Rembrandt, un regard intense et humaniste

marche-de-l-art, publié le

Rembrandt Autoportrait à la tête nue, 1633 Musée du Louvre

Rembrandt
Autoportrait à la tête nue, 1633
Musée du Louvre

Rembrandt Van Rijn (1606-1669), plus connu sous son seul prénom Rembrandt est un exceptionnel peintre de l’intime.
Portraitiste, il va au-delà de la représentation scénarisée de ses modèles. Les visages expriment les attentes, les bonheurs et les tourments de leur âme. Dans ses nombreux autoportraits sans concession, il ne cherche pas à cacher les ravages de l’âge. D’un jeune homme au visage rond et lisse, on passe progressivement à l’artiste grossi par l’âge et l’abondance pour terminer sur le vieillard couperosé au gros nez, engoncé dans ses beaux habits. Sa peinture suivra, si l’on peut dire, une trajectoire similaire : fine et presque précieuse, elle deviendra au fur et à mesure des années plus empâtée, plus intense avec un parti pris d’inachevé qui donne à ses toiles une force extraordinaire, une beauté exceptionnelle.

Rembrandt Le repas des pélerins d'Emmaüs, vers 1629 Musée Jacquemart-André

Rembrandt
Le repas des pélerins d’Emmaüs, vers 1629
Musée Jacquemart-André

Peintre de scènes bibliques, il utilise le clair-obscur pour leur donner une intensité dramatique qui est d’autant plus grande que tout, dans le décor entourant les protagonistes, est simple et dépouillé.
Quant à ses dessins, la plume est rapide, le geste spontané, l’artiste cherchant à saisir au plus vite l’instant présent, le ressenti du moment.

Rembrandt "Christ en croix" 1653, pointe-sèchen 4e état Fondation Custodia, collection Frits Lugt

Rembrandt
« Christ en croix » 1653, pointe-sèche 4e état
Fondation Custodia, collection Frits Lugt

Dans la rétrospective que le musée Jacquemart-André consacre à l’artiste, on retrouve, malgré un nombre restreint d’œuvres, tous les aspects de ce talent multiforme. Grâce à des prêts exceptionnels venant de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg, du Metropolitan Museum de New York, de la National Gallery de Londres, du Rijksmuseum d’ Amsterdam, du Louvre ou du Kunsthistorisches Museum de Vienne, le visiteur suit la vie de Rembrandt dans ce qu’elle a de plus intime.
On peut ainsi contempler un magistral portrait de son épouse Saskia en Flore. Elle porte une couronne de roses, myositis, tulipes et soucis rouges. Vêtue à l’orientale, elle pose la main sur un ventre proéminent annonciateur d’un heureux événement. Le portrait de son fils Titus lisant est un témoignage saisissant d’amour paternel. Bien qu’absorbé par sa lecture, immobile, Titus semble plein de vie et d’énergie. La touche du peintre est plus douce, plus tendre qu’à l’habitude, les tonalités chaudes. On comprend alors mieux la douleur ravageuse qui envahira Rembrandt quand il perdra son fils une dizaine d’années plus tard. Le portrait de sa dernière compagne Hendrickje Stoffels est éminemment psychologique. Elle y apparaît comme une beauté simple, comme le pilier sur lequel, dans les moments difficiles, Rembrandt pouvait s’appuyer. Son étole de fourrure blanche magnifie la pâleur de son visage et la douceur de son regard. Là encore, l’amour transparaît dans la palette de l’artiste.

Rembrandt  Titus lisant, vers 1656-1658 Kunsthistorisches Museum, Vienne

Rembrandt
Titus lisant, vers 1656-1658
Kunsthistorisches Museum, Vienne

Ses scènes religieuses sont intenses, puissantes et captivent le spectateur. C’est le cas du Christ en croix sur le Golgotha. Le rideau du temple s’est déchiré, l’obscurité envahit les cieux, Jésus est sur le point d’expirer. On retient son souffle devant la beauté sépulcrale de cette pointe-sèche. L’émotion est toute aussi intense devant les deux versions présentées du « Repas des pélerins d’Emmaüs », l’un de 1629, l’autre de 1648. Si l’on passe d’une œuvre caravagesque à une composition plus sage, plus classique, la lumière est, dans les deux œuvres, extraordinaire et l’œil se focalise sur les réactions des personnages.

Rembrandt Portraite d'Hendrickje Stoffels, vers 1652-1656 National gallery Londres

Rembrandt
Portrait d’Hendrickje Stoffels, vers 1652-1656
National Gallery, Londres

On ressort de l’exposition ébloui et persuadé comme s’il en était besoin que Rembrandt est l’artiste majeur du Siècle d’Or hollandais.

Rembrandt Le repas des pélerins d'Emmaüs, 1648 Musée du Louvre

Rembrandt
Le repas des pélerins d’Emmaüs, 1648
Musée du Louvre

Rembrandt intime, Musée jacquemart-André, 158 Bd Haussmann, 75 008 Paris, jusqu’au 23 janvier

copyright: RMN-Grand Palais musée du Louvre/ Hervé Lewandoski/ Adrien Didierjean. Musée Jacquemart-André-Institut de France/studio Sébert. National Gallery Londres. Fondation Custodia, collection Frits Lugt.

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

Aucun commentaire

A propos du blog

Robin Massonnaud

Robin Massonnaud, alias Robin des Arts surveille le marché et traque les prix dans les salles de ventes, les salons, les brocantes, pour le plus grand bonheur des chineurs ?

Voir mon profil

Instagram
  • Mairie du Touquet construite dans les années 30 dans un style anglo-normand censé rappeler les bâtiments d'Oxford et de Cambridge #pasdecalaistourisme #pasdecalais #seasidearchitecture #architectureannées30 #architecturebalneaire #mairies #letouquet #letouquetparisplage

Follow Me!

Abonnez-vous à notre newsletter

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Archives

Retour vers le haut de page