Le prix d’un portraitiste anglais à Nantes

marche-de-l-art, publié le

Sir Peter Lely (1618-1680) Portrait de jeune fille (29,5 x20 cm) Monogrammé PL à gauche prix d'adjudication frais compris: 520 800 euros

Sir Peter Lely (1618-1680)
Portrait de jeune fille (29,5 x20 cm)
Monogrammé PL à gauche
prix d’adjudication frais compris: 520 800 euros

C’est un montant d’adjudication proprement inimaginable que vient d’obtenir Maître Bertrand Couton d’Ivoire Nantes. Il proposait à la vente un très joli dessin à la pierre noire et craie blanche avec rehauts de sanguine et de pastel rose. Réalisé par Peter Lely (1618-1680) il représente une jeune fille, certainement de haute lignée, habillée et coiffée à la dernière mode.

D’origine néerlandaise, son vrai nom est en effet Pieter Van der Faes. Peter Lely connut la gloire et la prospérité en Angleterre où il s’établit dans les années 1640. Il prendra vite la succession de Van Dyck comme portraitiste de la Cour royale et l’aristocratie et rencontre rapidement un succès phénoménal. Débordé de commandes, il transforme son atelier en véritable usine à portraits. A l’exception de ses clients les plus titrés et prestigieux, il fait réaliser les fonds et les draperies par ses assistants se contentant parfois de peindre le seul visage. D’autres petites mains exécutent des copies à la demande au point que ses contemporains déclaraient que Lely changeaient les originaux pour des copies auprès des acheteurs qui n’entendaient rien à la peinture.

Il n’est pas rare aujourd’hui de trouver dans les salles de ventes et galeries d’antiquaires londoniens des portraits de Lely. Il est vrai que ses tableaux figurent dans la galerie des ancêtres de tout bon château anglais. La galerie Weiss, spécialiste du portrait, en présente souvent à la Tefaf de Maastricht. Les prix de ces portraits sont moins élevés que ceux de Van Dyck. On en trouve de très beaux, entièrement de la main du maître pour 100 000 à 200 000 euros.

Le dessin présenté par Ivoire Nantes était donc estimé 15 000 euros. On pouvait raisonnablement penser qu’il doublerait ou triplerait cette estimation. Il a atteint le montant astronomique de 520 800 euros. Douze enchérisseurs se sont disputés l’œuvre. C’est un britannique présent dans la salle qui l’a acquis. Cet engouement peut s’expliquer par la rareté. En effet, on trouve plus aisément des tableaux que des dessins de Lely.

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

Aucun commentaire

A propos du blog

Robin Massonnaud

Robin Massonnaud, alias Robin des Arts surveille le marché et traque les prix dans les salles de ventes, les salons, les brocantes, pour le plus grand bonheur des chineurs ?

Voir mon profil

Instagram
  • Porte de Paris #paris #jaimeparis #illoveparis #parisiloveyou #parisjetaime #portedeparis #parisdoors #architecturedeparis #parisarchitecture #stylehaussmannien

Follow Me!

Abonnez-vous à notre newsletter

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Archives

Retour vers le haut de page