Burne-Jones et les belles musiciennes de l’escalier d’or

marche-de-l-art, publié le , mis à jour à

Edward Burne-Jones Etude du visage de Dorothy Lane pour "The Golden Stairs" Prix: 33 750 livres

Edward Burne-Jones
Etude du visage de Dorothy Lane pour « The Golden Stairs »
Prix: 33 750 livres

Les artistes préraphaélites sont une invitation à la rêverie. Parmi eux, Edward Burne-Jones (1833-1898) a ma préférence. C’est pourquoi je partage parfaitement la réaction d’Harriet Drummond, responsable du département « dessins anglais » chez Christie’s tenant en mains un carnet d’esquisses jamais vu jusqu’à présent et déclarant « une telle découverte est une aventure romantique, séduisante et très excitante ». Il est vrai qu’il s’agit d’études pour un tableau célèbre de l’artiste présenté à la Tate Britain « The Golden Stairs » ou « Escalier d’Or ». On y voit un groupe de dix-huit jeunes et jolies femmes portant des instruments de musique, vêtues de longues robes vaporeuses, descendre un escalier en spirale. Contrairement à de nombreuses œuvres de Burne-Jones, le tableau ne semble pas se rattacher à une source littéraire. Ces belles musiciennes symboliseraient simplement l’enchantement de la musique.
Ebauché en 1872, l’artiste ne commence à travailler sur le tableau qu’en 1876 et ne le termine qu’en avril 1880 pour le présenter à la Grosvenor Gallery. Il rencontre immédiatement un grand succès. Il sera acheté par Cyril Flower, plus tard Lord Battersea, qui le léguera à la Tate Gallery.

Edward Burne-Jones Etude de visage, probablement Mary StuartWortley, comtesse Lovelace Prix: 22 500 livres

Edward Burne-Jones
Etude de visage, probablement Mary Stuart Wortley, comtesse Lovelace
Prix: 22 500 livres

Bien des modèles sont connus. Du haut vers le bas, on peut y reconnaître sa fille Margaret tenant une trompette, May Morris, la fille de l’artiste préraphaélite William Morris avec un violon en mains ou encore, sur d’autres marches, Mary Stuart Wortley, plus tard lady Lovelace, Dorothy Lane ou Mary Gladstone, la fille du Premier Ministre de la reine Victoria…
On retrouve ces beautés diaphanes sur les huit feuilles proposées par Christie’s Londres le 14 décembre dernier. En les contemplant, on participe à un concert idéal donné au pays des Dieux de l’Olympe.
Rien d’étonnant à ce que ces belles musiciennes, telles des fées, séduisent les enchérisseurs !

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

Aucun commentaire

A propos du blog

Robin Massonnaud

Robin Massonnaud, alias Robin des Arts surveille le marché et traque les prix dans les salles de ventes, les salons, les brocantes, pour le plus grand bonheur des chineurs ?

Voir mon profil

Instagram
  • Chaise, vers 1905, par Yrjö Oskari Blomstedt #finnishart #finnishartist #finnishfurniture #1900 #artnouveaustyle #artnouveau #jugendstil #museedorsay #orsaymuseum

Follow Me!

Abonnez-vous à notre newsletter

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Archives

Retour vers le haut de page