De Schiele à Picasso: l’art, j’adore !

marche-de-l-art, publié le , mis à jour à

Egon Schiele Einzelne Häuser (Häuser mit Bergen);1915 Estimation: 20 à 30 millions de livres

Egon Schiele
Einzelne Häuser (Häuser mit Bergen);1915
Estimation: 20 à 30 millions de livres

J’évoquais dans mon précèdent billet, les bons résultats de la vente londonienne d’art impressionniste et moderne de Sotheby’s. Il y a fort à parier qu’il en sera de même de celle organisée dans la capitale britannique le 27 juin prochain par Christie’s.
La maison de ventes propose ainsi un paysage d’Egon Schiele (1890-1918). Daté de 1915, il représente un groupe de maisons entouré d’une rangée de petits arbres. Les immeubles, d’apparence médiévale ressemblent à s’y méprendre à ceux de Krumau, aujourd’hui Cesky Krumlov, la ville natale de sa mère. Les couleurs sombres et l’aspect compact des maisons donnent une impression de mélancolie et de douce tristesse comme si la vie s’était subitement figée. On voit dans ces paysages de Schiele une métaphore de la fragilité de notre existence. Les façades délabrées et les jeunes arbres symboliseraient notre croissance, notre mort et le retour à l’état de poussière. Mais on peut plus simplement y voir une image romantique, très Mitteleuropa, comme tirée d’un roman gothique.

Pablo Picasso Femme écrivant (Marie-Thérèse), Boisgeloup, 26 mars 1934 Estimation: 25 à 40 millions de livres

Pablo Picasso
Femme écrivant (Marie-Thérèse), Boisgeloup, 26 mars 1934
Estimation: 25 à 40 millions de livres

Parmi les nombreux lots proposés, la lumière irradiante d’un moissonneur de Vincent Van Gogh (1853-1890) attire l’oeil. Ce tableau a été peint en 1889. C’est l’une des dix toiles réalisées par l’artiste sur le modèle de dessins de Jean-François Millet (1814-1875) consacrés aux travaux des champs. Sept d’entre eux appartiennent au Van Gogh Museum d’Amsterdam et deux sont encore en mains privées. Là où Millet fige dans l’effort la forme du moissonneur, Van Gogh réalise une silhouette nerveuse, active, tendue, concentrée sur la coupe des blés. Les couleurs éclatantes, le bleu intense du ciel, le jaune aveuglant des blés accentuent la tension du travail. C’est un peu comme si l’artiste vivait et travaillait avec le moissonneur.

Vincent Van Gogh Le moissonneur (d'après Millet), Saint-Rémy, 1889 Estimation: 12,5 à 16,5 millions de livres

Vincent Van Gogh
Le moissonneur (d’après Millet), Saint-Rémy, 1889
Estimation: 12,5 à 16,5 millions de livres

Un grand et impressionnant tableau de Max Beckmann (1884-1950) sera mis en vente. Peint entre 1937 et 1938, il a pour thème « L’enfer des oiseaux ». Réalisé par l’artiste en exil entre Amsterdam et Paris, il dénonce avec vigueur la montée du nazisme, l’escalade de la violence, l’oppression et la terreur qui s’installe en Allemagne. Dans un monde en furie, la toile présente des oiseaux s’adonnant à la torture. On y voit un oiseau-femme imaginaire sortant d’un œuf. Un homme nu, attaché sur une table, est marqué au sang. C’est une scène d’hystérie collective, d’ivresse dans la cruauté à laquelle on assiste. Max Beckmann est dans la grande tradition de Hieronymus Bosch et dénonce ici l’enfer sur terre. Cette toile est sans contestation une œuvre majeure, le Guernica de l’expressionnisme allemand.

Max Beckmann Hölle der Vögel, 1937-1938 Estimation: environ 30 millions de livres

Max Beckmann
Hölle der Vögel, 1937-1938
Estimation: environ 30 millions de livres

Beaucoup plus doux et délicat est ce portrait de « Femme écrivant » signé Pablo Picasso (1881-1973). Réalisé en 1934 à Boisgeloup, il représente Marie-Thérèse Walter, l’un des grands amours de l’artiste. Picasso déclarait que, lorsqu’il avait rencontré Marie-Thérèse, il avait devant lui la femme dont il rêvait. Le portrait est tendre et joyeux et nous présente Marie-Thérèse, jeune, les cheveux blonds et longs, absorbée par l’écriture d’une lettre. Derrière elle, une grande fenêtre laisse entrer le jour. C’est l’intimité de la vie quotidienne de l’artiste que nous contemplons dans sa simplicité.

Amedeo Modigliani  Cariatide, 1913 Estimation: 6 à 9 millions de livres

Amedeo Modigliani
Cariatide, 1913
Estimation: 6 à 9 millions de livres

Une autre femme pourrait séduire les amateurs. Il s’agit d’une des célèbres cariatides d’Amedeo Modigliani (1884-1920). Elle se présente debout, les bras levés. Elle esquisse un sourire mystérieux. Ses formes parfaites, petits seins ronds et hanches voluptueuses en font un vrai canon de beauté. Cette belle cariatide de 1913 nous fait penser aux belles qui déambulent l’été sur les plages. On en fredonnerait presque les couplets de la chanson de Patrick Coutin : « J’aime regarder les filles qui marchent sur la plage, les hanches qui balancent et les sourires fugaces. Je regarde les vagues qui jouent avec leur corps. J’aime regarder les filles qui marchent sur la plage, leurs poitrines gonflées par le désir de vivre, leurs yeux qui se détournent quand tu les regardes… ».

Art impressionniste et moderne, Christie’s Londres, 27 juin 2017
Copyright: Christie’s Images Ltd, 2017

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

Aucun commentaire

A propos du blog

Robin Massonnaud

Robin Massonnaud, alias Robin des Arts surveille le marché et traque les prix dans les salles de ventes, les salons, les brocantes, pour le plus grand bonheur des chineurs ?

Voir mon profil

Instagram
  • Porte de Paris #paris #jaimeparis #illoveparis #parisiloveyou #parisjetaime #portedeparis #parisdoors #architecturedeparis #parisarchitecture #stylehaussmannien

Follow Me!

Abonnez-vous à notre newsletter

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Archives

Retour vers le haut de page