L’indispensable Salon du dessin

marche-de-l-art, publié le

Sonia Delaunay Rythme coloré Gouache et crayon sur papier Galerie Brame et Laurenceau

Sonia Delaunay (1885-1979)
Rythme coloré
Gouache et crayon sur papier
Galerie Brame et Laurenceau

Après le dédale des allées de la Tefaf et ses 270 galeries, l’amateur passablement éreinté, mais non encore rassasié de trésors, a besoin de calme et de sérénité. C’est la raison pour laquelle, il se précipitera, comme chaque année à la même époque au salon du dessin. Il accueille cette année une quarantaine de galeries dans cette ambiance calme et réfléchie qui lui est propre. Le néophyte comme le spécialiste, conservateur ou collectionneur passionné, ont le temps de contempler, de s’instruire, de découvrir, de se renseigner et bien entendu d’acquérir.

Bernard Boutet de Monvel (1881-1949) Vue de New York vers 1930 Galerie Terrades

Bernard Boutet de Monvel (1881-1949)
Vue de New York vers 1930
Mine de plomb
Galerie Terrades

Comme l’an dernier, le dessin ancien est moins présent. La raréfaction des belles feuilles l’explique en partie d’autant plus que les collectionneurs, à la différence de l’art contemporain, sont rarement des spéculateurs qui achètent pour vendre. Ils préfèrent conserver leurs œuvres mais les céder ne se conçoit qu’en cas d’absolue nécessité.

Charles Angrand (1854-1926) Enfant lisant Crayon Conté sur papier, vers1896-98 Eric Gillis Fine Art

Charles Angrand (1854-1926)
Enfant lisant
Crayon Conté sur papier, vers1896-98
Eric Gillis Fine Art

Le XIXe siècle occupe donc avec le XXe siècle une bonne partie des cimaises. Et franchement, c’est un plaisir pour l’œil. Les grandes signatures abondent. La galerie de Bayser présente ainsi un dessin d’Ingres de toute beauté. Il s’agit d’une étude de Saint-François d’Assise pour les vitraux commandés à l’artiste par le roi Louis-Philippe et destinés à la chapelle Saint-Ferdinand à Neuilly. Nu, le corps vigoureux, les poings serrés, le visage levé vers le ciel le Saint semble implorer, demander l’aide du Seigneur. C’est une magnifique redécouverte, ce dessin ayant pendant longtemps été attribué à une école allemande du XVIe siècle.

Théodore Géricault (1791-1824) Chevaux de ferme Plume et encre brnue, lavis gris Arnoldi-Livie

Théodore Géricault (1791-1824)
Chevaux de ferme
Plume et encre brune, lavis gris
Arnoldi-Livie

On connait le goût de Picasso pour la femme. Pendant toute sa vie, il la peint, la dessine, la croque, sage, folle, sexy, provocante, endormie, élégamment vêtue ou nue. Reginart Collections propose ainsi une belle alanguie sur un tapis, les jambes écartées, la poitrine généreuse, les lèvres rouges contemplant un pot de fleurs. Elle attend certainement l’homme qui sera capable de lui rendre les hommages qu’elle mérite !

Joan Miro (1893-1983) Personnage, oiseaux, 1977 Gouache, crayon et pastel sur papier Reginart Collections

Joan Miro (1893-1983)
Personnage, oiseaux, 1977
Gouache, crayon et pastel sur papier
Reginart Collections

La jeune femme de Berlin de Franz Skarbina est tout sauf provocante. Elle avance dans la rue tenant fermement son sac le visage légèrement baissé, presque boudeur. Sa mise est sobre. Elle porte une robe à carreaux, d’un tissu d’apparence assez modeste. Il s’agit certainement d’une personne de milieu simple car elle ne porte pas de chapeau, accessoire indispensable de toute femme « éduquée » de bonne famille.
Toute aussi réservée mais bien plus mystique est la Sainte Cécile de louis Janmot, un artiste aujourd’hui un peu délaissé. Le regard de notre Sainte est mélancolique et triste, la bouche serrée. Elle nous observe avec bienveillance.

Alexandre-Marie Colin (1798-1875) Portrait d'un membre de la famille Decazes Crayon noir, fusain et estompe Galerie Jean François Baroni

Alexandre-Marie Colin (1798-1875)
Portrait d’un membre de la famille Decazes
Crayon noir, fusain et estompe
Galerie Jean François Baroni

Les portraits sont nombreux. L’un des plus séduisants est celui d’un beau jeune homme de la famille Decazes croqué par Alexandre-Marie Colin et présenté par la galerie Jean-François Baroni. Bien mis, bien coiffé, le visage lisse et encore un peu poupin, il est assis et se tient la tête d’une main. Dans l’autre, il semble avoir une missive. S’agirait-il d’un mot doux d’une belle ? On peut le penser à voir son expression romantique.

Jean Auguste Dominique Ingres (1780-1867) Saint François d'Assise Crayon noir sur papier beige Galerie de Bayser

Jean Auguste Dominique Ingres (1780-1867)
Saint François d’Assise
Crayon noir sur papier beige
Galerie de Bayser

Signac disait de Charles Angrand que ses dessins étaient des chefs-d’œuvre. Ses crayons conté mêlent le blanc et le noir d’une façon incomparable au point de créer des effets de lumière étonnants. C’est le cas de ce petit garçon lisant exposé par Eric Gillis Fine Art. Il semble bien appliqué et doit certainement réviser sa leçon ou apprendre une poésie qu’il devra réciter le lendemain devant toute la classe. Cette scène est d’une grande tendresse et l’on imagine la mère du garçon fière de le voir si studieusement absorbé.

Franz Skarbina (1849-1910) Jeune femme de Berlin, 1885 Crayon sur papier Martin Moeller et Cie

Franz Skarbina (1849-1910)
Jeune femme de Berlin, 1885
Crayon sur papier
Martin Moeller et Cie

L’an dernier, chez Sotheby’s, la vente Boutet de Monvel faisait un tabac. On retrouve avec plaisir cet artiste à la galerie Terrades. Il s’agit d’une vue d’un gratte-ciel de New York prise de la rue. On ressent la masse imposante, oppressante de l’immeuble qui écrase le piéton. Face à ces paysages urbains, l’homme n’est rien.

Pablo Picasso (1881-1973) Femme et fleurs, 1971 Plume et crayon rouge sur papier Reginart collections

Pablo Picasso (1881-1973)
Femme et fleurs, 1971
Plume et crayon rouge sur papier
Reginart collections

Bien entendu, au salon du dessin, on trouve des grands classiques comme cette scène de Géricault chez Arnoldo-Livie. On y voit deux jeunes paysans avec des chevaux de trait. Harnachés, ils s’apprêtent à partir aux champs ou rejoignent l’écurie. Comme toujours chez Géricault, les chevaux sont magnifiques et l’on sent leur force et leur tranquillité.
La couleur éclate dans les feuilles de nombreux artistes du XXe siècle. Un projet de Sonia Delaunay pour un grand panneau exposé au XVe salon des Tuileries en 1938-1939 attire l’œil et nous envoûte par ses spirales primaires. Une gouache de Miro nous réjouit.

Louis Janmot (1814-1892) Etude de Sainte-Cécile, 1839 Crayon noir et rehuats de craie blanche Galerie Michel Descours

Louis Janmot (1814-1892)
Etude de Sainte-Cécile, 1839
Crayon noir et rehuats de craie blanche
Galerie Michel Descours

Courrez au salon du dessin. Vous vivrez un moment de grâce

Salon du dessin du 22 au 27 mars 2017, Palais Brongniart, Place de la Bourse.

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

Aucun commentaire

A propos du blog

Robin Massonnaud

Robin Massonnaud, alias Robin des Arts surveille le marché et traque les prix dans les salles de ventes, les salons, les brocantes, pour le plus grand bonheur des chineurs ?

Voir mon profil

Instagram
  • Architecture balnéaire au Touquet avec la mairie en arrière-plan #pasdecalaistourisme #pasdecalais #seasidearchitecture #architecturebalneaire #architectureannées30 #années30 #annees30 #letouquet #letouquetparisplage

Follow Me!

Abonnez-vous à notre newsletter

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Archives

Retour vers le haut de page