème, époque Louis XVI, vers 1780.
Estampillée IB Lelarge.
Estimation: 25 000 à 40 000 euros.

On retrouve ce goût parfait dans une console en bois laqué crème, toujours d’époque Louis XVI mais on passe à un esprit plus antiquisant dans ces chaises et tabourets de théâtre d’époque Directoire qui appartenaient à Talleyrand. Bien que meublant le château de Valençay, on les voit plutôt dans le triclinium d’une villa romaine sous le règne de l’empereur Tibère.
C’est ce mélange des styles et des époques qui définit le goût Steinitz!

Vente collection Bernard Steinitz, Sotheby’s Paris, 30 juin. Exposition le 25, 27, 28 et 29 juin.
Copyright : Sotheby’s/Art digital studio.

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

Aucun commentaire

A propos du blog

Robin Massonnaud

Robin Massonnaud, alias Robin des Arts surveille le marché et traque les prix dans les salles de ventes, les salons, les brocantes, pour le plus grand bonheur des chineurs ?

Voir mon profil

Instagram
  • Chaise, vers 1905, par Yrjö Oskari Blomstedt #finnishart #finnishartist #finnishfurniture #1900 #artnouveaustyle #artnouveau #jugendstil #museedorsay #orsaymuseum

Follow Me!

Abonnez-vous à notre newsletter

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Archives

Retour vers le haut de page