BRAFA: l’enthousiasme belge au service de l’excellence

marche-de-l-art, publié le , mis à jour à

Vierge à l'Enfant Attribuée à Hendrik Frans Verbruggen (Anvers, 1654-1724) Galerie De Pauw-Müller

Vierge à l’Enfant
Attribuée à Hendrik Frans Verbruggen (Anvers, 1654-1724)
Galerie De Pauw-Müller

Un froid polaire et un soleil radieux règnent sur la France et la Belgique. A Bruxelles, dans le bel espace Tour et Taxis, l’agitation est à son comble. Ouvriers et artisans munis de marteaux, scies et perceuses apportent la dernière touche aux stands de la BRAFA sous la surveillance attentive des décorateurs, des antiquaires et des organisateurs du salon qui veulent accueillir les amateurs dans les meilleures conditions.

René Magritte (1898-1967) Nocturne, 1923 Stern Pissarro Gallery

René Magritte (1898-1967)
Nocturne, 1923
Stern Pissarro Gallery

L’an dernier, cette magnifique réunion d’antiquaires et de galeristes attirait 58 000 visiteurs. On les comprend car chaque année, à parcourir les allées du salon, on tombe de merveilles en merveilles. A vrai dire, la Brafa est une douce addiction.

Albéric Collin (1886-1962) Héron, vers 1920 Galerie Xavier Eeckhout

Albéric Collin (1886-1962)
Héron, vers 1920
Galerie Xavier Eeckhout

Il suffit de s’y rendre une fois pour attendre avec impatience l’édition suivante. Certains vous diront que la BRAFA est une mise en bouche, un galop d’essai avant la prestigieuse TEFAF qui a lieu en mars à Maastricht. C’est faux. La BRAFA n’a pas à souffrir d’une comparaison avec d’autres grandes foires. Elle se suffit à elle-même.

Philippe Wolfers (1858-1929) Vase Art nouveau, monture en argent, vers 1905 Galerie Francis Janssens Van Der Maelen

Philippe Wolfers (1858-1929)
Vase Art nouveau, monture en argent, vers 1905
Galerie Francis Janssens Van Der Maelen

Dans une ambiance sympathique, décontractée et chic, typique du savoir-vivre belge, le visiteur parcourt le monde et les siècles à la recherche de l’objet qui le séduira au point de le vouloir au plus vite chez lui dans son salon. Le choix est vaste. Depuis de nombreuses années, les spécialistes de l’archéologie et de la plus Haute Antiquité ont affuté leur sélection et présentent souvent des objets exceptionnels. La démarche est la même pour les galeries qui défendent les arts d’Asie, d’Afrique ou d’Océanie.

Jean Dunand (1877-1942) Table en laque noire, vers 1921 Galerie Mathivet

Jean Dunand (1877-1942)
Table en laque noire, vers 1921
Galerie Mathivet

La BRAFA est également réputée pour ses antiquaires « Haute-Epoque ». C’est l’endroit idéal pour trouver une Vierge de Malines ou d’Anvers, contempler de superbes retables, acquérir des statues de Saints d’un gothique flamboyant somptueux. On y trouve même une galerie qui défend l’art de l’icône et propose des pièces rares, russes ou grecques datant du XVIe siècle.

Coupe divinatoire Yoruba, Nigéria, vers 1860 Bernard de Grunne Tribal Fine Arts

Coupe divinatoire Yoruba, Nigéria, vers 1860
Bernard de Grunne Tribal Fine Arts

Si vous voulez acheter commodes, meubles, armoires, fauteuils et chaises vous aurez bien du mal à vous décider. Du grand mobilier classique du XVIIe et XVIIIe siècle, souvent présenté par des galeries françaises, on passe aux délicats ensembles créés sous la Restauration pour aborder ensuite l’Art nouveau et l’Art déco.

Chaîne de corsage Art nouveau Georges Fouquet (1862-1957) et Alphonse Mucha (1860-1939) Epoque Fine Jewels

Chaîne de corsage Art nouveau
Georges Fouquet (1862-1957) et Alphonse Mucha (1860-1939)
Epoque Fine Jewels

Si la peinture ancienne n’est pas le point fort de la BRAFA, il n’en va pas de même des artistes modernes et contemporains. Les galeries les plus réputées du royaume et celles qui viennent de l’étranger y exposent les plus belles signatures.

Coffre de mariage, scènes de la vie parisienne , vers 1390-1410 Venise ou Florence Floris Van Wanroij Fine Arts

Coffre de mariage, scènes de la vie parisienne , vers 1390-1410
Venise ou Florence
Floris Van Wanroij Fine Arts

Bien entendu, les artistes belges sont bien représentés et défendus avec passion par les galeristes. Là encore, la qualité et la rareté sont bien présentes. Qu’il s’agisse d’Ensor, de Magritte, de Delvaux, Wim Delvoye ou Jan Fabre, ils sont tous là.

Visage du Christ Icône russe, école moscovite du XVIe siècle Brenske Gallery

Visage du Christ
Icône russe, école moscovite du XVIe siècle
Brenske Gallery

Mais il faut également découvrir ou redécouvrir tous les peintres et sculpteurs de l’école de Laethem, d’une extraordinaire diversité, se passionner pour le symbolisme belge et ses grands noms (Spilliaert, Knopff…), s’intéresser aux sculpteurs animaliers comme Albéric Collin.

Rembrandt Bugatti (1884-1916) Jeunes léopards Galerie La Béraudière

Rembrandt Bugatti (1884-1916)
Jeunes léopards
Galerie La Béraudière

L’orfèvrerie et les bijoux anciens sont également un incontournable de la BRAFA. Entre les très riches surtouts de tables du XVIIIe siècle, les bougeoirs sobres d’époque Empire, les créations feuillagées de l’Art nouveau et les pièces architecturées de l’Art déco, l’amateur aura le plus grand mal à se décider.

Hubert Malfait (1898-1971) Vendeur de bétail , 1926 Galerie Oscar de Vos

Hubert Malfait (1898-1971)
Vendeur de bétail , 1926
Galerie Oscar de Vos

Et bien entendu, comme nous sommes en Belgique, il ne faut pas oublier la bande dessinée. Vous y verrez des petits bijoux, des pages d’albums d’Hergé et de tous les créateurs de la ligne claire inspirés par Tintin, le héros national.

Brûle-encens en émaux cloisonnés Epoque Qianlong (1735-1796) galerie Grusenmeyer-Woliner

Brûle-encens en émaux cloisonnés
Epoque Qianlong (1735-1796)
galerie Grusenmeyer-Woliner

En fait à la BRAFA, vous serez comme le célèbre aventurier. De galerie en galerie, mais sans connaître les péripéties du plus célèbre des petits reporters, vous partirez à la chasse au trésor. Et des trésors, il y en a à la pelle car la BRAFA ne cesse de monter en gamme.

Statue d'Herieus, prophète du dieu Harpocrate Egypte, époque ptolémaïque (332-30 avant J C) Galerie Harmakhis

Statue d’Herieus, prophète du dieu Harpocrate
Egypte, époque ptolémaïque (332-30 avant J C)
Galerie Harmakhis

Mais cette bonification ne se fait pas au détriment du portefeuille du visiteur. Si l’on trouve des œuvres à des prix considérables, on peut également acheter toute une foison de très beaux objets pour moins de 5 000 euros.

Nicolas de Staël (1914-1955) Les Martigues, 1954 Bailly Gallery

Nicolas de Staël (1914-1955)
Les Martigues, 1954
Bailly Gallery

Et même pour des pièces rares, les prix annoncés ne sont pas excessifs. Il faut ainsi compter 50 000 euros pour une fort belle vierge anversoise du XVIIe siècle, 85 000 euros pour un flamboyant vase Art nouveau de Philippe Wolfers et 240 000 euros pour un « Professeur Tournesol » d’Hergé dont les prix atteignent pourtant la stratosphère. C’est bien là que la BRAFA affirme son originalité. Exigeante, élitiste quant à la qualité des objets présentés, elle reste accessible. En somme, c’est le label « qualité belge » au service de l’art.

Hergé (1907-1983) Portrait de Cuthbert Calculus, le professeur Tournesol, 1968 Belgian Fine Comic strip Gallery copyright: Hergé-Moulinsart

Hergé (1907-1983)
Portrait de Cuthbert Calculus, le professeur Tournesol, 1968
Belgian Fine Comic strip Gallery
copyright: Hergé-Moulinsart

Alors si vous n’êtes pas encore convaincu par mes propos, faites l’expérience. Prenez le Thalys puis allez directement à Tour & Taxis. Franchement si vous êtes déçu, c’est à y perdre le peu de latin qui me reste de mes années de lycée !

Adolf Bernd (1869-1967) Femme en deuil, début XXe siècle Galerie Victor Werner

Adolf Bernd (1869-1967)
Femme en deuil, début XXe siècle
Galerie Victor Werner

Bonne visite et un conseil : craquez sans l’ombre d’un sentiment de culpabilité et cédez à la tentation. C’est en achetant ce que l’on aime qu’on fait les meilleures affaires.

Bureau de changeur attribué à Pierre Gole (1620-1684) Galerie Berger

Bureau de changeur attribué à Pierre Gole (1620-1684)
Galerie Berger

Un dernier mot : cette année la BRAFA se tient du 21 au 29 janvier et réunit 132 exposants originaires de 16 pays. Elle se tient à Tour & Taxis un splendide bâtiment industriel situé 86 avenue du Port à Bruxelles.

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

Aucun commentaire

A propos du blog

Robin Massonnaud

Robin Massonnaud, alias Robin des Arts surveille le marché et traque les prix dans les salles de ventes, les salons, les brocantes, pour le plus grand bonheur des chineurs ?

Voir mon profil

Instagram
  • Mairie du Touquet construite dans les années 30 dans un style anglo-normand censé rappeler les bâtiments d'Oxford et de Cambridge #pasdecalaistourisme #pasdecalais #seasidearchitecture #architectureannées30 #architecturebalneaire #mairies #letouquet #letouquetparisplage

Follow Me!

Abonnez-vous à notre newsletter

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Archives

Retour vers le haut de page